Skip to main content
Internet Archive's 25th Anniversary Logo

Full text of "Essai de répertoire des artistes lorrains: sculpteurs"

See other formats


:CD 



= CO 




Jacquot, 


Albert 




Essai 


de répertoire 


des 


artistes 


lorrains 





ESSAI DE REPERTOIRE 



ARTISTES LORRAINS 



SCULPTEURS 



Albert JACQUOT 



CORRESPONDA.XT DU CO.MITK DES SOCIKTKS DES BBAUX-ARTS 
DES D K P A R r E M E N T S , A \ A i\ C V 




PARIS 

LlBftAlKlK DE L'ART ANCIEIM ET MODERNE 

AiVCIENNE MAISON J. ROUAM et C'% ÉDITEURS 

14, RCE DU HELDEB, 14 

tant 



KSfeis^.- 






^ -iuntut^ \/lc'»ï^ V^ « «tvvvUi'W^ 



TtA "^M *t*h 'U'UÀûi^^ •diyuyiMA't^^ 




'-fci^ S -t^t^- yff 1 . 



^O 



Ci 

u 



ESSAI DE REPERTOIRE 



DBS 



ARTISTES LORRAINS 



SCULPTEURS 



L'auteur et les éditeurs déclarent réserver leurs droits de reproduction et de 
traduction en France et dans tous les pays étrangers , y compris la Suède et 
la Norvège. 

Ce volume a été déposé au ministère de l'intérieur (section de la librairie) en 
1901. 



DU MEME AUTEUR 

La musique en Lorraine. Paris, Quantin. — Fischbacher, 33, rue de Seine. 

Dictionnaire des instruments de musique anciens et modernes. Paris, Fischbacher. 

Anoblissement d'artistes lorrains. Nancy, Sidot, 3, rue Raugraff. 

Les graveurs lorrains. Paris, Plon-Nourrit et C", 8, rue Garancière. 

Un bas-relief ignoré. Paris, Plon-Nourrit et C'". 

Pierre Woeïret, les Wiriot, Woetriot, graveurs lorrains. Paris. J. Rouam et C", 
14, rue du Helder. 

Claude Deruet, peintre lorrain. Paris, J. Rouam et C'*. 

Claude Jacquard, peintre lorrain. Idem. 

Un protecteur des arts, le prince Charles- Alexandre de Lorraine. J. Rouam etC". 

Les Adam, les Michel et Clodion, sculpteurs lorrains. — 

Charles Eisen, graveur. — 

Essai de répertoire des artistes lorrains, peintres, peintre-verriers, faïenciers, 

émailleurs. Librairie de l'art ancien et moderne (ancienne maison J. Rouam 

et C*«). Paris, 14, rue du Helder. 



EN PRÉPARATION 

Les architectes, les graveurs, les musiciens, les comédiens, les fondeurs, les 
brodeurs, les luthiers, etc., etc. 



PARIS. — TYP. PLON-NOURRIT BT C", 8, RUK GARANCIÈRE. — 4872, 



ESSAI DE REPERTOIRE 



DES 



ARTISTES LORRAmS 



SCULPTEURS 



PAR 



Albert JACQUOT 



CORRISPONDANT DU COMITÉ DBS SOCléris DES BIADX-ARTS 
DBS DÉPARTBHBNTS, A NANCY 




PARIS 

LIBRAIRIE DE L'ART ANCIEN ET MODERNE 

ANCIENNE MAISON J. ROUAM et C«% ÉDITEURS 

14, BBI DD BELDIK, 14 
1901 




V3 



A 

Monsieur LOUIS DE FOURCAUD 



Professeur d'esthétique et éT histoire de Tari à F École nationale 
des Beaux-Arts 



Hommage très respectuetix 

Albert JACQUOT 



Nancy, 1901. 



ESSAI DE REPERTOIRE 



DES 



ARTISTES LORRAINS 



SCULPTEURS 



Poursuivant le recueil méthodique présenté l'an dernier au 
Congrès des Sociétés des Beaux-Arts des départements, c'est cette 
année le répertoire des sculpteurs lorrains que nous avons essayé 
de dresser. 

Suivant l'ordre alphabétique, en indiquant le siècle auquel 
appartient l'artiste, nous avons rassemblé un nombre imposant de 
près de trois cent cinquante biographies, courtes, mais offrant, 
comme pour les peintres, les renseignements puisés aux sources 
les plus autorisées. 

La Lorraine, cette petite province, peut, à juste titre, être 
fière d'avoir donné le jour à des sculpteurs que la France accueillit 
à leur heure avec son hospitalité si généreuse, sachant, du reste, 
que ces artistes étaient, par leur sentiment et l'essence même de 
leur caractère, intimement liés à elle. 

C'est ainsi que nous groupons en une pléiade remarquable les 
noms des Adam, des Michel, des Clodion, qui ont, ici même, 
trouvé de sympathiques échos, lorsque, dans des notices particu- 
lières, nous les évoquions; puis, dans un lointain resplendissant 
encore, ceux des Richier, avec le fameux auteur du Sépulcre de 
Saint-Mihiel et du Squelette de Bar, l'immortel Ligier, qu'un de 
ses émules, Paul Gaget, de Bar, ne parvint pas à égaler. 

1 



— 2 — 

Ces artistes suivaient la trace des Jacquin, des Mansuy-Gauvain, 
créateurs du Palais ducal de Nancy et des églises de la Lorraine, 
des mausolées du vainqueur du Téméraire et de l'évoque de Toul 
Hugues des Hazards. 

Ces monuments existant encore aujourd'hui attestent assez la 
valeur de leurs auteurs. 

Nous avons cité les principales œuvres de ces maîtres, dans le 
cours de ces biographies, estimant que leur brève nomenclature 
devait être jointe aux renseignements documentaires sur la vie de 
chaque artiste. 

Suivons encore ces familles chez qui l'art était en quelque sorte 
une tradition transmise du grand-pcre et du père au fils et au 
petit-fils, caractéristique, à notre avis, dans cet esprit lorrain, et 
nous rencontrerons les noms des Bagard, dont l'ancêtre, César, 
avait été initié par le grand Jacquin, son maître ; puis les Foulon, 
les Grala, le fameux Jacques Houtzeau , de Bar, dont les œuvres 
sont admirées à Versailles; Nicolas Benanl, lesCordier, les Hardy, 
peuplent de leurs travaux et Nancy et Versailles. Tous appar- 
tiennent au XVII* et au xviii* siècle. Contemplant, avec le xvir 
et avec le xviii* siècle, l'art si délicat de la sculpture sur bois, qui 
ne s'arrêterait volontiers sur les rarissimes œuvres d'un artiste qui 
nous est doublement précieux , Jean Lupot, de Mirecourt, d'abord 
parce qu'il fut un sculpteur d'une naïve délicatesse , puis toute 
personnelle, ensuite parce que, de ses statuettes dont il ornait le 
manche des instruments à cordes, est survenue, par la suite, la 
fondation d'une école de lutherie bien particulière à la Lorraine, 
et partant à la France, vers laquelle les enfants du sculpteur 
portèrent leur art? 

Nous avons le bonheur de posséder une œuvre de ce Jean Lupot, 
une Vierge à la chaise, véritable bijou de sculpture faite avec ce 
bois de Sainte-Lucie que le fameux bénédictin dom Calmet décrit 
avec soin et qui ne se trouve que dans ces petites forêts des environs 
de Commercy. 

Cette délicate sculpture, dont nous donnons une reproduction 
photographique, montre, mieux que toute description ne saurait 
le faire, le sentiment bien caractéristique de ces artistes. 

Puisque nous évoquons le souvenir du xviii* siècle, celui qui 
le personnifie bien, c'est Claude Michel, dit Clodion. 



Clodion! ce nom n'amène-t-il pas à la pensée toute cette 
bacchanale de faunes, de satyres, d'enfants gracieux etde bacchantes 
affolées que, de nos jours, le célèbre Carpeaux, dans un genre 
assez semblable, a présentée à nos yeux ? 

Mais, à côté de ce caractère, Clodion a su aussi, avec des Ggures 
comme son Montesquieu du palais de l'Institut, prouver l'étendue 
et la variété de son talent. 

Nous ne nous attarderons pas ici à l'évocation des noms de 
tous ces artistes, puisqu'on les trouvera dans notre ^'^^aiy mais nous 
invitons les amis des arts à visiter leurs œuvres, qui, heureu- 
sement pour la plupart, sont encore à leur place dans notre pays 
de Lorraine et témoignent toujours de la valeur de ceux qui les 
ont créées. 

Parcourez cette province, et vous remarquerez avec intérêt les 
basiliques et les cathédrales de Saint-Nicolas de Port, de Toul, de 
Metz, les cloîtres de Saint-Gengoult, de Verdun, de Sainl-Dié, 
les églises d'Avioth, de Pont-à-Mousson , de Saint-Mihiel , les 
châteaux de Bourlémont, d'Haroué, de Lunéville, les palais de 
Nancy, depuis René II jusqu'à ceux dus- à la munificence de 
Stanislas. Il restera dans l'esprit une impression saisissante de la 
fécondité de l'art sculptural dans ce coin de l'est de la France, et 
le désir de connaître les noms des artistes auxquels on doit ces 
travaux. C'est dans cette pensée que nous avons essayé d'entre- 
prendre ce travail. 



SCULPTEURS 



Adam (Jacob-Sigisbert) . XVIP et XVIII» siècles. Sculpteur, petit-fils de 
Lambert I" Adam, charpentier de la ville de Nancy, et fils de Lambert II 
Adam, fondeur. Néà Nancy et baptisé le 28 octobre 1670, marié àSébas- 
tienne le Léal, à Essey-lez-Nancy, le 23 juin 1696, et mort à Paris le 7 mai 
1747. Il eut sept enfants de ce mariage, parmi lesquels les fameux sculp- 
teurs Lambert-Sigisbert, Nicolas-Sébastien et François-Gaspard. Il habita 
la belle maison qu'il sculpta si merveilleusement, qui existe encore dans 
la rue des Dominicains à Nancy et qui porte le millésime de 1718. Une de 
ses filles, Anne Adam, fut la mère du fameux sculpteur Claude Michel, 
surnommé Clodion. Don Calmet le dit élève de César Bagard et assure qu'il 
travailla pendant douze années à Metz. Il devint le sculpteur favori 
du duc Léopold de Lorraine et fit beaucoup de sculpture en bronze, en 
plomb, en pierre et surtout en terre cuite. Nous possédons de lui les figu- 
res en terre cuite, originales^ des quatre évangélistes. Il était membre de 
l'Académie de St-Luc. En 1701, il fit un Cupidon, entouré de grenouilles, 
pour le bassin de table du duc ; l'année suivante, quatre figures d'animaux 
pour Leurs Altesses, deux statuettes, terre culte, représentant des musiciens, 
et une tête de Christ. — Palais ducal, musée lorrain, Nancy. 

Les Adam, les Michel et Clodion. A. Jacquot, Rouam, Paris, 1897, et compte renda dn 
Congrès des Sociétés des Beanx-Arts des départements, 1897. Dom Calmet, Bibliothèque 
lorraine. — Archives de Nancy. — Bellier de la Chavignerie. 

Adam (Jean), XVII' siècle, charpentier (ou sculpteur), fils de Lambert I" 
Adam, né à Nancy le 31 octobre 1630 (paroisse de S'-Epvre). 
Archives de Nancy, III, p. 379, 317, 39, 239, 268, 385, 387. 

Adam (Lambert-Sigisbert), XVIII" siècle, sculpteur célèbre, fils de Jacob- 
Sigisbert et de Sébastienne le Léal, né et baptisé à Nancy le 10 octobre 1700 
(paroisse S'-Epvre), mort à Paris le 13 mai 1759 (paroisse de la Madeleine, 
Ville-l'Évêque) . Elève de son père, alla à Metz pendant l'hiver de 1718. En 
1719, il part pour Paris, où le rejoindra son frère Nicolas-Sébastien. Lam- 
bert-Sigisbert se rendit à Rome en août 1723, où il obtint le prix et où 
l'attendait la célébrité. Le cardinal de Polignac lui fit réparer des antiques, 




LA CHARITÉ 

PAR NICULAS-SÉBilSTIEN ADAM 

(marbre 1747) 
(Kgljse de Pon-Secours, à Xenry.) 



— 5 — 

et il devint pensionnaire du Roi. Il revint à Paris en 1737 et fit le groupe 
du haut de la cascade de S'-Cloud, les groupes du triomphe de Neptune et 
Amphitrite pour le parc de Versailles, une quantité d'autres ouvrages 
pour le palais et la chapelle. Le duc d'Antin fut son protecteur. 

Buste de Louis XV, signé de sa main, marbre vendu à MM. Beurdeley 
frères, rue de Clichy, à Paris. 

Archives de Nancy, 111,385. — Les Adam, les Michel et CIodion.A. Jacquot, J. Roaam, 
1897. Dom Calmet, Bibl. lorraine. — J. de la Société d'archéologie lorraine, 1887, p. 124. 
— B. de la Chavigncrie. 

Adam (Nicolas-Sébastien), sculpteur, XVIII* siècle, fils de Jacob-Sigis- 
bert et de Sébastienne Le Léal, frère de Lambert-Sigisbert, naquit à Nancy 
et fut baptisé le 22 mars 1705 (paroisse S'-Êpvre de Nancy), épousa le 
13 février 1757 Christine-Thérèse Lenoir. Il mourut à Paris le 27 mars 
1778. Nicolas-Sébastien Adam fut élève de son père, se rendit à Paris, 
puis à Montpellier, en 1724, à Rome et enfin à Paris, où on le retrouve en 
1728. Une de ses plus belles œuvres, qui lui acquit la célébrité et qui est 
encore admirable de nos jours, est le mausolée de la reine de Pologne, 
femme de Stanislas, dans l'église de Bonsecours à Nancy (1747)'. Il fut 
reçu de l'Académie en 1737 et académicien le 26 juin 1762, professeur 
le 30 janvier 1778, peu de temps avant sa mort, alors que déjà sa vue 
faiblissait, car il mourut complètement aveugle. Il eut trois fils, Louis- 
Charles, Gaspard et Jean-Charles-Nicolas; Nicolas-Sébastien avait obtenu 
à Rome le premier prix de l'Académie de S'-Luc et avait été chargé, 
comme son frère, de réparer les statues antiques du cardinal de Polignac. 

Au musée d'Amiens, dans le jardin, est une œuvre de lui, Angélique et 
Médor, autrefois dans le parc du château d'Heilly, où se voyaient aussi, 
disparus aujourd'hui, Diane et Apollon. En 1732, il sculpta le portail de 
l'église abbatiale de Flavigny, avec Mossman, d'Haroué. 

Les Adam, les Michel et Clodion, Alb. Jacquot, J. Rouam ëdit. Paris, 1897. — Biblio- 
thèque lorraine, Dom Calmât. — Bellier de la Chavignerie. — Journal de la Société d'ar- 
chéologie lorraine, 1887, p. 124. — Archives de \ancy, II, 374; III, 307. 

Adam (François-Gaspard-Balthasard). Sculpteur. XVIII» siècle. Sixième 
enfant de Jacob-Sigisbert Adam et son élève, né à Nancy le 23 mai 1710 
(paroisse S'-Sébastien). Il épousa, à Nancy, le 8 juillet 1751, Charlotte- 
Gervaise, et mourut à Paris en 1761. Comme ses frères, il se rendit à Rome 
en 1729, où il travailla en leur compagnie, et obtint son prix à l'Académie 
en 1741 et peu après le titre de pensionnaire. Il ne quitta Rome que vers 
la fin de 1746, allant à Berlin, où il obtenait le titre de premier sculpteur 
du roi Frédéric le Grand et où ses œuvres ornent encore les jardins de 
Potsdam. 

1 Voir, ci-après, planche L. 



Son neveu, Sigisbert-Michel, l'y remplaça lorsqu'il quitta la Prusse 

pour revenir à Paris en 1759. 

LesAdam.IesMicheletClodion, Albert Jacquot, 1897. Paris. J. Rouam. — Dom Calmef, 
Bibliothèque lorraine. — Archives de Nancy, III, 268. 

Alexis (François), sculpteur, XVIII» siècle, né à Nomeny, inscrit 
comme nouvel entrant aux rôles des bourgeois de Nancy, de 1753 à 1756. 

Il fut témoin, le 17 juin 1748, au mariage de la fille de feu Collignon 
(Nicolas), sculpleur, avec Philippe-François Braquet, sculpteur, origi- 
naire d'Arras. (Eglise S'-Roch de Nancy.) 

En 1788, il Ctdes ornements et décorations à l'église de Vandelainville. 

Archives de Nancy. T. II. p. 182. 
Archives de Meurthe-et-Moselle, C. 530. 

Armuis (Jacques d'), sculpteur, XVII» siècle, originaire de Lorraine, 
habitait Rome en 1609. 

Journal de la Société d'archéologie lorraine, 1887, p. 123. — La sculpture en Lor- 
raine, A. J. 

AuBERTix (Nicolas), sculpteur, Xl'll» siècle, né vers 1649, mort à Nancy 
le 14 juillet 1688, fut enterré dans l'église St-Sébaslien de cette ville, 
âgé de 39 ans. Il avait été chargé, en 1679, d'exécuter des sculptures en 
marbre pour la chapelle du collège des Jésuites, de Nancy. 

Archive» de Nancy, T. II, p. 329; III, 324. 

Baghoit (Jacques), maître sculpleur, XVI' siècle, décora, en 1515, 
l'église S*-Nicolas du Port, près Nancy, et en 1520 celle de S'-Nicolas de 
Troyes. 

BÉRARD. 

Bag.ard (Jean), sculpteur, XVI" siècle, inscrit sur le rôle des habitants 
de Nancy, en 1551; on croit que ce serait ce Jean Bagard ou plutôt un 
homonyme qui était chanoine de St-Georges à Nancy. 

On peut penser qu'il s'agit ici d'un des ancêtres des fameux Bagard, 
famille de sculpteurs lorrains. 

H. Lepage. — Journal de la société d'archéologie lorraine, 1853-1864, p. 155. 

Bagard (Nicolas), sculpteur, XVII" siècle. Eut à Nancy trois enfants 
baptisés successivement à la paroisse St-Sébastien, d'après des documents 
inédits retrouvés par nous dans les registres des archives paroissiales de 
Nancy. En effet : en 1614, le 17 avril, baptême d'Anne, fille de Nicolas 
Bagard; le 27 novembre 1615, baptême de Catherine, fille de Nicolas 
Bagard et de Martinne, sa femme. Il se remaria dès l'année suivante, 
car, deux ans après, le 25 avril 1617, toujours à la même paroisse, il eut 
un fils, Jacques, qui y fut baptisé; fils de Nicolas Bagard et d'Anne sa 
femme. 



— 7 — 

Enfin en 1620, le 27 avril, nous trouvons le baptême de son fils, César 
Bagard, né d'Anne sa femme; ce César fut le fameux sculpteur lorrain. 

Enregistrons aussi, à titre de document, en 1630, le 5 août, le décès 
d'un Simon Bagard, fils de Henry Bagard (paroisse S»-Sébastien), et le 
18 juin 1651, celui de Jean-Claude Bagard, évidemment de la même 
famille. 

ArchÏTes paroissiales St-Sébastien, de Nancy. 

Bagard (César), célèbre sculpteur lorrain (XVU* siècle), né et baptisé à 
Nancy le 27 avril 1620 (paroisse S»-Sébaslien), fils de Nicolas Bagard, 
ancien bourgeois de Nancy, el d'Anne, sa femme; le parrain fut le 
sculpteur César Foulon. 11 fut l'élève de Jacquin, le sculpteur lorrain. Il 
avait épousé Claude Biclel à Nancy. Il eut un fils, sculpteur comme lui et 
son élève, le fameux Toussaint Bagard. 

César Bagard fut aussi connu sous le nom de Grand César ; il mourut 
en 1709, à Nancy, et fut enterré dans l'église des Minimes. César travailla 
beaucoup en France; à Paris, il fit les deux figures de la Force et de la 
Vertu pour l'arc de triomphe élevé pour le mariage de Louis XIV. Parmi 
ses principales œuvres, on peut citer le portrait de Jean des Porcelets de 
Maillane, 81» évêque de Toul (actuellement au palais ducal de Nancy) ; 
c'est un génie tenant un médaillon renfermant le portrait de l'évêque. 
Cette sculpture ornait autrefois l'église du collège des Jésuites de Nancy. 
En 1658, il fit une terre cuite représentant un Cupidon ouvrant la gueule 
à un lion. Presque tous ses ouvrages étaient dans les églises de Nancy et 
furent malheureusement en partie détruits en 1789. On citait de lui : 
un Christ en croix à l'église S'-Sébastien, un buste de Louis XIV à l'an- 
cienne porte royale, une Ste Thérèse et un St Jean avec une Vierge, aux 
Carmes. Le Christ en croix, en bois, encadré, figurait à l'exposition rétros- 
pective de Pau, en avril et mai 1891 ; il appartient à M. le baron Henry. 
En 1658, il exécuta un St Honoré, en bois, pour l'église des Dominicains 
de Nancy; en 1678, il répara les figures de la fontaine du marché de cette 
ville. En 1682, il sculpta un modèle de lutrin à l'église St-Sébastien. 

Enfin, en 1639, il construisait la Porte Neuve, qu'il décora de sculptures 
en 1675. 

La femme de César Bagard, Claude Biclet, mourut à Nancy le 4 avril 
1682. 

Archives de Mearthe-et-Mosclle. B, 7828. — Noël. — Archives de Nancy. T. II, 8, 
180. — Dom Calmet, Bibliothèque lorraine. — Bellier de la Chavignerie. — Archives de 
Nancy. T. II. 180, 259, 267, 271, 286; III, 248, 261, 296, 323, 357; IV, 67. 

Bagard (Toussaint), sculpteur, XVII" siècle. Fils de César Bagard et son 
élève, avait épousé, le 3 septembre 1683, Anne-Chrétienne Hussart, fille 
de Hussart, lieutenant à Pulligny; il en eut plusieurs enfants, entre antres 



— 8 — 

Charles, né et baptisé à Nancy, le 24 juillet 1685; Jean, qui mourut (pa- 
roisse St-Sébastien) le 27 mai 1687 ; Toussaint décéda vers 1712. 

Parmi ses principales œuvres, il convient de citer un crucifix que la 
ville de Nancy offrit en 1695 à la maréchale deLorge; en 1698, un crucifix 
encadré, par ordre de la ville, pour Madame Royale, à son entrée à Nancy. 
Il était officier de la milice bourgeoise en 1663. Le 8 juin 1694, nous le 
voyons être parrain à St-Sébastien de Nancy du fils du sculpteur Jean Valiier. 

Archives de Nancy. T. III, p. 2f9, etc. Dom Calmet, Bibliothéqne lorraine. 

BfliLLY (François) , sculpteur, XVII' siècle, reçu membre de la Confrérie de 
la Congrégation de Nancy, le 15 mai 1667, et inscrit comme contribuable 
de ladite ville en 1672 ; il y mourut le 9 décembre 1685, fut enterré 
au couvent des sœurs grises, âgé de 40 ans. Il était donc né vers 1645. 

On ne connaît pas de ses œuvres qui soient signées et parvenues à notre 
connaissance. 

Archivei de Nancy. — Lepage. 

Bailly (Jean), sculpteur à Damas-aux-Bois, XVIII" siècle. — En 1725, 
il fit le tabernacle de l'église du couvent de Bayon. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. H, 857. — Archives de Nancy. II, 2S2. III, 324. 

Barat (Jacques), sculpteur et tourneur. XVI» siècle. Il fit, en 1577, les 
meubles ordonnés pour la duchesse de Brunswick, Dorothée de Lorraine. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. B. 1878. 

Bastien, de Bar, sculpteur, XVI* siècle. En 1531 il travaUla au château 
du duc de Lorraine, à Gondreville, y sculpta des gargouilles et d'autres 
œuvres, et l'année suivante au palais, galerie ducale de Nancy. 

Archives de Meurthe-et-Moselle, B, 6163, 6164, et Sculpture en Lorraine, A. JacquoI, 
1888, compte rendu du Congrès des Sociétés des Beaux-Arts des départements. 

BÉCHAMP ou Belchamp (Joseph) , sculpteur, XVIII* siècle, à Nancy, fut, le 
21 février 1757, le parrain de Joseph, fils du fameux Claude Mique, archi- 
tecte du roi Stanislas. Il sculpta, de concert avec Guibal et Valiier, les 
statues du palais du gouvernement et de la place Carrière de Nancy. Les 
archives de Lunéville le mentionnent, le 10 mai 1749, comme sculpteur 
du roi. En 1774, il travaillait au catafalque du service funèbre célébré à 
l'église S*-Roch, de Nancy, en l'honneur de la mort du roi Louis XV. Il 
fut aussi, le 19 mars 1752, parrain de Joseph, fils de Barthélémy Guibal, 
à Lunéville, et, dans cet acte, est qualifié « sculpteur du roi » . Il se maria 
à Lunéville, le 15 février 1746, est désigné comme sculpteur, fils de feu 
Philippe-Joseph Bêchant, marchand orfèvre, et de Jeanne-Marie Girard, 
de la paroisse S'-Georges de Chalon-sur-Saône, épousant la demoiselle 
Catherine Vacquier. 

Archives de Nancy, III, 21 ; IV, 41. Lepage. — Archives de Lunéville. 



— 9 — 

Benoit (Benoît), sculpteur à Nancy, XVII" siècle, compris dans les rôles 
de commissaires de quartier de Nancy, en 1636. Il épousait, le 31 octo- 
bre 1632, Jeanne Mansuy, de cette ville. (Paroisse S»-Sébastien.) 

Archives de Nancy. III, 294. II, 228. 

BÈZE (Jean-Claude et Sébastien), sculpteurs, XVIII* siècle. Originaires 
de Château-Voué (Lorraine), sculptèrent avec talent les autels et des reli- 
quaires dans l'église de Château-Voué et dans la plupart des églises envi- 
ronnantes. 

Journal de la Société d'archéologie lorraine, 1894, p. 205, etc. 

BoNNAiRE (Louis), sculpteur, XVIII' siècle, fit, en 1780, plusieurs sculp- 
tures sur bois dans les bureaux de l'intendance à Nancy. Il était origi- 
naire de Sandaucourt et fils des défunts Louis Bonnaire, sculpteur, et Anne 
Martin de St-Benoît du Woëvre (diocèse de Metz). Il se maria, le 15 octo- 
bre 1755, à la paroisse S»-Epvre de Nancy. 

Archives de Nancy. H. Lepage. 

Bonnet (Jean-François), sculpteur, XVII' siècle, mort à Nancy, le 28 fé- 
vrier 1720, âgé de 34 ans, inhumé dans le cimetière de la paroisse St-Sé- 
baslien. Il était né vers 1680. On ne connaît rien de ses œuvres. 

Archives de Nancy. T. III, p. 328. 

Bordenave (Jacques-Joseph de), habile sculpteur lorrain, XVII» et 
XVIIÏ" siècles. Il naquit à Nancy, le 27 octobre 1648. Son père, Joseph de 
Bordenave, était garde de M. de la Ferlé, gouverneur de Nancy; sa mère 
était Louise Gilquin. Il épousa, à Nancy, le 14 mars 1674, Marie-Anne 
Bailly, et Anne Carel, avant 1695, puisque celle-ci lui donnait un fils, 
Claude, né à Nancy, le 4 février 1695. 

Jacques-Joseph mourut à Nancy, le 26 juillet 1721, et non en 1724, 
ainsi que l'écrit dom Calmet. Sa fille Marie-Anne épousa, le 14 janvier 
1721, Nicolas Durand, fils du maître de la manufacture de tapis de Nancy. 

Parmi ses œuvres sculpturales, il convient de citer un beau buste du 
duc Charles V, une figure de S" Anne, àBonsecours, le crucifix, autrefois à 
l'église S'-Epvre de Nancy, exécuté et posé le 29 novembre 1716. Il était 
bourgeois de sa ville natale. En 1698 il contribua aux travaux de sculp- 
ture des arcs de triomphe élevés à Nancy pour l'entrée solennelle du duc 
de Lorraine dans cette ville. En 1705, nous rencontrons son nom parmi 
ceux des contribuables de Nancy. 11 fut nommé aussi professeur de l'Aca- 
démie. 

Archives de Nancy, II, 44, 297, 324; III, 381, 384; IV, 8, 13, 24. 

Bouille (Victor de), statuaire et dessinateur lithographe, XVIII" et 
XIX* siècles, né à Nancy vers la fin du XVIII" siècle. Il fit beaucoup de 
petites statuettes qui ne manquent pas d'intérêt. 

Soliman Lieutand. 



— 10 — 

BoiRDENAN (Jacques), sculpteur, XVIII' siècle, sculpteur lorrain, était à 
Carpi (Italie) au XVII» siècle; serait peut-être un des ancêtres de Bor- 
denave. 

Jonrnal delà Société d'archéologie lorraine, 1887, p. 124. 

BouRDiER (Pierre), XVIII» siècle, sculpteur du roi de France et architecte 
lorrain, marié à Jeanne Mallebranche. Ils eurent un fils, né à Lunéville 
le 12 novembre 1703. 

Archives de Lunéville, GG, 17. Denis. 

BoussEVAL (Louis), sculpteur, XVIII' siècle, se maria à Nancy, le ^juil- 
let 1702, était fils de Nicolas Bousseval, maître écrivain. Il naquit à Cham- 
pigneuUes près Nancy en 1648, fut témoin du mariage du sculpteur Carrel 
de Paris, le 30 juillet 1709, et mourut à Nancy, le 23 avril 1710, à la 
paroisse S'-Epvre. Sculpture d'ornement. 

Archives de IVfancy, III, p. 302; IV, II, 24. 

BoiTENiER, sculpteur lorrain, XVIII* siècle, très excellent modeleur de 
portraits en cire et d'un très grand goijl, écrit dom Calmet, dans sa Biblio- 
thèque lorraine. 

Brabam (Pierre), sculpteur de Nancy, XVII» siècle, gendre du fameux 
sculpteur César Foulon, nommé commissaire de quartier de Nancy, en 
1636, eut un fils, Jacques, baptisé à Nancy, le 17 octobre 1636, dont Jac- 
ques Foulon fut parrain. Pierre Brabant fut aussi reçu membre de la 
confrérie de la congrégation de sa ville natale, le 8 septembre 1639. Il 
mourut à Plombières, le 21 septembre 1651, et fut enterré à Nancy. Il 
eut un autre fils, François (fils de Pierre Brabant et Claude Foulon), 
baptisé le 26 août 1640 à S'-Sébaslien de Nancy. 

On connaît peu ses œuvres. 

Archives de Nancy, II, 228 ; III, 254, 319. 

Brabant (Jacques), sculpteur à Nancy, XVII' siècle, fils de Pierre Bra- 
bant, né et baptisé à Nancy le 17 octobre 1636, eut pour parrain le 
sculpteur Jacques Foulon. 11 fut reçu membre de la confrérie de la con- 
grégation de Nancy le 15 août 1660. 

Archives de Nancy, II, III. 

Bracquet (Philippe-François), maître sculpteur (XVIII* siècle), natif 
d'Anas, reçu en 1756 bourgeois de Nancy. Le 21 octobre 1759, il eut à 
Nancy, de Barbe Collignon, sa femme, un fils, Claude, qui fut son élève. 
Barbe mourut à Nancy, le 28 novembre 1784, demeurant dans la Grande 
Rue, en face de la porte d'entrée des Cordeliers. On ne dit pas quelles furent 
•ses œuvres. Il avait épousé Barbe Collignon, à Nancy, le 17 juin 1748. 

Archives de Nancy, II, 182; III, 284, 373; IV, 45. 



— 11 — 

Braquet (Claude), sculpteur, de Nancy, XVIII' siècle, né et baptisé (fils 
de Philippe) le 21 octobre 1759. Il sculpta, en 1783, les socles décoré 
des fontaines de la place Royale de Nancy. 
Archives de Nancy . T. III, 26. 

Brèche (Joseph-François), dit Labonté, sculpteur, XVIII» siècle, fils de 
Jean Brèche, épousa Françoise Aubert; né à Nancy en 1717 ou 1716, se 
maria dans celte ville (paroisse S'-Roch), en présence de Louis Lenoir, 
sculpteur, d'André Gergonne, peintre du roi, etc., le 15 février 1746. 

Il ne faut pas le confondre avec son fils, Joseph, né en 1753, ni avec 
son frère qui devait être jumeau, et décédait à l'hôpital de Nancy 
le 21 mars 1764, âgé de 47 ans. Ce dernier se nommait aussi Joseph. 
Joseph-François mourut à Nancy, le 4 juin 1784, âgé de 68 ans. 

Il fit, avec Singry, en 1771, des stalles à l'église S'-Nicolas de Nancy. 

Archire» de Nancy. T. IV, 19, 41, 44, 56. 

Brèche (Joseph 1"), sculpteur de Nancy, XVIII' siècle, doit être frère 
jumeau de Joseph-François ; nous n'avons trouvé que son acte de décès, à 
l'hôpital de Nancy, en date du 21 mars 1764, âgé de 47 ans, et avec la 
mention sculpteur, natif de Nancy. 

Il fît beaucoup de sculptures pour le duc de Lorraine Stanislas Lesczinski. 

Archives de Nancy. III, 19, 26, 336. 

Brèche (Joseph II), dit Labonté, sculpteur de Nancy, XVIII" siècle, fils 
de Joseph Brèche et de Françoise Aubert, se maria, à Nancy (paroisse 
S'-Epvre), le 22 août 1780, âgé de 27 ans (né le 5 février 1753) ; son par- 
rain fut Joseph Démange, architecte du roi (paroisse S'-Roch) ; il est 
qualifié dans cet acte « sculpteur, fils de Joseph-François Brèche, dit La- 
bonté, aussi sculpteur n . Il fut député pour l'élection au tiers étal, à 
Nancy, en 1789. Il fil, en 1785, des sculptures sur bois, dans l'intérieur 
de l'hôtel de ville de Nancy. 

Archives de Nancy. IV, 19, 41, 44, 56. 

Brefort (Adam-Claude), sculpteur lorrain, XVII" siècle, travaillait de son 
art, à Rome, en 1673. 

Jonrnal de la Société d'archéologie lorraine, 1887, p. 124. — Sculpture en Lorraine, 
A. Jacquot, 1888. — Compte rendu du Congrès des Sociétés des Beaux-Arts des départe- 
ments. 

Caxixi (Pierre), sculpteur, XIV" siècle, du diocèse de Toul, était à la 
Cour des papes, à Avignon, en qualité de sculpteur. 

E. Miintz, Les arts à la Coar des papes, au XIV' siècle. 

Carrel, sculpteur, de Metz, XVII' siècle. « En 1670, à Carrel, de Metz, 
pour la sculpture des armes du duc Charles IV, à la Chartreuse de Bosser- 
ville. » 

Archives de Meurthe-et-Moselle. H, G80. 



— 12 — 

Carrel (Nicolas), XVIII* siècle, sculpteur, originaire de Paris, où il 
naquit vers 1661, paroisse S'-Eustache, ainsi que le témoigne son acte de 
mariage, daté de Nancy, en 1709, le 30 juillet, où il est déclaré âgé 
de 48 ans (église S'-Epvre de Nancy), mariage célébré en présence de 
Remy Vuiilaume, sculpteur, et de Louis Bousval, également sculpteur. 

Archives de Nancy. IV, 11. 

Ceintrey, sculpteur, XVIII* siècle. En 1718, il fit des tables et des 
cadres de sculpture pour les princes, à Nancy. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. B, 1634. 

César (Claude), sculpteur, XVIII* siècle, est déclaré, comme tel, contri- 
buable de Nancy, où il habitait, dans la Ville Vieille, en 1724. Ses œuvres 
sont inconnues. * 

Archives de Nancy, II, 345. 

Chassel (les), famille de sculpteurs lorrains d'un réel talent. Deux 
branches de cette famille, dont la première issue de Nancy, et Tautre de 
Rambervillers, se sont livrées à l'art sculptural. Plusieurs auteurs ont 
confondu ces deux familles d'autant plus facilement que deux des chefs 
ont porté le même prénom : Charles. 

Chassel (Charles), sculpteur, XVII' siècle, demeurant à la Ville Neuve, 
à Nancy, en 1649, y obtient exemption, en cette année, des redevances. 
11 fut reçu membre de la Confrérie de la Congrégation le 1" janvier 1655. 
Il eut un fils, nommé aussi Charles, mais spécifié du surnom » le Jeune » 
dans la mention de sa réception à la Confrérie de la Congrégation de 
Nancy, le 2 juillet 1673. Charles I" fut un sculpteur très habile et se 
distingua particulièrement dans les œuvres de petites dimensions, notam- 
ment pour les crucifix. Il fit des modèles, pour le> jeune Louis XIV, d'une 
armée en miniature que le Lorrain Merlin, orfèvre du roi de France, 
exécutait en argent. Chassel obtint du roi, pour lui et pour son fils, un 
brevet de sculpteur de Sa Majesté. — Charles I" était mort avant 1685. On 
pense que le sculpteur François-Remy Chassel, né vers 1665, serait un de 
ses fils. 

Archives de Nancy. 

Chassel (Charles II), sculpteur lorrain, XVII* siècle, que nous pensons 
être le fils de Charles 1*% ou en tous les cas son parent ; il épousa Marie 
Gerberon. En 1650, le 26 avril, il eut un fils, Remy Chassel, qui fut 
aussi sculpteur, et qui se maria, à S'-Sébaslien de Nancy, son père étant 
mort, le 1" juillet 1687 ; puis, le 10 octobre 1652, il eut un autre fils, 
Jean, baptisé à S'-Sébastien de Nancy, qui devint chirurgien. En 1660, 
nous le voyons travailler à cette église S'-Sébastien ; en 1661, il y fit un 
beau crucifix en bois. Il était mort avant 1685. 

Sculpture en Lorraine, A. Jacquot. — Dom Calmet, Bibliothèque lorraine. — Journal 



— 13 — 

de U Société d'archéologie lorraine, 1874, p. 124. — Archives de Nancy. T. II ; 274. 
III, 256, 257. 261, 299. 

Chassel (Charles III?), serait originaire de Rambervillers. Épousa, le 
12 juillet 1663, à l'église S»-Sébastien, Jeanne, fille de Remy Gen- 
tilhomme. Le 27 septembre 1677, il eut un fils Charles (IV), dont le 
parrain fut le sculpteur François-Remy Chassel. On pense que ce fut ce 
Charles Chassel qui sculpta le beau christ de marbre qui se trouve au 
bas de Tautel de la chapelle ronde de Nancy. Il fît également une statue 
de Vénus pour la cheminée de la chambre principale du palais à Nancy. 

Sculpture en Lorraine, A. J., 1888, et Archives de Nancy. 

Chassel (Remy-François) , sculpteur, XVII» et XVIII' siècles, né 
vers 1665, puisque lors de sa mort, à Nancy, le 5 octobre 1752, il est 
dit âgé de 87 ans. (DomCalmet le croit né à Metz, en 1666, et pense qu'il 
était petit-fils de Charles Chassel.) Il fut parrain, âgé d'environ onze ans, 
à Nancy, en 1677, de Charles Chassel, fils de Charles Chassel et de 
Jeanne Gentilhomme. (Archives de Nancy, 27 septembre 1677.) A Paris, 
où il alla perfectionner son talent, il fut élève de Le Comte et nommé 
ensuite professeur, puis directeur de l'Académie de peinture et de 
sculpture de Nancy. Son père, dit-on, avait dû élire domicile à Metz à 
cause da mauvais état de la Lorraine pendant les guerres au XVII* siècle. 
Il se maria à Nancy, paroisse S'-Sébastien, son père étant mort, le 
19 août 1698, « fils de feu Charles Chassel, vivant aussi sculpteur », 
avec Madeleine, fille de Gabriel Dufour, bourgeois. Dans cette même 
année, il fut nommé officier de la milice de Nancy. L'année suivante, 
le 23 juin, il eut un fils, Nicolas, puis le 11 février 1705 un second fils, 
Jean-François, dont le parrain fut Jean Darmur, chevalier, seigneur de 
Maisey; le 7 février 1709, une fille, dont l'avocat Nicolas-Pascal Marcol 
fut parrain; et enfin, le 21 novembre 1711, un dernier fils, Jean, dont le 
parrain était Jean-François du Bois, écuyer, conseiller du roi. 

Sa femme lui survécut. 

Les principales oeuvres de Remy-François furent : en 1731 , une 
statue d'un Génie, les mausolées du président Bourcier, celui du pro- 
cureur général de Moulon, celui du président Cueillet, des statues de 
Vénus, les bustes des ducs Charles V, de Léopold, de la duchesse ; 
en 1750, les figures de l'autel des Cordeliers de Nancy. En 1728, il sculpte 
les armes ducales, soutenues par deux aigles, au frontispice de l'église 
S'-Sébastien de Nancy; en 1730, une figure pour l'Hôtel de ville, repré- 
sentant un Génie posé sur des trophées des arts et des sciences, se 
reposant sur le bouclier de Minerve; en 1742, un Ex-voto de la ville à 
l'église de Bonsecours. 

Il sculpta aussi les figures allégoriques de la scène et la balustrade 



— 14 — 

de la loge ducale de l'Opéra de Nancy, commencé en 1708, sous les 
ordres de Bibiena. Ces statues ont servi à rornementation des loges 
d'avant-scènes des troisièmes galeries du théâtre actuel de Nancy, et la 
balustrade se voit aujourd'hui au Musée lorrain de Nancy. 

Théâtre en Lorraine. — Compte rendu du Congrès des Sociétés des Beaux-Arts des 
départements, A. Jacquot, p. 606. — Dom Calmet, Bibliothèque lorraine. Archives 
de Nancy, I, II, III, IV. — Lepage, II, 68, 269, 301, 345, 349, 352, 353, 367; III, 
43, 175, 261, 264. 267, 269, 301. 

Ch.issel (David), XVII' siècle, sculpteur lorrain, à Rambervillers, 
établi en 1687, fut parrain, par procuration donnée à François Chassel, 
sculpteur, au baptême de David-François, fils de Jean Chassel, garde- 
magasin des bois du roi. 17 mars 1687. S'-Sébastien de Nancy. 

Archives de Nancy. III, 262. 

Champion (Claude), XVI' siècle, sculpteur lorrain, tailla, en 1531, les 
chapiteaux de la galerie faite au palais de Gondrecourt et plusieurs 
écussons et gargouilles. En 1532, ilfutpayépourles œuvres de cette galerie. 

La sculpture en Lorraine, A. Jacquot, 1888. Archives de Meurthe-et-Moselle. B, 
6163, 6164. 

Chalvel (Marc), dit Duperche, XVIII» siècle, sculpteur, eut un fils, 
baptisé à Nancy, le 12 avril 1727 ; on le nomma François. Marc mourut 
h Nancy, âgé de 52 ans, le 7 novembre 1733. En 1728, il avait sculpté 
les trente-deux roses aux arcades des collatéraux et chapelles de la Pri- 
matiale de Nancy, et les chapiteaux des colonnes au-dessus de la tour à 
droite de la même église. 

Archives de Nancy. III, 278, 331. — Archives de Meurthe-et-Moselle. G, 310, 311, 
315, 316. 

Chenel, sculpteur lorrain, XVIII» siècle, est mentionné, en 1712, pour 
des ouvrages qu'il sculpta au château de Nancy. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. B, 12446. 

Chémotou Chaigniot, de Nancy (Charles, fils de Jean), XVIII' siècle 
Tous deux sculpteurs. Charles épousa Marguerite, fille de Charles Mutel, 
à Nancy, le 22 janvier 1754, son père, Jean, étant mort à cette époque. 
Jean eut deux fils : Joseph, né en 1735, à Nancy, et Charles-Léopold, 
baptisé le 27 février 1744. 

Un frère de Jean, Jean-Claude Chaignot, aussi sculpteur, originaire de 
la paroisse S'-Sébastien de Nancy, fut enterré à S'-Epvre, église de la 
même ville, le 23 août 1761, âgé de 61 ans. Il était donc né vers 1700. 

Archives do Nancy. III, 311, 390, 391 ; IV, 28. 

Chéniot ou Chaigniot (Jean-Claude), XVIII» siècle, sculpteur, mort à 



— 15 — 

Nancy, paroisse S'-Epvre, le 23 août 1761, étant né à Nancy, paroisse 
S'-Sébaslien, vers 1700. 

Archives de Nancy. IV, 28. 

Chéron (François), XVII* siècle, sculpteur lorrain, était à Rome 
en 1673. 

Journal de la Société d'archéologie lorraine, 1887, p. 124. 

Chevillon (Aubert), imagier, maître d'oeuvres à Bar, XIII* et XIV* siècles. 

Cherrier (Claude), XVIII* siècle, sculpteur à Lunéville. En 1740, il 
sculpta un autel dans la chapelle de S'-Firmin, au prieuré de Flavigny. 

Archives de Menrtho-et-Moselle. H, 110. 

Chevalier, XVIII* siècle, fameux stucaleur de Stanislas qui habitait 
Lunéville. 

Chevrot (Mangin), sculpteur, XV* siècle, de Vicherey, travailla au 
portail de l'église de Toul, en 1460. 

Journal de la Société d'archéologie lorraine, 1882, p. 251. 

Christophe (François), sculpteur, XVII* siècle, à Pont-à-Mousson. 

En 1636, il répara le reliquaire d'argent où étaient les reliques de 
S* Sébastien, pour la Confrérie de S'-Nicolas, à Pont-à-Mousson. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. G, 1141. 

Chuppiv (Nicolas), XVIP siècle, fils de Charles, petit-fils de Médard, 
baptisé à Nancy, le 14 juillet 1595, fit, en 1626, des travaux de peinture 
pour la ville de Nancy et, en 1629, pour l'arrivée de Gaston d'Orléans. 
Il eut un fils, Nicolas II, le 13 septembre 1622, dont Nicolas Vignolle 
fut le parrain. Il s'était remarié, le 25 février 1620, avec Claude 
Regnaudin. Il mourut le 28 novembre 1635, âgé de 40 ans, et fut inhumé 
aux Cordeliers de Nancy. 

Archives de Nancy. 

CiRiER OU Syrier (André), sculpteur, XVIII* siècle, eut de sa femme, 
Marie-Claude Richer, dite Révérend, une fille, Claude, baptisée à Nancy, 
le 12 mars 1714. 

Archives de Nancy. III, p. 349. 

Claude, XVII* siècle, sculpteur lorrain, désigné uniquement sous ce 
nom, comme étant l'auteur d'une des statues de la fontaine de la place 
Navone, à Rome, représentant le Danube, et fit également une Léda en 
marbre. 

C'est un des agents du Bernin qui, le 30 novembre 1652, écrivait ceci 
au duc de Modène. 

Journal de la Société d'archéologie lorraine, 1892, p. 157. 

Claidot (Pierre et Antoine), XVII* et XVIII* siècles, sculpteurs à 



— 16 — 

Épinal. Ils firent l'autel du chapitre de la Chartreuse de Bosserville. 
Pierre fut reçu, le 4 juin 1675, membre de la Confrérie de la Congré- 
gation de Nancy, par attestation d'Epinal. Il eut un fils de sa femme 
Elisabeth Robert, qui reçut le prénom de Charles et fut baptisé à Nancy, 
le 14 août 1675. 

Archives de Nancy. III, 261. — Archives de Meurthe-et-Moselle. H, 171, 680. 

Clodion (Voir Michel.) 

Clément (César), KVII' siècle, sculpteur à Nancy. Sans autre indication. 
Rôle pour la levée des sous. 

Archives de Nancy, II, 309, et Archivai de Meurthe-et-Moselle, H, 2635. 

Coing (Jean-Baptiste-Joseph), XVIII» siècle, sculpteur, originaire de 
Valenciennes, fit, en 1779, six chandeliers sculptés en bois pour la 
paroisse S'-Pierre de Nancy. 

Le 5 juillet 1785, il mourut à Thôpital de Nancy, âgé de 46 ans. Il 
avait eu un fils, Joseph-Dieudonné, baptisé à Nancy, paroisse S'-Pierre, 
le 29 juillet 1769, et un autre fils, Léon-Joseph, le 25 juin 1775. 

Archives de Nancy. III, p. 24, 341; IV, 35. 

CoLLiGNON (le Marjollet, ou le Moucheté), tailleur d'images du Barrois, 
travailla à la chapelle de Kœurs, en 1749. 

De l'art et des artistes dans le Barrois, Maze-Werly, 1898. 

CoLLiGNON (Claude), XVII" siècle, sculpteur et architecte, fut baptisé à 
Nancy, église S'-Sébaslien, le 2 octobre 1612, fils de défunt Didier Col- 
lignon. Il édifia une croix entre la Madeleine et Notre-Dame de Bon- 
Secours, à Nancy, et la sculptait, en 1653. 

Son fils, Balthasar, fut baptisé à Nancy, le 14 juillet 1628. Un nommé 
Claude CoUignon (est-ce le même personnage?) fut déclaré exempt 
d'impôts, en 1666, en qualité d'architecte de Son Altesse Royale. 

Archives de Nancy. H. Lepage. 

CoLLiGNON (Nicolas desMutels), dit CoUignon, sculpteur, XVII' siècle, 
eut plusieurs fils de sa femme, Claude Fleury : Joseph-François, baptisé 
à Nancy, le 12 janvier 1687 ; un autre, Nicolas II, le 12 juin 1689, puis 
Jean-François, le 28 novembre 1699. Il s'était marié à Nancy, le 23 sep- 
tembre 1685, fut témoin, le 7 janvier 1691, du mariage de Nicolas- 
François Foulon, sculpteur, de Nancy. Son fils, Nicolas II, se maria, à 
Nancy, le 8 février 1724. 

Il décora des arcs de triomphe, pour l'entrée à Nancy du duc et de 
la duchesse, en 1698. Un Nicolas CoUignon, sculpteur à Nancy, fut 
chassé, le 15 mars 1654, par ordre du Conseil, de la Confrérie de la 
Congrégatioa de Nancy, pour avoir refusé des aliments à son père. 



- 17- 

D*autre part, nous voyons Nicolas Collignon reçu membre de ladite Con» 
frérie, le 7 septembre 1693. 

Arohivet d« Nancj. H. Lepage. 

Collignon (Joseph-François) Desmutet, sculpteur, XVII» siècle, né à 
Nancy, et baptisé le 12 janvier 1687 ; sa mère était Claude Fleury ; il 
était fils de Nicolas 1*' Collignon et mourut à Nancy le 6 février 1765, 
âgé de 78 ans. 

On ne connaît rien de ses œuvres. 

Archives de Nancy. 

Collignon (Nicolas II), sculpteur, XVII* siècle, fils de Nicolas 1*' Col- 
lignon et de Claude Fleury, né à Nancy le 12 juin 1689. Il se maria 
dans sa ville natale, le 8 février 1724. 

Archives de Nancy. H. Lepage. 

Commandeur (Jean-François), sculpteur, XVUI* siècle, cité comme 
témoin du mariage de Gilles-Pierre, sculpteur, le 6 janvier 1749, à la 
paroisse S'-Roch de Nancy. 

Archives de Nancy. IV. p. 45. 

CoRDiER (Nicolas, dit Franciosini), XVI* siècle, sculpteur lorrain, élève 
de Michel-Ange, né en Lorraine en 1567, mort à Rome le 25 no- 
vembre 1612, inhumé à la Trinité du Mont, graveur sur bois, puis 
sculpteur. Il fit la plupart des belles statues à Rome, sous le pontificat de 
Clément VIII, entre autres celles de S'* Sibye, de S' Grégoire, de 1600 
à 1612, celles des églises de S'-Jean de Latran, S'*-Marie Majeure, 
S'*-Agnès hors les murs, S»-Sébastien, S'*-Barbe et S»-Paul aux trois 
fontaines. 

Sculpture en Lorraine, A. Jacqnot, 1888. — Journal de la Société d'archéologie lor- 
raine, 1887. — Bellier de la Chavignerie. 

Courtois (Geoffroy), de Gondrecourt, imagier, maître des œuvres à 
Bar, XIII* et XIV* siècles. 

Courtois, XVIII* siècle, modeleur lorrain, machiniste et ouvrier en cire, 
né à Nancy, fit, en 1752, l'exposition d'un musée de cire dont il était 
l'auteur. 

Archives de Nancy. 

Crocq ou Crocx, XV* siècle, sculpteur, de Bar-le-Duc, ymageur et 
tailleur de pierre et bois, auteur du mausolée du duc de Bourgogne à la 
collégiale S'-Georges de Nancy, laissa une postérité d'artistes en tous 
genres. 

En 1498, il reçoit deux florins d'or du duc René II, pour son voyage, à 
l'effet de travailler en France. Son fils fut architecte à Bar, en 1537. 

La sculpture en Lorraine, A. Jacquot, 1888. — Archives de Nancy. H. Lepage, I, 
p. 142, 143. — Dictionnaire de Beauchal. 

S 



— 18 ~ 

Crock ou Crockx (Martin), XV» et XVI* siècles, sculpteur, fils de Jean, 
sculpteur comme lui, fut son élève. Il fit, de concert avec Pierre Des- 
marets, en 1540, la fontaine de l'intérieur du palais ducal de Nancy. II 
était mortde 1551 à 1552, puisque à cette époque sa veuve recul une pension. 

Archives de Nancy. I, p. 142. — La sculpture eu Lorraine, A. Jacquot, 1888. 

Cyfflé (Paul-Loiiis), XVIII» siècle, sculpteur et céramiste distingué, 
1724-1806. Mé à Bruges le 6 janvier 1724 ; il fut, à l'âge de quinze ans, 
élève de Jean Van Hecke, vint, en 1741, à Paris, qu'il quitta en dé- 
cembre 1746 pour se fixer à Lunéville, où Stanislas le plaça parmi les 
élèves de Barthélémy Guibal. Dès 1751, il obtint le litre de modeleur et 
ciseleur du roi, épousa, à Lunéville, le 7 janvier 1751, Catherine Marchai, 
la fille du facteur d'orgues el organiste de l'église S'-Epvre de Nancy. 
Voici la copie de l'acte : 

« 7 janvier 1751, mariage du sieur Paul, fils majeur des défunts Paul 
u Cyfflé et Marie-Anne Depape, avec demoiselle Catherine, fille mineure 
« du sieur Joseph Marchai, facteur et organiste de la paroisse S'-Epvre 
« de Nancy, et de feue demoiselle Anne Cousson, de la paroisse S'-Epvre 
u de Nancy. » 

Ils eurent plusieurs enfants: 1" le 5 décembre 1751, Stanislas-Thomas, 
dont le roi Stanislas fut le parrain el Charlotte Beauveau, dame de Bas- 
sompierre, fut la marraine; 2» Joseph, 5 décembre 1752; 3" François- 
Paul, 15 novembre 1753, dont le parrain fut Vinand, maître de clavecin 
de Mmes les princesses de Lorraine et organiste de la chapelle royale ; 
enfin, le 30 novembre 1756, il eut un fils, nommé François-André. Chez 
Guibal, il excella dans la facture de charmantes figurines en terre de pipe 
qui firent sa réputation et ornent encore aujourd'hui la plupart des 
salons lorrains et les cabinets des collectionneurs. A la mort de 
Guibal, Cyfflé obtint sa place en qualité de sculpteur ordinaire du roi de 
Pologne. On lui doit la fontaine de la place d'Alliance de Nancy, le pié- 
destal de la statue de Louis XV, .sur la place Royale de celte ville, statue 
détruite par les Marseillais. A la mort de Stanislas, il obtint de Louis XV, 
le 1" juillet 1768, le privilège de cuire pendant quinze années les objets 
en terre de Lorraine. Il dirigea, sans résultats heureux pour lui, succes- 
sivement les manufactures de Bruges et de Haslière-Lavaux, et mourut 
dans la médiocrité de fortune, le 24 août 1806, à l'âge de 82 ans, à 
Ixelles-lez-Bruxelles, où il s'était retiré depuis 1791. Pendant son séjour 
à Lunéville, il habitait 9, rue des Sœurs-Grises (rue Castara actuelle). 

Archives de Lunéville. — Archive» de Nancy. G. G, n» 3, section 2. 

Dallein (Jean), XV» et XVI» siècles, sculpteur sur bois, mentionné dans 
les comptes des archives, sans autre indication de ses œuvres. 
Archives de Nancy. I, 143. 



~ 19- 
Dalble (Jean), XIV* siècle, sculpteur originaire du diocèse de Toul. 

Uiintf, Lorraini à la Cour des papes à Avignon. 

De la Rue (François), XVIIl' siècle, maître sculpteur demeurant à 
Huillécourt; sa femme, Nicolle Hanriot, acquiert du S' Claude Duboy, 
maître tanneur, des terrains à Huillécourt, en 1734. 

llannscrit (Collection A. Jacquet), Sënëchanssée de la Uothe-Bonrmont, 1734. 

Demenge^ de Rosières. Imagier, maître des œuvres à Bar. XIII» et 
XIV» siècles. 

Denis (Pierre), sculpteur, demeurant à Huillécourt, XVIII» siècle, avait 
marié sa fille à Antoine Hennequin, recteur d'école; ils firent une décla- 
ration concernant des terres qu'ils possèdent à Huillécourt, le 9 mars 
1769. 

Manuscrit (Collection A. Jacquot), Sénéchaussée de la Mothe-Bourmont. 

Desindes ou des Indes (Claude), XVII» et XVIII» siècles, sculpteur, ori- 
ginaire de Paris, vint se fixer à Nancy, vers 1685, où il se maria 
(paroisse Notre-Dame), le 14 juin 1686, à Catherine Dieudonné. Il fut sur- 
tout sculpteur « en bois de S" Lucie » , sculptant de préférence des sta- 
tuettes religieuses. Le 17 août 1688, il eut un fils, Gabriel. En 1698, on 
le voit figurer comme contribuable de la ville de Nancy. Il épousa, le 
24 septembre 1699, à Nancy, étant veuf de Catherine Dieudonné, Mar- 
guerite Perrin, fille de feu Jean Perrin, vivant tabellion général. Il était 
fils de Charles des Indes, marchand de vin de la paroisse Saint-Jean de 
Paris. 

Il mourut et fut inhumé à la paroisse Notre-Dame de Nancy, le 
12 août 1729, âgé de 70 ans. 

Archives de Nancy, II, 324; III, p. 300. 301, 309, 324, 349. 354, 366. 

Desmaire (Cornille), sculpteur, XVII* siècle. Maître sculpteur à Nancy, 
était mort lorsque Anne Thiébault, sa veuve, acquit une maison sise rue 
de rÉglise. 

Archives de Meurthe-et-Moselle . H, 2500. 

Desmimieux (Joseph, dit Genêt), marbrier et sculpteur à Nancy 
(XVIII» siècle), en 1717. 

Desjardins (G.), XVIII» siècle, sculpteur à Neufchâteau. En 1786, il fit 
deux autels pour l'église de Pexonnes. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. C, 425. 

Deprez (Georges), XVIII» siècle, sculpteur sur marbre, né i Mittel- 
bronn, près Phalsbourg, vivait en 1779. 

Dieudonné (Jean ou Joseph), sculpteur, XVIII» siècle, exécuta beaucoup 
de sculptures dans les églises lorraines. En 1720, il sculpta sur bois 



différentes pièces de la tribune et des grandes orgues de l'église Notre- 

Dame de Nancy. 

Archive» de Nancy. I, p. 42. ,, i . . j o„„ 

D.VB.NDE (Jean), sculpteur ébéniste, XVIII. s. cle ébén.ste de Son 

Altesse Royale, mourut le 26 mars 1739, à Lunév.Ue, âgé de 62 ans. 

Archive, de LanéviUe. 66. S« n» 629. 

DORON (Sébastien). XVIII- siècle, premier menuisier et sculpteur du 
Roi à Lunéville, mentionné le 21 décembre 1756 et parram. le 
15 août 1750, d'une des filles du sculpteur Barthélémy Guibai. 

Archives de Lunéville. A. Denii. 

D»o»co..T (Je.„-Jos.pb), XVIIl. siècle, '"^Y'^Jê, J'J Z\ 
1678. mort dans sa ville ...aie, le 13 décembre 1761, >nhame dans 
réalise S'-Mlchel des Pénilenis de la paroisse Nolre-Darae. Son fils,Je.n. 
Clande, né à Nanc,, le 19 janvier 1709. •>»"-■;»-?''. '""'")"''''',;^ . " 
ville de Nancï, en 1T24, fut parrain, en 1731. du nls da sculpleur 

Manvuisse. 

Archive, de Nancy, II. 345; III. 370. 381 ; IV. U. 

DROmN (Florent), XVI- siècle, un des premiers et des meilleur» sculp- 
teurs lorrains, est né vers 1540 à Nancy ; il habitait Rome, ou . étud.a 
vers 1568 avec le titre d'architecte, ainsi que le prouve M. B^'l^lo^'»- .^"^ 
la tige d'une nombreuse descendance de sculpteurs, ut membre de l Aca- 
démie de sculpture, architecte de l'évêque de Metz; il étud.a a-s. Pans 
Appelé ensuite à la Cour de Lorraine par le grand-duc Charles II If 
po'ur lui, en 1572, une statue d'Adonis. En 1581 .1 est nommé maître d 
œuvres du duc. En 1582, il sculpte la Cène des Cordel.ers; en 1583 les 
travaux du château de Vézelise; vers 1589. le tombeau du cardmal de 
Vaudémont, aujourd'hui en partie à l'église des Cordel.ers de Nancy, sauf 
les quatre statues des docteurs, placées à la primat.ale ^e ceUe v.lle^ 

En 1596, il sculpte les ornements et figures de la porte Notre-Dam , 
le monument de la famille de Bassompierre à l'église des M.mmes. a 
statue de S' Georges, les sphinx et statues (mutilées aujourd hu.) de la 

porte S'-Georges de Nancy. . zi a a m„««„ 

En 1606. le 9 mai, il donne le plan de l'arc de tnomphe élevé à Nancy 
pour la réc;ption de la duchesse de Bar. En 1608, il répare la onta.ne 
de la place S'-Epvre et fait les trois plans du projet de fontame à énger à 
la place de l'Hôtel de ville de la Ville Neuve. On lui doit aussi les statues 
du grand perron delà cour qui se voient dans les gravures de Callot 
les douze apôtres et les quatre évangélistes dans l'église des Mui.mes 
les fois statues du vœu de Nancy à Bonsecours. Il meurt à Nancy, le 

8 septembre 1612. . , « -i... 

Journal de la Société darchéologie lorraine. 1887. p. 121.-Dict.onn«re de Beauchal. 



— 21 — 

— Dictionnaire de B. de la Chavignerie. — Bibliothèque lorraine. Dom Calmet. — 
Archives de Nancy, I, 45, 142, 313; II, 200, 202, 303. — La Sculpture en Lorraine. 
A. Jacquot, 1888. 

Drouin (Jean), XV* siècle, de Tout, sculpteur, parait être un des ancê- 
tres de la famille des fameux sculpteurs lorrains, les Drouin. Ce Jean (I") 
travaille, en 1460, au portail de la cathédrale de Toul. Il ne faut pas le 
confondre avec Jean II, des XVI* et XVII* siècles. 

Journal de la Société d'archéologie lorraine, 1862, p. 251. 

Drouin (Didier), XVI* siècle, sculpteur lorrain, épousa le ... mars 1598, 
à S'-Sébastien de Nancy, Isabey Robinet. 

Document inédit. Archives de Nancy. 

Drouin (Jean II), sculpteur lorrain, XVI* et XVII* siècles. Ce n'est pas 
le même personnage que Jean I*', le sculpteurdu portail de la cathédrale de 
Toul. Les archives de Nancy (documents inédits) nous révèlent son exis- 
tence, mais sans indiquer ses œuvres. En 1604, février, mariage de 
Claude, fils de Jean Drouin, sculpteur, et Mangeotte, fille de Mathieu 
Mesnier (S*-Sébastien de Nancy). — 1615, mariage de Jaspard du Val, 
paroissien de Noire-Dame de Nancy, et Marguerite, fille de Jean Drouin 
(S'-Sébastien); cette Marguerite meurt : u 11 mai 1651, Marguerite, fille 
du sieur Drouin, sculpteur, n Jean Drouin était mort bien avant cette épo- 
que. Nous avons trouvé la date de son décès, paroisse S'-Sébaslien de 
Nancy, 4 septembre 1629; il est qualifié « tailleur de pierres ». Enfin, le 
2 juillet 1621, sa fille^ Béatrice, u fille de Jean Drouin, tailleur de pierre 
d'icy », épouse Pierre, fils de Denis Bertrand (d'Art-sur-Meurthe près 
Nancy). Une autre pièce inédite prouve bien encore son décès en 1629, 
puisque, le 31 juillet 1633 (paroisse S'-Sébastien), on célèbre le mariage 
de Nicolas Drouin, fils de feu Jean Drouin, tailleur de pierre, et Jeanne, 
veuve de feu Nicolas Michel. (Ce Michel ne serait-il pas un des ancêtres 
de Thomas Michel, le père du célèbre Clodion ?) Archives de Nancy, docu- 
ments inédits. 

Documents inédits, archives municipales de Nancy, registres des paroisses. 

Drouin (Nicolas) , XVII* siècle, sculpteur et maître d'œuvre, de Nancy, 
y serait né vers 1580; en tous les cas, ce que Ton ne savait pas exacte- 
ment jusqu'ici, c'est qu'il est bien le fils de Jean II Drouin; l'acte suivant, 
que nous avons découvert, le prouve : 

Paroisse S'-Sébastien de Nancy : 31 juillet 1633, mariage de Nicolas 
Drouin, fils de feu Jean Drouin, tailleur de pierre, et Jeanne, veuve de 
feu Nicolas Michel. (Archives de Nancy.) 

Çç Nicolas Df0(|in aiirait fait, dit Beauçhal, le mausolée du duc 



— 22 — 

Charles III, en 1615, dans l'église des Cordeliers. En 1625, il aurait été 
envoyé à Rome, et serait mort en 1669. 

Archives de Nancy et Dictionnaire de Beanchal. 

Drouin (Jessé ou Josset, Joseph), XMl* et XVII* siècles, maître sculpteur 
et maître d'oeuvre, à Nancy, né vers la seconde moitié du XVI' siècle, 
puisque, le 9 septembre 1609, à la paroisse S'-Sébastien, on baptise 
Claude, fille de Jossey Drouin, sculpteur, et de Magdeleine sa femme, 
Nicolas Gennetaire parrain, et Claude de Louppy marraine; le 25 octobre 
1620, à la paroisse S'-Sébastien de Nancy, on baptisa NicoUe, fille de 
Jessé Drouin et Madeleine sa femme. Il fit, parmi ses œuvres, en Lorraine, 
des sculptures et l'autel de Notre-Dame au pied d'argent de la cathédrale 
de Toul, en 1624. Il fut présent à un marché conclu en 1578 pour des 
travaux exécutés par ordre du duc de Lorraine. Il est auteur du grand 
autel qui ornait la collégiale S'-Georges de Nancy. Jessé Drouin mourut 
et fut enterré à S'-Epvre de Nancy, le 22 septembre 1627. 

Archives municipales de Nancy. III, 247, 315. — Dictionnaire de Beauchal. 

Dboiin (Demenge),XVI" et XVII' siècles, sculpteur, est porté sur le rôle 
des habitants de Nancy, en 1551-1552, en cette qualité. Il eut de Marie, 
sa femme, un fils, Demenge II, baptisé à S'-Sébaslien de Nancy, le 
14 juin 1614, et à la même paroisse une fille, Catherine, le 29 mai 1617. 
On ne connaît plus quelles furent ses œuvres, mais on sait qu'il établit, 
dans la fin de sa vie, sa résidence à Rosières-aux-Salines près Nancy. 

Archives municipales de Nancy. 

Drouin (Siméon), XVII' siècle, sculpteur lorrain et architecte, probable- 
ment un des fils des précédents, fait en 1608 des travaux pour la pompe 
funèbre du duc Charles III, en même temps que Florent Drouin et Jean 
Richier. 

En 1610, il travaille à la coupole du Palais ducal de Nancy, et fait des 
statues pour l'escalier de ce même palais. En 1626, une statue d'Hercule 
pour une fontaine sur la place de l'Hôtel de ville lui est commandée, et il 
l'exécute. (Le dessin de cette statue est reproduit dans le tome IV des 
Mémoires de la Société d'archéologie lorraine.) Le 5 avril 1629, il est 
requis comme expert pour examiner le cheval de bronze fondu par les 
fameux frères Chaligny, sur lequel devra être placée la statue du duc 
Charles III. 

Le 31 octobre 1623 il est parrain du fils du sculpteur Luguet, et le 
3 février 1624 du fils du sculpteur Cherier-Lambert; enfin le 22 août 1631 
du fils du sculpteur Georges Thibault. 

Pendant ce temps, nous le voyons, en 1627, faire les dessins pour 
machines et figures destinées à l'entrée solennelle de Son Altesse à Nancy ; 



— 23 — 

il est désigné comme commissaire de quartier à la Ville Meuve de Nancy, 
en 1636. 

£n 1641, le 22 août, il eut un fils, Joseph, baptisé, dont le parrain fut 
François Rennel, auditeur de la Chambre des comptes. Il sculpte les 
armes ducales aux huit bastions de la ville. 

En 1645, il exécute trois statues de S» Roch, de S' Charles Borromée et 
de S' Sébastien pour le vœu de la Ville de Nancy, en Téglise de fionse- 
cours. 

En 1646, il fit une figure de bronze, ornée de chardons, pour une fon- 
. taine de la place de l'Hôtel de ville, érigée à l'occasion de la Fête-Dieu. 
On lui doit également deux autres projets de fontaines pour Nancy. 

Siméon Drouin mourut, à Nancy, en 1647 ; du reste, l'acte de mariage 
de sa fille, Claire, avec l'écuyer Dominique de Martigny témoigne de sa 
mort avant 1652, date de ce mariage. 

Archives municipalei de Nancy, I, 246, 327, 338 ; II, 242, 243 ; III, 114, 249,250, 253, 
255, 899. — La sculpture en Lorraine, A. Jacquot. — Dictionnaire de Beanchal. 

Drouinot (François-Marc), sculpteur, XVIII» siècle, eut un fils, François 
Marc, baptisé à Nancy, le 13 janvier 1773. Paroisse S'-Epvre. 

Archives de Nancy. III. 393. 

Dufaut (Joseph), XVIII" siècle, sculpteur à Vergaville, faisait partie, 
sous cette qualité, en 1790, de la Confrérie du Rosaire à Dieuze. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. H, 1016. 

DoMONT (Thomas), XVIII» siècle, sculpteur sur bois, fut nommé, en 1792, 
membre de l'Académie de peinture et de sculpture, à Nancy, académie 
fondée par le duc Léopold. 

Il était fils de feu Christophe Dumont et d'Anne Darces, de la paroisse 
S'-Sébastien de Nancy; il épousa, le 25 février 1783, à Nancy, Jeanne, fille 
de Dominique Robert, cordonnier, et était né dans cette ville, le 2 jan- 
vier 1755. Ils eurent une fille, baptisée à la paroisse Notre-Dame, le 
12 février 1785. 

Archives municipales de Nancy. III, 352, 358. 

Dlparc (Antoine), sculpteur et architecte, Xnil* siècle, originaire de 
Lorraine, mort le 19 avril 1755, à Coulances en Normandie. Il était né 
à Marseille, mais de parents lorrains, ainsi que le témoigne la plaque 
qui sp trouvait dans la cathédrale de Coutances, aujourd'hui au mu.sée de 
cette ville. 

Il fit de nombreuses œuvres à Coutances et dans la cathédrale. 

Falck (Bernard), XVII» siècle, maître sculpteur à Saarbrûck. En 1611, 
il fit un grand crucifix et la croix pour le jubé de l'église de Bitche. 
Archifei de Meurthe-et-Moselle. 3104. 



— 24 — 

Félix (Charles), sculpteur sur bois, XVIII* siècle, cité parmi les contri- 
buables de la Ville Vieille de Nancy en 1724. Il travaillait en 1729 à 
l'église de Notre-Dame à Nancy et faisait, en 1728, deux armoiries sculp- 
tées pour les bancs de la même paroisse. A la même époque, il sculpta 
l'autel au pilier de S'* Catherine à l'église d'Amance près Nancy. 

Archives de Meurthe-et-Moselle, G, 1002, 4861, et Archives municipales de Nancy, 
II, 345, 350; III, 44, 46. 

Fiacre (Fiacre), maître sculpteur de Vie, XVII» siècle, mort à Nancy 
en 1650. On ne connaît pas ses œuvres. 

Archives de Nancy. III, 318. 

Foulon (César), XVII» siècle, sculpteur émérite et chef de la famille 
des sculpteurs lorrains de ce nom. Il était né à Neuves-Maisons près 
Nancy. Il fut reçu bourgeois de la capitale lorraine en 1614 et épousa 
en cette ville Nicole, qui mourut, veuve, le 29 décembre 1652. Lui-même 
était mort vers 1644, à Nancy. Il eut un fils, Nicolas-François, son élève 
et sculpteur comme lui, qui naquit à Nancy, paroisse S'-Sébastien, le 
19 mai 1628. César fut parrain, le 27 avril 1620, du fameux sculpteur 
sur bois César Bagard. En 1632, il passa un traité avec la Ville de Nancy 
pour exécuter une table d'argent avec le plan en relief de cette ville, 
pour le vœu à Notre-Dame de Lorette en reconnaissance de la délivrance 
de la peste qui sévissait sur la cité, depuis 1631. 

On le voit nommé commissaire de quartier de la Ville Neuve en 1636. 

Archives de Nancy. I, 338; II, 174, 176, 178, 179, 225, 228, 305; 111,218, 249, 251, 
et archives de Nancy, documents inédits. A. Jacquot. 

Foulon (Nicolas-François), XVII* siècle, sculpteur, fils de César, né à 
Nancy et baptisé (paroisse S*-Sébastien) le 19 mai 1628. Élève de son 
père, il collabora surtout à ses travaux. On le voit contribuable de la 
ville de 1658 à 1672. Il eut de sa femme, Claire Allié, plusieurs enfants, 
dont César II, né à Nancy le 2 juin 1656; Nicolas-François II, le 30 octo- 
bre 1658; puis, le 1" août 1671, François-Ignace, dont le parrain fut le 
fameux François Serre, conseiller d'État de Lorraine. Claire Allié était 
morte avant 1691, car Nicolas-François se remaria le 7 janvier de cette 
année avec Claude Verlaine. Nicolas -François !•' mourut à Nancy et fut 
enterré le 26 avril 1698, âgé de 70 ans. Il avait été reçu, en qualité de 
sculpteur, comme membre de la Confrérie de la Congrégation de Nancy, 
le 1" janvier 1667. Un autre fils de Nicolas-François I", Jean Foulon, 
sculpteur, épousa à Nancy, le 28 avril 1682, Claude-Françoise Levert et 
fut reçu membre de la Confrérie de la Congrégation, comme sculpteur, 
le 8 octobre 1682. 

Archives de Nancy. I, 178. 



— â5 — 

Foulon (Nicolas-François II), XVII» siècle, sculpteur, élève de son père 
Nicolas-François I", naquit à Nancy, et fut baptisé le 30 octobre 1658; 
épousa, dans sa ville natalr, le 26 mai 1686, Jeanne Jeanpierre, fille de 
Nicolas Jeanpierre, tabellion à Nancy. 

Archivei de Nancy. 

Foulon (Jean), fils de Nicolas-François I", XVII* siècle, sculpteur, 
élève de son père, épousa à Nancy, le 28 avril 1682, Claude-Françoise 
Levert et fut reçu membre de la Confrérie de la Congrégation, en qualité 
de sculpteur, le 8 octobre de la même année. Élu conseiller à Nancy, le 
26 février 1688, il figure sur le rôle des contribuables en 1698, toujours 
en qualité de sculpteur. Il eut plusieurs enfants, dont deux fils : Nicolas- 
François III, baptisé le 9 février 1688, et César-Ignace II, le 24 jan- 
vier 1689, dont Nicolas-François II fut parrain, pour César Hennequin, 
sculpteur de Metz, absent. Jean était, en 1698, officier de la milice bour- 
geoise de Nancy. 

Archive» de Nancy, II, 179, 282; III, 175, 258, 260, 300, 301. 324; IV, 9. — Docu- 
ments inédit*. Albert Jacquot et t. IV, p. 9. 

Fritte (Dieudonné), XVIII* siècle, sculpteur sur bois, de Nancy, fit des 
travaux de son art à Téglise S'-Sébastien de cette ville, en 1722. 

Archives de Nancy. II, 343. 

Gaget (N.), XVI' siècle, sculpteur et architecte de Bar-le-Duc, né vers 
1500, dans cette ville, dit-on. C'est un artiste émérite qui collabora avec 
Lii^ier-Richier, tout au moins à Tédificalion de la chapelle des Princes 
dans la collégiale de S'-Maxe à Bar-le-Dac. Le retable, représentant la 
Nativité de Notre-Seigneur à Bethléem, lui est attribué par quelques 
auteurs, ainsi que celui de la chapelle S^-Anne qui était dans Tabbaye de 
S'*-Vanne à Verdun. On mentionne plusieurs de ses travaux faits en 1555. 

Bibliothèque lorraine. D. Calmet. — Dictionnaire de Noël et Beauchal. 

GflSPAR (maître Abraham), XVII* siècle, sculpteur, reçut en 1611 cent 
francs pour payement du tabernacle du grand autel de l'église S'-Jacques 
de Lunéville. Il était l'oncle de Claude-Élie. 

Archives de Lunéville. G. b, n" 5. Denis. 

Gaspar (Claude-Élie), sculpteur, XVII* siècle, neveu et élève de maître 
Abraham, fit, en 1614, quatre colonnes sculptées près du grand autel de 
S'-Jacques de Lunéville. 

Archives de LnnéviUe. G. b, n° 5. Denis. 

Gassotte (Jean), XVII* siècle, sculpteur, comédien et opérateur, natif 
d'Orbey en Brie, épouse à l'église S'-Epvre de Nancy, le 22 septem- 
bre 1626, Barbe Blanvarlety, veuve de Jean Leroy. 

Archivei de Nancy. IV, 5. 



— 26 — 

Gauthier (Louis), XVIII" siècle, sculpteur à Nancy, contribuable de la 
Ville Vieille en 1724. Mention le 19 juillet 1756 du S' Nicolas Gauthier, 
menuisier du Roi à Lunéville. Nicolas serait, sans doute, le fils de Louis. 

Archives de Nancy. II, 345. 
Archives de Lunéville. Denis. 

Gauvain (Mansuy), XV" et XVI" siècles. Un des plus fameux sculpteurs 
lorrains ; il était aussi architecte distingué. Le duc Antoine l'attacha à 
son service en cette qualité. On lui attribue, en 1505, la Vierge de Bon- 
secours, par ordre de René II, pour l'église de ce nom'. Cette statue existe 
encore. On lui doit la belle porterie du Palais ducal, qui se voit de nos 
jours, ainsi que la statue du duc Antoine, qui autrefois ornait le dessus 
de la porte du palais. En 1527, il fit la fontaine du jardin; en 1529, des 
cheminées monumentales. Kn 1531, il est pensionné par le duc et fait 
des travaux d'art à l'église des Clarisses de Pont-à-Mousson,où se trouvait 
la duchesse Philippe de Gueldre, veuve du duc René II. Il sculpta les 
images des enfants du duc de Lorraine, aux Cordeliers, les tombeaux des 
ducs Jean et Nicolas, le mausolée de René II en 1508, celui de Hugues 
des Hazards, évêque de Toul, à Blenod-lez-Toul (ces deux beaux monu- 
ments sont encore parfaitement conservés). Il fit aussi la chapelle de 
S'-Hubert, h Charmes, en 1530, et le mausolée des ducs de Bassompierre 
aux Minimes de Nancy. Il vivait encore en 1542, mais était mort en 1551. 
Il eut un fils, Jean Gauvain, qui fut son élève. Sa veuve habitait à Nancy 
le faubourg S'-Nicolas et ensuite le petit village de Jarville-lez-Nancy. 

Archives de Nancy. I, 127, 142. — La sculpture en Lorraine. Albert Jacquot, 1888. 

Gauvain (Jean), XVI* siècle, architecte et sculpteur, fils et élève de 
Mansuy Gauvain. Sculpta, en 1507, différents ouvrages pour le Palais 
ducal de Nancy, en collaboration avec son père, et, en 1542, un crucifie- 
ment en marbre. 

Archives de Meurthe-et-Moselle, t. I, 142. 

GÉRARD (Jean), XVII" siècle, sculpteur sur bois, sculpta en 1622 les 
armes de la Ville de Nancy, pour placer au-dessus des orgues de l'église 
S'-Epvre; fit, en 1633, les bâtons sculptés et peints pour les sergents de 
ville à la procession de la veille des Rois. Il sculpla et peignit la pyra- 
mide de la fontaine de la place Carrière. Rn 1637, il sculpta les 18 bâtons 
d'ébène pour les commissaires de quartier de la ville de Nancy. Il fut 
élu conseiller de ville en 1639, et à la même époque fut reçu de la Con- 
grégation de Notre-Dame, oiî il était encore adjoint en 1680. Il eut un 
fils, ClauU', né et baptisé le 9 septembre 1633 à la paroisse S*-Sébastien 
de Nancy. 

Archives de Nancy, II, 2026, et t. II. 27, 225, 226, 229; III, 253. 
• Voir, ci-contre, planche. 




VIERGE DE BON-SECOURS 

LCLISE DE BOX-SECOURS, A X ANC V ( 1 30 J ) 
'Attribuée à Maniuy (ïauiin.) 



— 27 — 

Gérard (Claude), XVII* siècle, fils de Jean, sculpteur, élève de son 
père, né à Nancy et baptisé le 9 septembre 1633 (paroisse S'-Sébaslien). 
Il travaillait déjà en 1646, âgé de 13 ans, sous les ordres de Drouin, avec 
son père, à la sculpture de la fontaine du reposoir de la Fête-Dieu à 
Nancy. 

Archives de Nancy. II, 243 ; III, 253. 

GÉRARD (Jacques), XVIII' siècle, sculpteur à Nancy, eut un fils, Antoine, 
né et baptisé le 15 novembre 1760. Il y a tout lieu de les croire parents 
de Claude Gérard. 

Archive» de Nancy. III, 392. 

Gerdy (Jacques), XVIII» siècle, sculpteur; eut, le 20 février 1718, un 
fils, Michel, né et baptisé à Nancy. Il était originaire de la paroisse 
S'-Michel de Hambourg et était fils de Pierre Gerdy, entrepreneur des 
bâtiments de S. A. R. le duc de Lorraine. Il se maria à Nancy, le 15 avril 
1716. 

Archive» de Nancy. III, 350; IV, 12. 

Géri\ (Adrien), XVIII* siècle, sculpteur à Nancy; s'y était marié, le 
8 mai 1703, à la paroisse S'-Sébastien avec Jeanne Moineau. Ils eurent 
plusieurs enfants, dont François, le 18 juillet 1704, et Nicolas, le 17 sep- 
tembre 1712. On ne connaît rien des œuvres de Gérin. 

Archives de Nancy, III, 269, 302, et documents inédits. 

GiLLE (maître), de Neufchâteau, XVI* siècle, sculpteur, fit en 1506 le 
tombeau d'OIry de Blâmont, évéque de Toul, dans l'église collégiale de 
Deuneuvre, monument aujourd'hui disparu. 

La sculpture en Lorraine. Albert Jacquot, 1888. 

GiLLET (Nicolas-François), XVIII* siècle, né à Metz en 1709, reçu aca- 
démicien en 1757. Directeur de l'Académie des Beaux-Arts à S'-Péters- 
bourg. Revint en France en 1778. 

Dictionnaire de Bellier de la Chavigaerie. 

Glave (Adam), XVII* siècle, sculpteur lorrain ; habitait Rome en 1636, 
et y travaillait de son art. 

Sculpture en Lorraine. Alhert Jacquot, 1888. — Journal de U Sociëté d'archéologie 
lorraine, 1887, p. 124. 

GoMDREViLLE (Isaac), XVII* siècle, architecte et sculpteur à Lixheim; 
en 1626, il reçoit des gages pour l'inspection des bâtiments à Lixheim. 
En 1631, il sculpta des épitaphes et des motifs décoratifs au-dessus de la 
grande porte de l'abbaye. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. B, 6606, 6608. 

Grandmengin (Claude), XVU* siècle, originaire de Pont-S'- Vincent pris 



— 28 — 

Nancy, sculpteur, reçu bourgeois de Nancy en 1626. Son fils, Didier, 
mourut dans cette ville le 31 août 1626, paroisse S'-Sébastien. On ne 
connaît pas ses œuvres. 

Archives de Nancy. II, 176; III, 314. 

Grata (Antoine), XVI* et XVII* siècles, sculpteur, fut la souche d'une 
famille nombreuse de sculpteurs lorrains qui ornèrent les principaux 
monuments de leur pays. Antoine avait épousé Mougeotte,dont il eut plu- 
sieurs enfants, qui furent la plupart ses élèves. 

En 1616, le 31 janvier, baptême de Benoît I" ; le 10 janvier 1619, 
d'Anne ; le 28 mai 1620, de Nicolas, et le 16 décembre 1622, de Cathe- 
rine, dont sa grand'mère, Catherine Grata, fut la marraine. 

Archives de Nancy. II, 179; III, 247, 248, 353. —Document* inédits. Albert Jacquot. 

Grata (Benoît), XVII* siècle, fils d'Antoine et Mougeotte, sculpteur 
ornemaniste et élève de son père, naquit à Nancy et fut baptisé le 31 jan- 
vier 1616. Il fut parrain de son petit-fils, Benoit II, baptisé à Nancy, fils 
de Léger Grata, le 1*' janvier 1671. Benoit I" avait épousé Barbe Poirel, 
à Nancy, le 1*' juin 1637, Ils eurent plusieurs enfants, dont nous avons 
retrouvé les actes de baptême dans les Archives municipales de Nancy. 
Le plus connu fut Léger Grata, qui fut son élève. 

Archives de Nancy. III, 248, 260, 295, 297. 

Grata (Léger), XVII* siècle, sculpteur lorrain, fils de Benoit I" et de 
Barbe Poirel, épousa à Nancy, le 21 janvier 1670, Catherine Marchai, 
qui lui donna un fils, Benoit II, dont le grand-père, Benoit I*', fut le parrain, 
le 1*' janvier 1671. Léger perdit une fille le 4 août 1677, et mourut à 
Nancy le 28 octobre 1601. Il avait été reçu membre de la Confrérie de la 
Congrégation de Nancy, en qualité de sculpteur, le 8 février 1669. Il 
sculpta des ornements principalement dans les châteaux et palais lor- 
rains. 

Archives de Nancy. III. 259, 260, 297, 315, 364. 

Grata (Jean), XVII* siècle. Il est qualifié tailleur de pierres dans l'acte 
de baptême que lui et sa femme Marguerite signèrent le 19 juillet 1623, 
paroisse S'-Sébastien, pour leur fille Anne. 

Aucune autre trace de renseignements pour ce sculpteu r, qui pourrait être 
parent d'Antoine Grata. Un Benoit Grata, originaire de Pont-à-Mousson, 
marié à Idate, habitait aussi Nancy en 1616 et 1617; ils y eurent deux 
enfants, Didier, le 19 mai 1616, et Jennon, le 4 décembre 1617. 

Archives de Nancy. Docaments inédits. 

GRiGOiRE (Jean), XVII* siècle, sculpteur; baptisé à S'-Sébastien de 
Nancy, le 25 janvier 1622, fils de feu Noël Grégoire, menuisier, habita, 
en 1658, la Ville Neuve de Nancy, où il fut reçu bourgeois. En 1660, il 



acquit, des Jésuites, une maison à S*-NicoIas du Port, et en 1680 il ât, à 
la collégiale S'-Georges de Nancy, des réparations i la grosse croix, aux 
chérubins et au chef de S** Euphémie. 

Archifes de Ntncy. II. 1179; III, 257. 

Grégoire (Denis), XVII* siècle, sculpteur sur bois, parent de Jean, fit, 
en 1676, un cadre sculpté et doré pour la thèse de M. de Rennel, dédiée 
à Messieurs du Conseil de Ville. 

Archives de Nancy. II, 284. 

Grosjean (Joseph) , XVIII» siècle, sculpteur, frère de Robert Grosjean; 
eut un fils, \icolas, baptisé à Mancy, le 25 juin 1779. Il avait épousé à 
Nancy, à l'âge de 28 ans, Rlisabelh I)esmimieux,dite Genêt, fille du mar- 
brier de ce nom. On ne connaît pas ses œuvres. 

Archives de Xancy. III, 394; IV, 19. 

Grolx (Pierre- Vincent), XVIII* siècle, sculpteur; eut une fille Elisabeth, 
baptisée à Nancy le 17 octobre 1766, dont le parrain fut Jean-François 
Hardy, le sculpteur bien connu. 

Archives de Nancy. III, 392. 

GuÉRiN' (Ferdinand), XVIII' siècle, sculpteur; mort célibataire, à Nancy, 
le 26 novembre 1751, âgé d'environ 80 ans. Paroisse S'-Koch. Il fil des 
sculptures, principalement pour les églises. 

Archives dd Nancy. IV, 52. 

GuiLLOT (Nicolas), XVIII* siècle, sculpteur et fîguriste en cire, né i 
Nancy vers 1701, y mourut le 25 avril 1780, âgé de 79 ans; il était 
l'ainé de deux frères, François et Charles. Tous trois étaient fils d'Antoine 
Guillot, cordonnier de Nancy, et d'Anne Aubry. 11 excella dans le perfec- 
tionnement du modelage en cire et fit des figures pour les ducs Léopold 
et Stanislas. Il était né dans la Grande Rue, Ville Vieille. 

Archives de Nancy. IV, 55. 

Glillot (François), XVIII* siècle, sculpteur et modeleur en cire, fils 
d'Antoine et frère de Nicolas et de Charles, bourgeois de Nancy, fit en 
1744, pour la ville et pour offrir à Leurs Majestés, les portraits de cire 
du roi Louis XV et du Dauphin. 

Il épousa Elisabeth Martin et eut d'elle un fils, Claude-Louis, le 
24 août 1752. Il assista au mariage du sculpteur nancéien Singry, le 
28 avril 1772, et était présent aux obsèques de son frère Charles, en 1778. 
Il demeura à Nancy, rue de l'Esplanade. 

Archives de Nancy. II, 370; IV, 48, 55, 141. 

Guillot (Charles), XVIII* siècle, prêtre et figuristeen cire, fils d'Antoine 
et frère de François et de Nicolas, né le 24 février 1718 à Nancy, y 
mourut le 2 juin 1778. 



-âô- 

En 1765, il fit, pour Stanislas, duc de Lorraine, une réduction du châ- 
teau de la Malgrange et le plan des nouvelles casernes de Nancy, le tout en 
cire. Dans son acte mortuaire, il est qualifié prêtre, figuriste en cire et ci- 
devant chantre en la primatiale de Nancy. Il était né à la paroisse S'-Epvre. 

Archives de Nancy. III. 10, 389; IV, 41, 48, 55. 

GuiBAL (Barthélémy), XVII* et XVIII» siècles, sculpteur, né à Nîmes le 
3 février 1699, fut appelé à la cour de Lorraine par le duc Léopold, qui 
lui donna le brevet de sculpteur de son hôtel, le 6 octobre 1724, charge 
<]ui lui fut continuée par François III et par Stanislas. On peut le consi- 
dérer comme Lorrain, non seulement par ses œuvres, qui toutes se mani- 
festèrent en Lorraine, mais aussi par les alliances qu'il y contracta. Il 
était fils d'Etienne Guibal et de Suzanne Roque, de la paroisse S'*-Eugénie. 
Son acte de mariage, à Lunéville, le 6 février 1725, en témoigne. Il 
indique en outre qu'il épousa Catherine, fille de feu Dominique Barthé- 
lémy et de Catherine Bellefoy. Ils eurent plusieurs enfants : Nicolas, né 
à Lunéville, le 29 novembre 1725, devint architecte, sculpteur et litté- 
rateur ; Jean-François, né le 23 juin 1743, décédé le 5 août 1747; Dieu- 
donné-Barthélemy, 3 janvier 1745; 1746, Elisabeth, décédée, neuf mois 
après, le 28 juillet 1747. Le 15 août 1750, baptême d'Anne-Claude, et 
le 19 mars 1752, de Joseph. En 1733, le 3 février, Barthélémy Guibal ayant 
perdu sa femme, Catherine Barthélémy, épousa, en secondes noces, Jeanne 
Lécrivain, de Lunéville. Tous les enfants depuis 1733 sont de ce second 
mariage, notamment Barthélémy II, baptisé le 26 avril 1754, et enfin 
Louis-Stanislas, le 17 juillet 1755. 

Barthélémy Guibal mourut à Lunéville et fut enterré le 5 mai 1757, 
âgé de 58 ans. 

Guibal fut un sculpteur de talent et un architecte distingué ; parmi ses 

œuvres principales, il convient de citer les belles fontaines de Neptune et 

d'Amphitrite sur la place Stanislas à Nancy, ainsi que la remarquable 

statue de Louis XV, placée sur cette place en 1755 et abattue par les 

Marseillais. On lui doit aussi les deux statues surmontant les tours de 

l'église de Lunéville. Il eut son fils pour élève, ainsi que Basile-Benoit 

Mathis, qui épousa une de ses filles, Marie-Jeanne. 

Archives de Nancy. III, 35. — Archives de Lunéville. |Ch. Denis. GG. 37, 47. — 
Soliman Lientand. 

Guibal (Nicolas), XVIII» siècle, sculpteur, fils de Barthélémy I" et de 
Catherine Barthélémy, né à Lunéville le 29 novembre 1725, fut son élève. 
Il était architecte, sculpteur, peintre et littérateur. Il a peu produit en 
Lorraine, car il fut professeur à l'Académie de Stuttgard, où il obtint le 
titre de premier peintre du duc. Il mourut à Stuttgard le 3 novembre 1784. 

Archives de Nancy. IV, p. 59. 



- 31 — 

Haener (Jean), XVIII* siècle, sculpteur, vint habiter Nancy, où son fils, 
Jean-Jacques, abjura la religion luthérienne, le 3 avril 1735. Il était 
natif d'Umstade, du comté d'Armstate. 

Archives de Nancy. IV, p 59. 

Hainzelin (Toussaint), XVII* siècle, sculpteur, neveu de Jean Richier. 
Ce dernier (fils aîné de Gérard et petit-fils de Ligier-Ricbier) fit avec Jean 
une fontaine à Metz, en 1612. Elle représentait S' Jacques, et au-dessous 
de lui trois dauphins supportant chacun un enfant versant Teau dans un 
bassin. 

Docamenti inédits. 

Hamai.le (Jean), XVIll* siècle, sculpteur, à Ponl-à-Mousson, vers 1770; 
il fit un traité avec la ville pour ouvrages à l'église de Reginéville. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. C, 469. 

Mannequin (César), XVlII* siècle, sculpteur; en 1700 il travaille au 
catafalque du duc Charles V, à Nancy, et en 1703 aux châteaux de Luné- 
ville et d'Ëinville. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. B, 1541, 1562. 

Hardy (Jean), XVlI'et XVIII* siècles, sculpteur, né à Nancy, dit Bellier 
de la Chavignerie, en 1653, mort à Versailles le 14 janvier 1737 
(paroisse S'-Louis). Reçu académicien le 26 juin 1688. On voit de ses 
œuvres à Versailles et au Louvre. 

Nous n'avons pas trouvé dans les archives de Nancy l'acte de baptême 
pouvant le concerner. 

Archives de Nancy. III, 255. 

Hardv (Jean-François), XVIII* siècle, sculpteur, fut parrain, le 17 octo- 
bre 1766, de la fille du sculpteur Pierre-Vincent Groux, à Nancy. 

Archives de Nancy, III, 392. 

Hardy (Charles ou Charles -François), XVIII* siècle, sculpteur en 
bois de S'*-Lucie, qualifié comme tel dans un acte de baptême d'un 
de ses enfants en 1712. Il épousa le 13 janvier 1711, à Nancy, Claire 
Pierson et eut, le 31 octobre de la même année, une fille, Anne, 
puis, le 15 octobre 1717, un fils, Jacques ; il perdit sa fille le 2 juil- 
let 1712. 

Archives de Nancy. T. III. 269, 272, 304, 327. 

Harlalt (Claude), XVIII* siècle, sculpteur mentionné comme menuisier 
et machiniste du Roi, le 18 juillet 1759. 

Archives de Lnnëville, Ch. Denis. 

Hault (Philippe dk), XVI* siècle, sculpteur, menuisier et ébéniste de 



^ ââ - 

ta cour de Lorraine, et au service du duc Charles III. Qualifié comme tel 
dans le rôle des habitants de Nancy en 1551-52. Idem en 1544. Sculp- 
teur sur bois. 

Archive» de Meurthe-et-Moselle. B, 1075, 7616. — Archives de Nancy, 1, 143. — L* 
Sculpture eu Lorraine. A. Jacquot, 1888. 

Hault (Claudio de), XVl* siècle, imagier à Nancy. En 1558, fit deux 
têtes de lion en pierre, au bassin de la fontaine du Palais ducal. Est cer- 
tainement de la même famille que Philippe. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. B, 1118. 

Hecker (Jean-Baptiste), XVIII» siècle, sculpteur du roi à Nancy, 
témoin au mariage d'André Gergonne, peintre du roi, le 8 mai 1759. 

Archives de Nancy. III, 358. 

Herbault (André), XVIII* siècle, sculpteur à Nancy, eut une fille, née à 
Nancy, le 20 juin 1775. 

Archives de Nancy. III, 393. 

Henneqlin (César), XVII' etXVIIl» siècles. Demeurait à Metz en 1689. 
Le 24 janvier 1689, il est le parrain du fils du sculpteur Foulon, de 
Nancy. En 1701, le 31 mars, il habitait cette ville, se maria le 27 no- 
vembre 1673, et y eut un fils, Claude, baptisé à cette date et dont 
le parrain fut le graveur de Son Altesse Royale, Claude Hardy. César était 
fils de François I", bourgeois de Nancy. Il eut un fils, François, son 
élève, qui se maria à Nancy le 6 septembre 1713. 

Il fît des travaux au château de Nancy en 1712. 

Archives de Nancy, II, 305; III, 263, 265, 298, 304. — Archivea de Menrthe-et- 
Moselle. B, 12446. 

HoHCH (Louis), XVII* siècle, sculpteur à Haguenau. En 1625, tailleur 
d'images en cette ville, il fit, pour l'église de Bitche, un grand crucifix 
avec quatre anges tenant chacun un calice en main, les images de Notre- 
Dame, S' Jean et S" Catherine et les piliers, le tout pour mettre sur le 
grand autel. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. B, 3153. 

HouzEAU (Jacques), XVII* siècle, sculpteur de Bar-le-Duc, travailla à 
Paris, notamment à Versailles, sculpteur de la maîtrise, sculpteur du Roi, 
par brevet du 23 décembre 1656 et du 15 mars 1663. Né à Bar-le- 
Duc en 1624. Mort à Paris le 18 mai 1664. Parmi ses principales 
œuvres, citons à Versailles : le Cholérique, un Faune, Galatée, le mois 
d'Octobre, Thalie, Momus, Terpsichore et le dieu Pan, un tigre terrassant 
un ours, une lionne et un cerf. Dans la saUe de bal, des goulettes de 



— 33 — 

marbre, des groupes d'enfants jouant avec une écrevisse, un griffon. 

V. Archives de l'art français. T. III, p. 251. — Dom Calmet, Bibliothèque lorraine. — 
Chevrier et Bellier de la Cbavignerie. 

HuELMAN (François), XVIII" siècle, sculpteur à Lunéville, fit en 1730 un 
traité avec les religieuses du couvent de Gerbévillers pour un autel de leur 
église. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. H, 2542. 

HuuBERT (Sébastien), XVIII* siècle, sculpteur de Bar, qui accompagnait 
les agents du Directoire procédant à l'inventaire du mobilier des églises 
dans le Barrois pendant la Révolution. Nous ne connaissons pas ses 
œuvres. 

HussENOT (Claude) , XVIII* siècle, sculpteur, à Nancy, y eut un fils, 
baptisé le 27 février 1719. Il est qualifié sculpteur dans cet acte. 
Archives de Nancy. III, 350. 

HussoN (de Bar), XV' siècle. Imagier, sculpteur, travailla au portail de 
la cathédrale de Toul en 1460 et à celui de Saint-Martin de Pont-à- 
Mousson. 11 fit aussi, en 1464, des travaux au château de Louppy (Meuse). 

Journal de la Société d'archéologie lorraine, 1862, p. 251. 

Indes (des) . Voir Desindes. 

IsAAC (X.), XVII* siècle, sculpteur à Nancy, eut un fils, Claude-Nicolas, 
décédé en cette ville, le 14 mai 1626. Sa qualité de sculpteur est men- 
tionnée dans l'acte, sans détails sur ses travaux. 

Archives de Nancy. III, p. 314. 

Jacob (maître), sculpteur, XVI* siècle. En 1531, il travailla de son 
art au château du duc de Lorraine à Gondreville. 
La sculpture en Lorraine. A. Jacquot, 1888^ 

Jacques (maître), XV" siècle, imagier, reçut une somme d'argent^ en 
1407, pour un crucifix et la croix qu'il avait faits dans l'église de Saint- 
Vaast, à Toul, lequel mesurait une longueur de quatre pieds. 

La sculpture en Lorraine. A. Jacquot, 1888. 

Jacquemin (Rogier ou Gérard, dit de Commercy ou encore de Lenon- 
court), XV* siècle, semble bien être un seul et même personnage, sculpteur 
et maître d'oeuvres, architecte, dit de Commercy, mais à qui les annales 
de Toul donnent Lenoncourt pour patrie, a été le maître architecte et 
sculpteur du portail de la cathédrale de Toul, en 1460. 11 fut appelé à 
Nancy en 1480 par le duc René II, vainqueur du Téméraire, pour orner 
son oratoire. Du reste, dès 1443, il décora de son art la chapelle des 
évêques à la cathédrale de Toul et coopéra aux fortifications de cette 



— 34 — 

ville. C'est lui aussi qui, en 1474, fit le portail de Téglise de Pont- 
à-Mousson etiachapelle S'-Georges, à Nancy, en 1471 et 1485. 

Certains auteurs pensent qu'il mourut à Nancy et donnent la date du 
11 février 1446. C'est une erreur, à moins qu'il s'agisse d'un second per- 
sonnage, portant le même nom et sculpteur comme lui, ce qui n'est pas 
prouvé. 

Journal de la Société d'archéologie lorraine, 1862, p. 251. — Archives de Nancy. I, 142. 
— Dictionnaire de Beauchal. 

Jacquard (Claude !•'), XVII" siècle, sculpteur et charpentier à Nancy ; il 
eut une fille née à Nancy en février 1625 et peut être considéré comme le 
père d'Edmond Jacquard, celui-ci père du fameux peintre lorrain de ce nom. 

Claude Jacquard. A. Jacquot, 1897. Ronam, Paris. 

Jacquin, dit le grand Jacquin, XVII* siècle, cité par Soliman Lieutaud 
comme le maître du fameux César Bagard, est sans contredit le chef 
d'une école de sculpture lorraine et d'une famille de sculpteurs de ce 
nom. Dom Calmet le dit originaire de Neufchâteau. Il alla à Paris, fut 
reçu de l'Académie et travailla beaucoup pour le duc d'Orléans. Il fit, en 
1656, la statue de la Vierge pour l'église des Carmes déchaussés de Paris 
et le dessin du maître-autel, en 1683. 

Dom Calmet, Bibliothèque lorraine. 

Jacquin (Nicolas), XVII* siècle, sculpteur, né à Neufchâteau en 1625, 
cité par Chevrier. Nous n'avons aucun détail sur ses œuvres. Mais nous 
pensons qu'il s'agit de Jacquin dit le Grand. 

Jacquin (Mathieu), XVII* siècle, sculpteur reçu bourgeois de Nancy en 
1658, où il habitait dès 1614. 
Archives de Nancy. Document inédit. A. J. 

Jacquin (Antoine), XVII* siècle, sculpteur, est cité dans un mémoire pour 
des travaux de son art qu'il fit en 1719, au nouveau palais de Léopold, 
à Nancy. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. B. 1640, 2446. 

Jacqi;ot (Clément), XVII' siècle, sculpteur-marbrier à Nancy, où une 
allocation lui fut donnée par le duc pour l'aider à construire une scierie 
pour débiter ses marbres. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. B, 1463. 

Jacquot (Jacques), XVIII* siècle, sculpteur, originaire de Raon-l'Étape 
(Vosges), se maria à Nancy, à la paroisse S»-Roch, le 11 octobre 1785, 
âgé de 25 ans. 

Archives de Nancy. IV, 49. 



— 35 — 

Jacqcot (Georges), XVIII» et XIX» siècles, sculpteur, né à Nancy le 
15 février 1794, mort à Paris le 25 novembre 1874, élève de Bosio, 
second prix de Rome en 1817, grand prix de Rome en 1823. Sa Jeune 
Baigneuse est à Trianon. Le duc d'Orléans acquit son œuvre, V Amour 
jouant avec un cygne. Paris et un Mercure sont placés à Versailles. Il fit 
deux statues en bronze pour l'église S'-Germain des Prés, une odalisque 
à la Maison du Roi et la statue, en bronze, de Stanislas, érigée surla place 
de ce nom, à Nancy. Cette dernière œuvre, un peu massive, lui fut com- 
mandée de celte façon, avec l'obligation par la commission de repré- 
senter le monarque vêtu d'un énorme manteau de fourrure ; c'est pour- 
quoi on ne peut rendre l'artiste responsable de ce défaut résultant 
d'ordres donnés. Il obtint une médaille d'or au Salon de 1831 et habi- 
tait, en 1832, au numéro 12 de la rue Madame, à Paris. Une rue de 
Nancy porte son nom. 

Annuaire des artistes, 1836. — Dictionnaire de Bellier de la Chavignerie. 

Jadin (François-Léonard), XVII' siècle, sculpteur et bourgeois de 
Nancy, figure en cette qualité dans les registres des contribuables de cette 
ville en 1658. 

Archives de Nancy. Documents inédits. A. J. 

Jean (maître), XVI' siècle, sculpteur, né à Metz, cité par le journal 
d'Albert Durer (1520-1521). « J'ai fait, dit-il, avec de la craie noire le 
portrait de maître Jean, le bon sculpteur en marbre, qui ressemble à 
Christophe Kehler ; il a étudié en France et est né à Metz. » 

Journal d'Albert Durer. 

Jean de Senlis (XV* siècle), imagier de terre ; a travaillé pour le duc 
René II de Lorraine. 
Archives de Nancy. I, 142. 

Jehaïj de Saint- Joire. (Voir Saixt-Joire.) 

Jehan us Menuisier, XIV» siècle, sculpteur lorrain, cité par M. Maxe- 
Werly. 

Arts et artistes dans le Barrois, Maxe-Werly. 

JoFFRiN (Pierre), XVIII' siècle, sculpteur à Nancy, y eut un fils, 
baptisé le 16 avril 1728. 

Archives de Nancy. III, 278. 

Joseph, XVIII' siècle. (Voir Béchamp.) 

Labroise (Joseph) ou de Labroise, XVIII» et XIX» siècles, sculpteur, de 
Nancy, y mourut en 1835. Il avait été élu membre de l'Académie de sa 
ville natale, et chargé de sculpter la première statue de Stanislas, duc de 
Lorraine ; ensuite, en 1808, il fit une statue de pierre, représentant le 



— 36 — 

Génie de la France distribuant des couronnes aux armées françaises 
et qui fut élevée sur la place Royale (Stanislas actuelle) à l'emplacement 
occupé par la belle statue de Louis XV, détruite à la Révolution. En 1814, 
il retoucha son œuvre pour le retour de Louis XVIII; elle fit ensuite 
place à celle du duc Stanislas actuellement édifiée sur son emplacement. 
Labroise habitait, en 1836, rue Jacquard, à Nancy. Il sculpta aussi, poar 
l'église ancienne de la paroisse S'-Nicolas, de Nancy (1809, démolie 
en 1879), une statue de S' Nicolas qui se trouve aujourd'hui dans le 
jardin du couvent de la Doctrine, à Nancy. 

Archivei de Nancy, I. 301 ; III, 19, 26. — Soliman Lieutaud. 

Labonté. (Voir Brèche.) 

Lacour, maître sculpteur, XVIII* siècle, à Toul, sculpta, en 1752, la 
belle tribune de la cathédrale de cette ville. 
Document inédit. A. J. 

Lallehand (Jacques), XVI* siècle, sculpteur du duc de Lorraine 
Charles III; sculpteur sur bois. 
Archives de Nancy. I, 143. 

Laharc ou Lauare, XVII* siècle, sculpteur sur bois, sculptait spécia- 
lement de très beaux crucifix. Il est qualifié comme tel, dans le rôle pour 
la levée des sous i la Ville Vieille de Nancy, en 1672. 

Archives de Nancy. II, 282. 

Lambert (Chérier), sculpteur, XVII* siècle, était un artiste d'un 
certain mérite, à Nancy ; le fameux Siméon Drouin consentait à être le 
parrain de son fils, Siméon Lambert, le 3 février 1624; la marraine, 
Catherine de la Cloche, à la paroisse S'-Sébastien. 

Lange, XVIII* siècle, sculpteur, originaire de Paris, établi à Nancy, où 
il fit, pour l'hôtel de Mayenne, de fort belles sculptures, en 1713. 
Archives de Meurthe-et-Moselle. B, 12439. 

Lanio (Claude-Georges), XVIIP siècle, né à Lunéville, vers 1756, 
sculpteur, fils de Gabriel Lanio, suisse à l'Hôtel des Fermes de Nancy, 
se maria, son père étant mort, le 21 décembre 1784, à Nancy, à la 
paroisse S'-Epvre. 11 était, à cette date, âgé de 28 ans. 

Archives de Nancy. IV, 20. 

Lanticque (Nicolas), XVI* siècle, attaché, en qualité de sculpteur sur 
bois, à la maison du duc de Lorraine Charles III, et embellit de ses 
ouvrages le Palais, dont ce prince avait fait un véritable musée des arts. 

Archives de Nancy, l, 143. 

Lapicque (Nicolas), XVII* siècle, sculpteur à Nancy; assistait au second 



— 37 — 

mariage de son ami, le fameux sculpteur Nicolas-François Foulon, à 
Nancy, le 7 janvier 1691, paroisse S'-Sébastien . 

Archives de Nancy. III, 301. 

La Renaudie. (Voir Renaddie.) 

Lecomte (Félix), XVIII' siècle, élève de Vassé, acheva, en 1774, le 
mausolée du roi Stanislas, dans l'église de Bon-Secours de Nancy. 

Archives de Nancy. III, 13. 

Lechien, XVIII» siècle, sculpteur et fameux marbrier à Nancy, en 1756 
et 1760. II fut chargé de presque tons les ornements en marbre sculpté 
des châteaux de Nancy, de Lunéville, sous le règne de Stanislas. 

Archives de Nancy. II. 383, 387. 

Lecygne ou Le Cygne (Adam), XVI* siècle, sculpteur sur bois, tour- 
neur, sculpteur du duc Charles III. En 1518, il fit une « couche de lit 
« de camp, taillée d'ouvrages plat et des moulures étant avec l'assem- 
« blement à la mode d'Italie, qu'il avoit fait de son bois, tout chêne, 
u pour mettre au petit poêle de la Duchesse ». 

Archives de Nancy. I, 143. — Archives de Meurthe-et-Moselle. B, 7592. 
Lefèbvre (Joseph), XVII» siècle, sculpteur à Nancy, est qualifié tel, 
dans son acte de décès ainsi conçu : 1679, 27 novembre. « Décès de 
u Joseph Lefèbvre, sculpteur, fils de feu le sieur Lefèbvre, huissier 
« de S. A., 21 ans. Paroisse S'-Sébastien. Inhumé à Notre-Dame. » 

Archives de Nancy. III, 323. 

Lemaire (Philippe), XVIII' siècle, sculpteur, de Nancy, fit, en 1728, 
des travaux de son art à la primatiale de cette ville ; en 1726, les chapi- 
teaux et consoles du second attique, et, en 1741, travailla au monument 
élevé par la ville à l'église de Bon-Secours. 

Archives de Nancy. II, 367. — Archives de Meurthe-et-Moselle. G, 310, 312. 

Lemire ou Le Mire (Gilles), XVII» siècle, sculpteur et tailleur de pierre, 
fils de Noël Le Mire, boulanger, depuis un an dans la paroisse S'-Sébas- 
tien de Nancy, y a épousé, le 21 février 1674, Anne Thouvenin. 

Archives de Nancy. — Document inédit, A. J. 

Lemire (Charles-Gabriel, dit) . (Voir Sauvage.) 

Lenoir (Louis), XVIII* siècle, sculpteur, né à Nancy, vers 1712, y 
mourut, âgé de 60 ans, le 8 janvier 1772. Il était fils de Guillaume 
Lenoir et de Marguerite Lebre, de la paroisse S»-Sulpice de Paris, et 
épousa, à Nancy, le 9 février 1740, Marie-Elisabeth, fille de Jean-Ber- 
nard Berkenhouch et de feue Madeleine Fischer. 

Il fit, en 1760, les sculptures dans l'intérieur de l'Hôtel de ville de 
Nancy, ainsi que la plupart des groupes d'enfants, au-dessus des bâti- 



— 38 — 

ments de la place Stanislas, ceux, en pierre de Savonnières, et le buste 
de Stanislas, au-dessus de la porte S'-Nicolas de cette ville, pour l'entrée 
de Mesdames de France, en 1760. Les groupes d'enfants seuls subsistent 
aujourd'hui; le buste a disparu. 

En 1761, il fait des sculptures pour la salle d'assemblée de l'Hôtel de 
ville ; l'année suivante, d'autres ouvrages pour le palais de l'Intendance, 
et répare la statue équestre du duc René II, sur la place S'-Epvre, 
en 1764. 

En 1746, il fut le parrain du fils du sculpteur François Brèche, dit 
Labonté, et, la même année, témoin du mariage de Joseph-François 
Brèche, dit Labonté. 

Archives de Nancy, II, 390, 392, 396; III, 47; IV, 39, 41, 45. 

Leroux, XVIII* siècle, sculpteur sur bois, fit la sculpture de l'orgue de 
l'église des Dominicains de Nancy. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. H, 824. 

Lerov (Dominique), XVIII» siècle, sculpteur, porté sur la liste des 
contribuables de la Ville Neuve de Nancy, en 1703. Il est parrain, dans 
cette ville, paroisse S'-Sébastien, le 3 février de la même année. 

Archives de Nancy. II, 320, et document inédit. 

Lespingola (François), XVIIP siècle, né â Joinville (Meuse), dit dom 
Calmet, travailla dans le parc de Versailles, où sont deux de ses œuvres : 
Bérénice, puis Pœtus et Arria. Il fit les armes de Colbert sur son mau- 
solée, aux Minimes de Paris ; les anges et le tabernacle des religieuses 
du S*-Sac rement à Paris. 

Description de Paris, Piganiol de la Force, 1742. — Dom Calmet, Bibliothèque 
lorraine. 

Lépy (Nicolas-Adrien), XVÏII" siècle, sculpteur, marié à Dieudonnée 
Thiriet, à Nancy , eut plusieurs enfants , qui furent aussi ses élèves : 
Nicolas- Joseph, né à Nancy, paroisse S'-Roch, et baptisé le 29 sep- 
tembre 1759; Joseph, qui se maria dans cette ville, à la paroisse Notre- 
Dame, le 27 février 1781, et d'abord Nicolas, né vers 1748, qui se 
maria, à Nancy, paroisse S'-Fiacre, le 15 février 1774, à l'âge de 
26 ans. Le premier, Nicolas-Joseph, eut un fils, Nicolas, sculpteur 
comme lui, qui naquit à Nancy, le 2 mai 1785, et dont le grand-père, 
Nicolas-Adrien, fut le parrain. Les œuvres de Nicolas-Adrien sont peu 
connues. Il n'en est pas de même de celles de son petit-fils. 

Archives de Nancy, III, 358; IV, 31, 42. 

Lépy (Nicolas I"), XVIII* siècle, sculpteur, né à Nancy, vers 1748, fils 
de Nicolas-Adrien et son élève. Il se maria dans sa ville natale, paroisse 



— 39 — 

S'-Fiacre, le 15 février 1774, fils d'Adrien-Nicolas Lépy, sculpteur, et de 
Dieudonnée Thiriet. 

Archives de Nancy. IV, 31, 42. 

LÉPY (Nicolas- Joseph), XVIII* siècle, né à Nancy et baptisé, paroisse 
S'-Roch, le 29 septembre 1759, fils d'Adrien-Nicolas Lépy, sculpteur. 
Élève de son père, il eut un fils, Nicolas II, né le 2 mai 1785, dont le 
grand-père, Adrien-Nicolas, fut le parrain, et qui devint le pluscélèbrede 
la famille. 

Archivea de Nancy. III, 352. 

LÉPY (Joseph), XVIII» siècle, fils d'Adrien, né à Nancy, s'y maria le 
21 février 1781, à la paroisse Notre-Dame. Il est qualifié artiste sculp- 
teur et fils d'Adrien. On ne connaît plus aucune œuvre signée de lui. 

Archives de Nancy. III, 358. 

LÉPY (Nicolas II), XVIII» et XIX» siècles, sculpteur, fils de Nicolas-Joseph 
et petit-fils d'Adrien- Nicolas, né à Nancy et baptisé, paroisse Notre-Dame, 
le 2 mai 1785, eut pour parrain son grand-père. II fut élève de son 
père, voyagea beaucoup pour se perfectionner dans son art et revint dans 
sa ville natale, en 1823. Il demeurait place Carrière et exécuta la statue 
en plomb de René II (actuellement au Musée lorrain), le buste de 
Léopold, dans l'église des Cordeliers de Nancy, placé sur le monument 
de ce prince. C'était un très bon sculpteur. 

Archives de Nancy. III, 352, 358. — Dictionnaire Bellier de la Chavignerie. 

LiGNON, XVII* siècle, sculpteur en cire, originaire de Paris, s'établit à 
Nancy, où il eut une fille, baptisée le 2 septembre 1698, paroisse 
S«-Sébastien. 

Archives de Nancy. III, 264. 

LuGUET (Abraham), XVII» siècle, sculpteur de Nancy, est qualifié comme 
tel dans le rôle dressé par les commissaires de quartier delà Ville Neuve, 
en 1636. Il eut plusieurs enfants, dont trois fils : l" Siméon, baptisé à 
l'église S'-Sébagtien, le 31 octobre 1623, dont le parrain fut le fameux 
sculpteur Siméon Drouin; 2» Georges, baptisé le 30 septembre 1625, et 
enfin Philbert, baptisé à la paroisse S'-Sébastien, dont le parrain fut 
noble Philbert, conseiller d'État de Son Altesse. Ses œuvres sont ignorées. 

Archives de Nancy, II, 228; III, 249, 250, 253. 

LupoT (Jean-François), sculpteur, XVII» et XVIII» siècles, né à Mire- 
court le 25 juillet 1684, où il est mort le 1»' mars 1749. S'est distingué 
dans son art, qu'il appliqua principalement à la sculpture religieuse, cru- 
cifix, statuettes de la Vierge et des saints, le tout en bois de S'»-Lucie, 
mais aussi en faisant à la perfection des figures décoratives ou grotesques 
pour orner la tête des instruments à cordes^ dont les luthiers anciens de 



— 40 — 

Mirecourt faisaient leur profit. Don Calmet, à ce sujet, écrit dans sa 
Bibliothèque lorraine que les luthiers de Mirecourt, qui de son temps 
sont en grand nombre, le regrettent infiniment. Il ajoute que le bois de 
S'»-Lucie est tiré d'une petite forêt, située près du couvent de S"-Lucie, 
possédée parles pères Minimes, entre Commercy et Sampigny; que ce 
bois, tirant sur le roux, un peu odorant, ne se trouve que dans cet 
endroit et en quelques haies du pays; les feuilles sont comme celles de 
l'épine noire ou nerprun. Nous possédons dans notre collection une char- 
mante statuette faite par Lupot en bois de S^'-Lucie, et représentant la 
Vierge à la chaise. 

Lupot est le fils de Jean Lupot et de Lucie Henry. Jean-François, aîné 
d'environ dix frères et sœurs, épousa, le 1" août 1723, Colombe Argen- 
ton, fille d'un soldat aux gardes de Léopold, qui mourut le 17 mai 1746, 
âgée de 66 ans. Jean-François Lupot mourut le 1" mars 1749, comme 
nous l'avons dit. 

En 1719, il fut acheté à Lupot, sculpteur à Mirecourt, un crucifix 
pour la sacristie de l'église de cette ville, moyennant la somme de qua- 
rante-deux francs. 

Un des autres fils de Jean Lupot fut le fondateur des luthiers de ce 
nom, Laurent Lupot, né à Mirecourt en 1696. Nous retrouverons cette 
famille dans le chapitre consacré aux luthiers. 

Archives de Mirecourt. A. J. Dom Calmet, Bibliothèque lorraine. 

LusEMER, XVI* siècle, sculpteur lorrain, était à Rome, comme sculp- 
teur, en 1568. 

Journal de la Société d'archéologie lorraine, 1887, p. 123. — La sculpture en Lorraine, 

A. J.. Rouam, 1888. — Archives de Meurthe-et-Moselle. B, 1058. 
I 

Malhoste (Daniel), XVII* siècle, sculpteur, né à Ëpinal, mourut à 
Nancy, à l'hôpital, le 21 novembre 1629. On n'a aucun renseignement 
sur ses œuvres. 

Archives de Nancy. III, 315. 

Mangin ou Mengin (François I*'), XVII* et XVIII* siècles, sculpteur de 
Nancy, fils de Dominique Mengin, orfèvre de cette ville, et d'Anne Braban, 
épousa, à Nancy (paroisse S'-Epvre), le 19 mai 1699, Thérèse Guinot. 
Il perdit sa femme et se remaria avec Barbe Magon avant 1712. Il eut 
deux fils : 1° François II, baptisé à Nancy le 30 avril 1712; 2» Jean- 
François, baptisé le 22 avril 1716. Il fut nommé collecteur des âmes, 
paroisse S'-Epvre, le 10 juin 1701. En 1703, il fait des sculptures à 
l'église S'-Epvre. On le voit contribuable comme sculpteur, quartier de la 
Ville Vieille, en 1705. En 1703, une somme lui est payée pour ouvrages 
de sa profession faits à l'ëglise Notre-Dame de Nancy, suivant l'estima- 




Vierge a la Chaise 

sculpture en bois de Sainte-Lucie, par Lupot, de Mirecourt 
(collection Albert Jacquot, Nancy). 



— 41 — 

tion de Remy Chassel et de Toussaint Bagard, sculpteurs. En 1*719, enfin, 
il fait des travaux de son art au château de Lunéville. 

Archives de Nancy, II. 34, 220, 324; III, 269, 272; IV, 10. ~ Archives de Menrthe- 
et-Hoselle. B, 12446. 

Mangin (Pierre), XVIII' siècle, sculpteur, de Pont-à-Mousson.En 1757, 
il reçoit une somme pour travaux de son art au séminaire de cette ville. 
En 1736, il sculpte les armes du duc Léopold; en 1754, la chaire à prê- 
cher et une statue de la Vierge. En 1762, il fit le beau plafond de la 
Bibliothèque du séminaire et la croix de mission d'Amel. Mais en 1767 
il eut des démêlés avec le chapitre de l'église de S'-Martin de Pont-à- 
Mousson, qui le fait poursuivre pour la rente qu'il lui doit. 

Archives de Menrthe-et-MoseUe. G, 1117. H, 1599. 2155, 2156, 2158, 2170. 

Mansiaux (Jean-Baptiste), XVIIl* siècle, sculpteur et marbrier de Sta- 
nislas, habitait, en 1769, rue de Craon, à Lunéville. 

Archives de Lnnëville. Ch. Denis. 

Mansuy (Jehan), XVI» siècle, « tailleur d'ymaiges " de Nancy, chargé 
par le duc Antoine des fonctions de monnayenr en la monnaie de Nancy 
en 1542. 11 était le fils du fameux Mansuy Gauvain, l'auteur de la statue 
da duc Antoine et des décorations sculpturales de la porterie du Palais 
ducal de Nancy. 

Trésor des Chartes, reg. B. 22, f» 60. 

Manvuisse (Laurent 1"), XVII' siècle, sculpteur de Nancy, paraît être 
le père ou l'oncle de François I" et le fondateur d'une lignée de sculp- 
teurs sur bois de ce nom. 11 était déjà veuf de Sébastienne Latour, quand, 
à Nancy, à l'église Notre-Dame, le 22 novembre 1677, il épousa Mar- 
guerite Lançon. Il eut, en tous les cas, un fils, François, baptisé le 16 juil- 
let 1696, qu'il ne faut pas confondre avec François II, le sculpteur dont 
il sera question plus tard. 

Archives de Nancy. III, 354. 

Manvuisse (François I"), XVII» et XVIII' siècles, sculpteur à Nancy, où 
il était contribuable en 1698. Il était sculpteur en bois de S»'-Lucie. Il 
avait épousé Jeanne-Thérèse Nicolas et en eut un certain nombre 
d'enfants : 1" Jean-François, né et baptisé à Nancy le 26 juillet 1698» 
dont Jean Manvuisse, aussi sculpteur, fut le parrain. Ce Jean était fils de 
Laurent 1" Manvuisse. 2» Le 23 mai 1701, Jean-François II, dont Jean 
Manvuisse fut encore le parrain. 3" Laurent II, né et baptisé le 18 décem- 
bre 1703. 4» Le 8 juillet 1713, Marc, et 5» le 18 juillet 1720, Jean-Jo- 



— 42 — 

seph. Nous voyons François I" être le parrain, le 5 juin 1705, de Jean- 
François, fils de Jean Manvuisse, aussi sculpteur. 

Archives de Nancy, II, 309; III, 264, 265, 266. 267, 270. 273. 302, 346. 

Manvuisse (Jean), XVII" et XVIII* siècles, sculpteur à Nancy, fils de 
Laurent Manvuisse de Nancy, fut parrain de Jean-François, fils de Fran- 
çois I", le 26 juillet 1698, ainsi qu'en 1701, le 23 mai. Il eut un fils, 
Jean-François, avec sa femme Anne Depardieu, né et baptisé le 9 juin 
1705, à Nancy, paroisse Notre-Dame. Il s'était marié à Nancy, le 17 avril 
1703. Ils eurent encore un autre fils, Claude Léopold, dont le parrain fut 
Claude des Indes, maître sculpteur à Nancy. 

Jean Manvuisse fut surtout un sculpteur sur bois. 

Archivei de Nancy. III, 265. 267. 302, 349. 

Manvuisse (Laurent II), XVIII* siècle, sculpteur, fils de François l" et 
de Thérèse Nicolas, né à Nancy le 18 décembre 1703, fut élève de son 
père, sculpteur en bois de S"-Lucie. 

Laurent II épousa Anne Saint-Urbain, fille du fameux graveur, le 
13 novembre 1731, en présence de Jean Droncourt, sculpteur. Il eut, 
d'Anne Saint-Urbain, François, né à Nancy le 4 février 1745. Nicolas, né 
vers 1738, épousa à Nancy, le 26 février 1754, Christine Pogny; Anne 
Saint-Urbain était morte à Nancy le 31 mars 1764, lorsque Laurent II 
mourut le 10 avril suivant, âgé de 62 ans. 

Il fut parrain de Laurent III, fils de Nicolas, le 25 mars 1755. 

Archives de Nancy, III, 266, 354, 391 ; IV, 14, 17,29. 

Manvuisse (Nicolas), XVIII* siècle, sculpteur, fils de Laurent II, épousa, 
à Nancy, le 26 février 1754, Christine Pogny ou Paunier. Ils eurent un 
fils, Laurent III, né à Nancy le 25 mars 1755, dont Laurent fut le par- 
rain. Nicolas s'était remarié avec Catherine Nicole, le 1" juillet 1755, 
dont il eut une fille, Anne-Catherine, le 20 août 1759. Il épousa enfin en 
troisièmes noces Anne Sigur, le 11 septembre 1764, en présence de 
François Nicole, le fameux graveur lorrain, son ex-beau-père, et de Théo- 
dore Aubry, peintre à Nancy. 

Il mourut, le 29 mai 1781, à Nancy, âgé de 43 ans. Il était né vers 
1738. 

Archives de Nancy. T. III, 391 ; t. IV, 17. 18, 30. 45. 

Manvuisse (Jean-Baptiste), XVIII" siècle, sculpteur, mort à Nancy, le 
3 avril 1748, âgé de 72 ans ; donc il était né vers 1676. 
Archives de Nancy. IV, 28. 

Marc (François), peintre et sculpteur, XVIII* siècle. En 1733, somme 
payée à François Marc, peintre et sculpteur à Nancy, pour avoir sculpté 



— 43 — 

en pierre les armoiries de la Ville, sur le bâtiment de la Poissonnerie. 
Archivei de Nancy. II, 356. 

Marchal (Thierry), XVII' siècle, sculpteur à Nancy; passa une transac- 
tion avec Antoine de Lénoncourt, primat de Lorraine, le 8 juin 1624, 
pour ouvrages fails au village de Blainville. 

Journal de la Société d'archéologie lorraine, p. 31. 1859. 

Marchand (Jacques), XVIII» siècle, sculpteur. En 1725, il fut acheté 
d'un sculpteur de Mirecourt, nommé Jacques Marchand, deux reliquaires 
pour l'église, lesquels furent payés 116 francs. 

Comptes fournis par les maires de Mirecourt. 

Marct (Nicolas), XVIII" siècle, sculpteur. Mention de Nicolas Marcy, 
sculpteur à Lunéville, le 18 avril 1716. 

Archives de Lunéville. — Ch. Denis. GG. 28. 

Marcou (Jacques), XVII* siècle, sculpteur à Nancy, y eut un fils, 
François, né et baptisé à Nancy, le 16 juin 1622 (paroisse S'-Sébastien). 
On ne connaît pas ses œuvres. 

Archives de Nancy. III, 249. 

Maret (Nicolas), XVIII* siècle, sculpteur à Nancy, est qualifié comme 
tel dans la liste des contribuables de cette ville, en 1724, sans qu'il soit 
fait mention de ses œuvres. 

Archives de Nancy. III, 345. 

Matbey (Michel), charpentier sculpteur, XIV* siècle, du diocèse de 
Toul. 

Artistes et artisans lorrains à la Cour des papes à Avignon. — E. Miintz, les Arts à 
la Cour des papes. 

Mathis (Basile-Benoît), XVIII* siècle, sculpteur à Lunéville, élève de 
Barthélémy Guibal, dont il avait épousé une des filles, Marie-Jeanne; res- 
taura, en 1767, les figures des trois fontaines de la place Royale, à côté de 
la Comédie, à Nancy. 11 demeurait rue S'*-Élisabeth, n° 6, à Lunéville, en 
1769. Il eut une fille, Catherine, née et baptisée à Lunéville, le 1" mars 
1761. Il travailla aux sculptures du château de Chanteheux près Luné- 
ville. Il dessinait fort bien, surtout aux deux crayons. Il habita aussi la 
Russie, Moscou notamment. Il mourut en 1805 à Lunéville, et y était né 
vers 1736. 

Archives de Nancy. III, 35. — Notes de M. Le Brun. Lnnëville. 

Mayeur (Claude), Xni* siècle, sculpteur à Nancy, fils de feu Gabriel 
Mayeur et d'Anne du Paget, baptisé à Nancy, le 28 février 1604, épousa 
à Nancy, paroisse S'-Epvre, le 24 octobre 1627, Jeanne Mollet, et mourut 



_ 44 — 

le 22 janvier 1675, âgé d'environ soixante-dix ans, après une longue 
maladie. 

En 1628, il refait le piédestal de la grande fontaine de la place S'-Epvre 
de Nancy. Il est commissaire de quartier de la Ville Neuve de Nancy en 
1636. En 1649, il refait la statue équestre de la place S'-Epvre de Nancy. 
En 1657, il fit des travaux de son art pour l'entrée du roi de France à 
Nancy, d'après les dessins du peintre Claude Deruet. Il s'était remarié, 
car en 1649 il eut de Pauline Adnot, sa femme, un second fils, Charles II. 
Il était mort lors du mariage d'un de ses fils, Joseph Mayeur, son élève, 
sculpteur comme lui (9 juin 1682). Claude Mayeur fut adjoint, en qua- 
lité de sculpteur, à la confrérie de Notre-Dame de Nancy, et en 1654 une 
somme fut payée, d'après son devis, à Grata, pour travaux exécutés au 
cabinet du maréchal de la Ferté, gouverneur de Nancy. 11 était conseiller 
de la ville en 1639. 

Archives de Nancy, II, 180, 221, 228, 247, 267; III, 254. 256, 299, 322; IV, 5. — 
Archives de Meurthe-et-Moselle, B, 7488; H, 2653, 4-2026. 

Mayeur (Joseph), XVII» siècle, sculpteur, fils et élève de son père, 
Joseph, se maria à Nancy le 9 juin 1682. Il mourut, âgé seulement de 
40 ans, à Nancy, le 15 septembre 1685; il était donc né vers 1645. Il 
avait épousé Elisabeth-Blanche Barbe. 

Archives de Nancy, III, 299, 324. 

Melling ou MÉLiN, XVII* siècle, sculpteur à S»-Avold (Lorraine), père 
de Joseph Melling, le peintre. 
Notice sur des artistes lorrains, A. Jacquet, 1886. 

MÉLIN (Jean), XVII* siècle, sculpteur imagier, à Nancy, eut, de sa 
femme Nicole, un fils, Jean II, baptisé i l'église S'-Sébastien, le 1" juillet 
1625. 

Archives de Nancy, documents inédits, A. Jacquot. 

Melin ou Merlin (Nicolas), XVIII* siècle, sculpteur, né à S'-Avold, 
reçu bourgeois de Nancy, en 1748, fit, en 1752, des travaux de son art à 
l'église S*-Pierre de Nancy. Il se maria, le 23 octobre 1757, en pré- 
sence de Bernard Mélin, sculpteur à Nancy, son parent. 

Archives de Nancy, II, 181; III, 46; IV, 61. 

Melin (Jean-Bernard), XVIII' siècle, sculpteur à Nancy, témoin au ma- 
riage de Nicolas Melin, le 23 octobre 1757. 

Archives de Nancy. IV, 61. 

MÉLIN (Didier-Joseph-François), sculpteur, député pour élire le tiers 
état à Nancy, en 1789. 
rchives de Nancy. I, 301. 



— 45 — 

MÉNARD (Jean), XVI* siècle, sculpteur lorrain, travaillait à Rome, de 
1573 à 1583. 

Journal de la Société d'archéologie lorraine, 1887, p. 123, et Ârtisti francesi in Borna. 
Chevalier Bertolotti. 

Mengin d'ëssey, XV* siècle, sculpteur architecte ; fit les travaux de la 
chapelle S'-Tbiébaut de Nancy, en 1481-82, et en 1488 l'escalier de la 
chambre des comptes du Palais ducal, avec Didier de Neufchâtel. Ils déco- 
rèrent la porte de cet escalier de colonnettes supportant un entablement 
au-dessus duquel les armes ducales étaient soutenues par deux anges. 

Dictionnaire de Bcauchal. 

Mengin-Chevron, appelé aussi Mengin de Bar, XV* siècle, sculpteur, ori- 
ginaire de Bar, travailla, en 1460, au portail de la cathédrale de Toul. 
Journal de la Société d'archéologie lorraine, 1862, p. 251. 

MÉLiN (Barthélémy), XVIII* siècle, sculpteur de la Cour ducale, à Luné- 
ville, le 5 octobre 1720. 

ArchiTei de Lunéville. GG. 31. Ch. Denis. 

Menuet (Louis), XVIII* siècle, sculpteur, fils de Guillaume Menuet, de 
la paroisse S»-Gervais de Paris, habitait Nancy depuis trois mois, lorsqu'il 
s'y mariait, le 8 octobre 1709. Il est parrain, à Nancy, en 1719, du fils 
de Barthélémy Mesny, sculpteur à Nancy, et y mourut le 28 mai 1755. Il 
était donc né vers 1689. 

En 1729, il travaille au catafalque du duc Léopold, et en 1750 à la 
Comédie de Nancy. En 1739, il fit des ouvrages au Palais ducal de Nancy, 
et déjà en 1740 à la fontaine de la place Carrière et à l'hôtel de l'Inten- 
dance. 

Archives de Nancy, II. 350, 373, 378; III, 44, 45, 46, 303. 350; IV, 52. 

Merlin, XVII* siècle, sculpteur et orfèvre lorrain au service de Louis XIV, 
à Paris, où il exécutait en argent les petites statuettes modelées par Charles 
Chassel. 

Bibliothèque lorraine. Dom Calmet. 

Mesny (Regnauld ou Renauld), XVII* et XVIII* siècles, sculpteur lorrain, 
né à Nancy, vers 1662, décédé à l'âge de 50 ans, le 26 septembre 1712. 
Il était fils de François I*' Mesny et de Catherine Gaillard. Sculpteur de 
Son Altesse Royale et l'un des professeurs de l'Académie de peinture et de 
sculpture, fut enterré dans la nef de l'église Notre-Dame de Nancy, en 
présence de sa femme, de ses enfants et de maître François Mesny, 
prêtre de celte paroisse. Nous le voyons contribuable, à Nancy, en 1698. 
Il eut de sa femme, Françoise Norroy, plusieurs enfants : 1" Benoît- 
Arnault, né le 8 novembre 1689; 2* Nicolas-Léopold, 24 novembre 1697; 



— 46 — 

3° Sébastien, 28 novembre 1698; 4* Thérèse, qui épousa son cousin, 
le sculpteur Barthélémy Mesny, le 3 mai 1732, et qui mourut le 
22 juillet 1769. Il était membre de la Confrérie de la Congrégation de 
Nancy, le 11 mars 1685. 

C'est un sculpteur habile qui exécuta beaucoup de travaux de son art, 
à Lunéville principalement, et pour le compte du duc de Lorraine. Il fit 
de bons élèves. Il avait épousé Françoise Norroy, le 23 juillet 1686, à 
l'église S'-Epvre de Nancy. 

Archives de Nancy. II, 305; III, 347, 357, 365; IV, 9. 

Mesny (Barthélémy I"), XVII» et XVIII' siècles, sculpteur; fut parrain, 
à Nancy^ le 25 septembre 1678, du fils de François Mesny, marchand, et 
de Marie CoUot. Il était né à Nancy, vers 1650, et y mourut le 
16 mars 1724, âgé de 74 ans. Il fut inhumé à la paroisse Notre-Dame, 
et, en dehors de son état de sculpteur, il était aide-major de la bour- 
geoisie. Sa femme, Jeanne Bailly, qu'il avait épousée vers 1675, à Nancy, 
mourut, âgée de 61 ans, le 14 juillet 1717. Il était membre de la Con- 
frérie de la Congrégation de Nancy, reçu le 25 mars 1679. Ils eurent 
un fils, Sigisbert, baptisé à Nancy, paroisse S'-Epvre, le 24 mai 1676. 

Il est qualifié, dans l'acte de baptême de son fils, maître sculpteur. 

Archivei de Nancy, II, 305, 309; III, 261, 365, 366, 383. 

Mesnv (Barthélémy II), sculpteur lorrain, XVIII* siècle, fils de Jean 
Mesny, boulanger de Nancy, et de défunte Claude Parterre ; se maria, 
dans sa ville natale, le 7 février 1713, avec Charlotte Drouot, et ensuite, 
le 2 mai 1732, avec Thérèse Mesny, fille de défunt Regnault Mesny, 
sculpteur, et de Françoise Norroy, en présence de Renaud-Sigisbert 
Mesny, son frère. Il mourut à Nancy, le 2 janvier 1756, âgé de 68 ans ; 
il était donc né vers 1688. Thérèse Mesny, sa seconde femme, mourut 
le 22 juillet 1769. Il eut plusieurs enfants : Césaire, né et baptisé à 
Nancy, le 14 septembre 1717 ; Louis-Alexandre, le 6 septembre 1719, 
dont le parrain fut Louis Menuet, le sculpteur. 

Parmi ses œuvres, il faut citer : en 1736, la table d'autel et le taber- 
nacle de Notre-Dame, à Nancy ; en 1747, les ouvrages à l'Intendance ; 
en 1745, des restaurations à la fontaine S'-Nicolas. 

Barthélémy, sculpteur de talent, fut le sculpteur du roi de Pologne, 
duc de Lorraine, Stanislas Lesczinski, et exécuta la plupart des sculptures 
des constructions ordonnées, à Nancy et à Lunéville, par ce prince. 

Barthélémy II était le cousin de François Mesny. 

Archives de Nancy. III, 356, 357, 368, 371 . 

Mesny (Renault-Sigisbert), XVII* et XVIII* siècles, sculpteur lorrain, 
frère de Barthélémy II, devint sculpteur de S. A. R. le duc Léopold, duc 



— 47 — 

de Lorraine, el professeur de son Académie ; était fils de Jean Mesny, 
boulanger à Nancy, et de Claude Parterre. Il eut une fille, Jeanne, morte 
à Nancy, le 19 décembre 1778, âgée de 77 ans, donc née vers 1701, et 
un fils, Barthélémy IV, le 23 novembre 1712, Ses œuvres peuvent se 
rattacher à celles de son frère Barthélémy II. 

Archive» de Nancy. III, 269, 357, 368. 372. 

Mesny (François), XVllI' siècle, sculpteur lorrain, cousin du sculpteur 
Barthélémy 11 qui était mort à Nancy, le 2 janvier 1756. François avait 
épousé Anne Miston et eut plusieurs enfants : Jean-François, le 8 mai 1732; 
Pierre, en 1735; Claude-François, le 14 décembre 1737, dont le parrain 
fut Claude-François Nicole, graveur célèbre, de Nancy. Ils eurent encore 
une fille, le 11 février 1730. 

Archives de Nancy. III, 389, 390. 

Mesny (Christophe), XVII" siècle, sculpteur lorrain, épousa Barbe 
Bailly et eut un fils, Toussaint, né et baptisé à Nancy, le 24 janvier 1689, 
dont Toussaint Bagard, le fameux sculpteur, fut parrain. 

Archive» de Nancy. III, 347. 

Mettreau (Alexandre), sculpteur, XllI* siècle, eut un fils, Alexandre- 
Nicolas, né et baptisé à Nancy, le 10 novembre 1695, dont Nicolas 
Foulon, le sculpteur, fut parrain. 

On n'a pas de détails sur les oeuvres de cet artiste. 

Archives de Nancy. III, 264. 

Munich (Louis), XVIII» siècle, sculpteur. En 1724, le rôle pour la levée 
des sous mentionne son nom et sa qualité. 

Archive» de Nancy. II, 345. 

Michel (Thomas), XVII* et XVIII* siècles, sculpteur (cité dans plusieurs 
actes, comme traiteur, pourvoyeur de S. A. le duc de Lorraine, puis 
sculpteur), né (dit son acte de mariage) à Metz, habitant Nancy depuis 
1703. Il épousa, à Nancy, le 30 octobre 1725, Anne Adam, fille du 
sculpteur lorrain Jacob-Sigisbert Adam et de Sébastienne Le Léal. Ils 
eurent dix enfants, dont le fameux Claude Michel, dit Clodion, le célèbre 
sculpteur; Sigisbert-Martial et Sigisbert-François. L'un de ces derniers 
fut aussi sculpteur, peut-être tous deux, et remplaça son oncle, François- 
Gaspard Adam, à Berlin, lors de son départ, en 1759. 

La découverte que nous fîmes, aux Archives de Nancy, de l'acte de 
décès d'Anne Adam, 12 août 1787, fait cesser tous les doutes à cet 
égard et affirme bien que Thomas Michel, le père de Clodion, était vrai- 
ment le sculpteur de Frédéric le Grand. Un certain nombre de sculptures 
du parc de Potsdam sont dues à son ciseau. 

Voir notre étude sur les Adam, Michel et Clodion. Rouam, 1897. Albert Jacquot. 



Michel (Sigisbert-François), XVIII' siècle, sculpteur lorrain, fils de 
Thomas Michel, frère aîné de Clodion, né à Nancy en 1728, paroisse 
S'-Sébaslien, mort célibataire à Paris, le 21 mai 1811. Sculpteur du roi 
de Prusse (1764), membre de TAcadémie de S'-Luc. Il passa six ans à 
Berlin, où il fit une statue de Mars pour le château de Sans-Souci. A la 
suite de discussions, il revint à Paris et prit part aux expositions 
de 1774 à 1800. 

Les Adam, Michel et Clodion, Albert Jacqaot, 1897, et Dictionnaire de Bellier de la 
Chavignerie. 

Michel (Sigisbert-Martial) , XVIII* siècle, sculpteur, fils de Thomas 
Michel et frère de Claude (Clodion) et de Sigisbert-François, demeurait 
à Paris, rue d'Anjou-S'-Honoré. Il prit part, dit Bellier de la Chavignerie, 
aux expositions du Salon de la Correspondance, en 1781. 

Michel (Claude, dit Clodion), XVIII' siècle, fameux sculpteur, né à 
Nancy, le 20 décembre 1738, paroisse S'-Roch, fils de Thomas Michel et 
d'Anne Adam. Marié à Flore Pajou, le 17 février 1781, à Paris, à l'âge 
de 42 ans. Elève de Lambert-Sigisbert Adam, son oncle maternel. Agréé 
à l'Académie royale, le 29 mai 1773. N'a exposé que sous son surnom 
de Clodion, sous lequel il est connu. Il fit des envois à tous les Salons, 
depuis 1773 jusqu'à 1810. Son talent est trop connu pour qu'il soit né- 
cessaire d'en faire l'éloge ; ses œuvres répandues sont admirées et 
charment tous les amateurs ; elles sont bien empreintes de la grâce 
française du XVIII' siècle, mais il sut prouver aussi, dans l'exécution de 
certaines œuvres, comme pour le Montesquieu qui est à l'Inslilut, qu'il 
pouvait aborder la grande sculpture. Clodion resta à Rome depuis le 
25 décembre 1762 jusqu'en juin 1767 et revint à Paris en 1771. Nous 
avons mentionné, dans notre étude spéciale sur cet artiste, ses travaux 
exécutés pour le comte d'Orsay. M. Thirion, dans son bel ouvrage sur 
Clodion, a aussi mis en lumière la plupart de ses œuvres. D'autre part, 
nous avons retrouvé celles qu'il fit pour le château de S'-Cloud et pour la 
Russie. 

Clodion revint en Lorraine, où il séjourna jusqu'au début de la Révo- 
lution française. Il fit, à Nancy et pour la faïencerie de Niderviller, plu- 
sieurs œuvres remarquables et retourna à Paris, en 1798, où son frère, 
Sigisbert-Michel, l'avait précédé, après un séjour en Lorraine. 

Clodion mourut à Paris, le 28 mars 1814. 

Pendant son séjour à Nancy, il fit un projet de statue de Stanislas, 
projet proposé par Durival, alors lieutenant de police de cette ville. 

Principales œuvres de Clodion : le groupe du Déluge, le buste de 
Tronchet, celui de Madame, première fille de Louis XVI, le Scamandre 



— 49 — 

desséché par les feux de Vulcain, la statue de Montesquieu, les bas^relieft 
du château de S'-Cloud, ceux de la chapelle succursale de S'-Eustache, à 
Paris, des quantités de statuettes en terre cuite représentant des bac- 
chantes et des satyres, Jupiter prêt à lancer la foudre y le Fleuve du Rhin 
séparant ses eaux. Hercule au repos, S tinte Cécile et un bas-relief, pour 
la cathédrale de Rouen, le tombeau de la comtesse d'Orsay. Il avait 
ébauché, pour la ville de Montpellier, le groupe de Turenne et de Condé, 
que la Révolution empêcha l'artiste d'achever, les bas-reliefs de la 
maison Demengp-Crémel, de Nancy, le Baiser donné et le Baiser rendu, 
enfin un des bas-reliefs de l'arc de triomphe du Carrousel, à Paris. 

Archive! de Nancy, III, 127. etc.. et les Adam, Bfichel et Clodion. Albert Jacquot, 
Ronam, ëditenr, 14. me du Helder. Paris. 

MiLON (Pierre), XVII* siècle, sculpteur lorrain, de Damvillers (Meuse), 
fit des armoiries sculptées en pierre. 

La Bcniptnre en Lorraine, A. Jacqnot, 1888. 

Milan (Pierre de), XV* siècle, sculpteur, avait un atelier à Bar-le-Duc, 
de 1462 à 1464. 

MiQUE (Dominique), sculpteur et tailleur de pierre à Nancy, 
XVIII* siècle, eut, de sa femme, Barbe Noël, un fils, dont le parrain fut 
Renaud Mique, tailleur de pierre à Nancy. 

Archives de Nancy. III, 269. 

Munich (Louis), XVIII* siècle, sculpteur, porté comme tel sur la liste 
des contribuables de la ville de Nancy (Ville Vieille), en 1724. On ne 
connaît rien de ses œuvres. 

Archive* de Nancy. II, 843. 

Nardet (Pierre), XVIII* siècle, sculpteur lorrain, mourut à Nancy 
le 8 juillet 1745, âgé de 40 ans. Il était donc né vers 1705, paroisse 
S'-Roch. On ne connaît rien de ses œuvres. 

Archives de Nancy. IV, 51, 

Natoire (Florent) père, XVIII* siècle, sculpteur et architecte, né à 
Nancy, vers 1667 ; alla se fixer à Nîmes (Gard) et y exercer ces deux 
professions. On manque de détails sur ses travaux, mais on sait qu'il 
occupa une charge de consul. Il est le père du fameux Charles- Joseph 
Natoire, peintre et graveur nîmois. 

Dictionnaire de Bellier de la Chavigneria. 

Navatel ou Navatelle (Claude), XVIII* siècle, sculpteur; eut un fils, 
Joseph, baptisé à Nancy, le 8 décembre 1767. On ne sait rien de ses 
œuvres. 

Archives de Nancy. III, 392. 

Nicolas (Michel), XVIII* siècle, sculpteur; porté comme tel dans le 



— 50 — 

registre des décès, du 7 juin 1722, à Nancy, où on le dit âgé de 70 ans. 
Archives de Nancy. III, 329. 
Nicolas de Saixt-Blixise, XIII» et XIV* siècles, à Bar, sculpteur. 

Arts et artistes dans le Barrois, Maxe-Werly. 

Nicole (Louis-Barlhélemy), XVIII* siècle, sculpteur; le 20 août 1759, 
baptême d'Anne-Catherine, fille de Nicolas Manvuisse, sculpteur, et de 
Calherine Nicole ; parrain, Louis-Barthéiemy Nicole, sculpteur (S'-Epvre, 
baptêmes). 

PrtRiSET (Nicolas), XVII* siècle, sculpteur et orfèvre à Nancy, conseiller 
en 1689. 

Archives de Nancy. — Document inédit, A. J. 

Patena (François), XVII* siècle, sculpteur à Nancy, exécuta, en 1658, 
sur les dessins de- Callot, le fameux graveur, et de Drouin, une table 
d'argent, vœu de la ville de Nancy à la Vierge de Noire-Dame de Lorette. 

Soliman Lieutaud. 

Paulus (Charhs-Toseph), XVIIl* siècle, sculpteur à Vergaville, fut 
pourvu, en 1766, d'une pension par Anne-François d'Offay de Rieux. 
Archives de Meurthe-ct-MoselIe. H, 2822. 

Pernet (Gérard et Claude), XVII* siècle, père et fils, sculpteurs lor- 
rains, sur bois; travaillaient de leur art, à Rome, en 1616. 

Jonrnal de la Société d'archéologie lorraine, 1887, p. 124, et Sculpture en Lorraine, 
A. Jacquot, 1888. 

Perrin (Michel et François), XV* siècle; travaillaient à Bar-le-Duc, 
vers 1474. 

De l'art et des artistes dans la Barrois, Maxe-Werly, 1898. 

Pestre, de Deneuvre, XV* siècle, sculpteur; fit, en 1449, les armes de 
Thiébaut de Neufchâtel, entre les deux portes du châlel. 

La sculpture en Lorraine, A. Jacquot, 1888. 

Peter (Antoine), XVI* siècle, sculpteur italien ou allemand, attaché i 
la cour de Lorraine ; fît, en 1581, des portraits en cire pour le duc. 

Mémoires de la Société d'archéologie lorraine, 1854. 

Philrert (Antoine), XVI* siècle, sculpteur sur bois; embellit de ses 
œuvres le Palais ducal de Nancy, sous Charles III. 

Archives de Nancy. I, 143 . 

PiÉDECHAux (Le), XVI* siècle, imagier et menuisier. En 1531, il reçut 
une somme pour avoir taillé une gargouille et un chapiteau à la Galerie 
^u Palais ducal à Gondreville. 

Archives d9 Meurthe-et-Moselle. B, 6163. 



— 51 — 

PiERRR DE Milan. (Vojez Milan.) 

Pierre (Anloino), XVII* el XVIII» siècles, sculpteur, contribuable de la 
ville de Nancy, en 1698. En 1703, il fil les deux petits autels de l'église 
S'-Sébastien de Nancy ; le 4 décembre 1702, mariage de son (ils, Jean» 
Claude, paroisse S'-Epvre, avec Marguerite Bertin. 

Archivei de Nancy. II, 305; III. 40, 387. 

PiF.RRE (Pierre), XVIII* siècle, sculpteur, fils de Gilles Pierre, eut, d*ÉIi- 
sabetb Gravois, un fils, Louis, baptisé à Nancy, le 8 juin 1707. 

Archives de Nancy. III, 267. 

Pierre (G lies), XVIII* siècle, sculpteur, de Nancy, eut un fils, Pierre, 
né et baptisé à Ninry, paroisse S'-Roch, le 3 avril 1743. Il »• remaria, 
le 8 janvier 1749, avec Marg lerite Vuillautne, en présence de Jean- 
François Commandr>ur, sculpteur à Nancy. 

Arrhives de Nancy. IV, 41 , 45. 

Pierrk (François), XV^III* siècle, sculpteur, de Nincjf; fil, en 1727, le 
fronton du portail de Téglise S'-Sébastien de Nancy. 
Archive* de Nancy. III, 43. 

Pierre (.loseph-Pieudonné), bon .sculpteur de Nancy, XVIII* siècle. Il 
fit, en 1717, les armes de Son Altesse Royale et de la ville sur le fronton 
du bâtiment de Man'ville. En 1727, il sculpta les deux grands panneaux 
où se voient le Christ et la Vierge à l'enlrée extérieure du portail d > l'église 
S'-Sébastien de Nancy, et d'autres travaux au sanctuaire, à la voûte de 
cette église et de celle des Trois-Maisons ; puis la fontaine du Pont- 
Mouja, en 1744 la statue de b' Nicolas qui se trouvait sur la fontaine de ce 
nom à Nancy. 

Archives de Nancy. II. 348, 353, 356, 387; III, 41. 43, 45. 

PiLOT (Louis), XVIII* siècle, eut de sa femme, Marie-Marguerile Hus- 
senot, un fils, Pierre, né et baptisé à Nancy, le 15 octobre 1717. Louis 
est qualifié sculpteur, dans cet acte. 
Archives de Nancy. III, 350. 

PiNCEDÊ (Robert), XVIII* siècle, sculpteur lorrain, né à Châleau-Voué 
(Lonaine) vers 1691, y mourut le 11 septe/ubre 1775. 

Auteur des bénitiers qui se voient encore dans l'église de son village 
natal, ainsi quedes sculptures de l'abbaye de Salivai. Toutes ces sculp- 
tures sont ordinairement en gypse rose avec des rehaussements dorés. 

La sculpture en Lorraine, Albert Jacquot, 1888. 

PoiRET (Pierre), XVII* siècle, sculpteur el théolo^^ien, né à Mel« le 
15 avril 1646. Son père était fourbisseur. Il le peidit en 1652. On le 



— 52 -- 

mit chez un sculpteur, qui lui apprit à dessiner. Il réussit si bien qu'il fit 
le portrait de Mlle Bourignon, longtemps après la mort de celle-ci. 

Il ne put cependant se fixer au dessin et à la sculpture, et les quitta 
pour les sciences. Il mourut à Reinsbourg, en Hollande, le 21 mai 1719, 
âgé de 73 ans. 

Bibliothèque lorraine. Dom Calmet. 

PoiROT (François), XVIII» siècle, architecte et sculpteur, de Nancy, fut 
chargé en 1760 de la réfection du piédestal et de la croix érigée en l'étang 
S'-Jean de Nancy, à la mémoire de Charles le Téméraire et de la bataille 
de Nancy. 

Soliman Lientand. 

PoiRSON (Antoine), XVIII* siècle, sculpteur de Nancy, fils de Nicolas 
Poirson, menuisier et sculpteur, se maria en cette ville, le 27 août 1703, 
église St-Epvre. 

Archives de Nancy. IV, 10. 

Potier (Antoine), sculpteur, à Commercy, XVII* siècle. En 1642 il 
refit la balustrade sculptée du château de Commercy, et des travaux à 
Ville-Issey en 1648. 

Archives de Menrthe-et-Moselle. B, 4791, 4797. 

PoussET (Marc et Félix), sculpteurs sur bois, XVIII* siècle, firent des 
sculptures sur bois dans l'église Notre-Dame, à Nancy, en 1729. 

Marc, né vers 1670, eut un fils, Ferdinand, né et baptisé le 23 mai 1706, 
dont le parrain fut le fameux graveur Ferdinand de Saint-Urbain. 

Marc était fils de Jean Pousset, bonnetier à Nancy. Il se maria, le 
12 janvier 1704, avec Anne-Françoise Villaume, et, veuf de celle-ci, il 
épousa, le 5 février 1715, Thérèse Martin. 

Marc mourut le 6 mai 1735 à Nancy, âgé de 65 ans (S»-Sébastien) . 

Archives de Nancy, II, 350; III, 267, 302. 303, 331. 

PuEL (Pierre), XVIII* siècle, sculpteur. Mention, le 10 janvier 1712, i 
Lunéville et mariage en cette ville, le 20 juin 1713, du sieur Pierre Puel, 
sculpteur de Son Altesse Royale, homme veuf, originaire de la paroisse 
S*-Roch de Paris, et de celle-ci depuis deux ans, et demoiselle Margue- 
rite Gauchy. 

Archives de Lunéville. Ch. Denis. 

RftviNOT (Pierre), XVII* siècle, sculpteur, est porté comme tel sur le 
rôle des contribuables de la ville de Nancy en 1698. 

Archives de Nancy. II, 305. 

Radlot (Didier), XVI* siècle, sculpteur à Bar, 

Art et artistes dans le Barroii. Ma^a-Werl^. 




EVANOUISSEMENT DE LA VIERGE 

noiS, V\R LIGIER-RICHIBR 
lîOLISK 1BBATIALB DE SU NT- M I H I BL 



— 53 — 

Rekaglerius ou Renadld (Gérard), XIV* siècle, sculpteur originaire du 
diocèse de Toul, sur lequel on n'a pas d'autre renseignement, 
llûntt, Lorrains i la Conr des papes à AFignon. 

Renard (Nicolas), XVII* et XVIII* siècles, fameux sculpteur, fils de 
François Renard^ boulanger à Nancy, et de Claude Claudot, fut baptisé, 
le 22 septembre 1654, à Téglise S'-Sébastien, avait épousé Marie-Eli- 
sabeth Grave; il était mort avant 1733, date du décès de son fils, Michel- 
Alexandre Renard, peintre, qui mourut à Nancy, âgé de 23 ans, et qui 
était l'élève préféré de Claude Charles et de Jacquard; c'est lui que le 
duc Léopold avait envoyé à Rome à ses frais pour y étudier la peinture. 

Nicolas Renard apprit son art sans maître, alla à Paris à l'âge de 

15 ans, fit les beaux chapiteaux du Louvre, fut envoyé à Rome, où il 

demeura pendant trois années ; revint à Paris, où il exécuta, en 1693, le 

mausolée du prince d'Harcourt aux Feuillants ; ce mausolée fut ensuite 

transporté dans l'église S'-Ruch de Paris, dans la chapelle du côté droit; le 

groupe principal est signé N. Renard, Lotbar : in fecit; travailla au dôme 

des Invalides et au chœur de Notre-Dame. Il se rendit à Brest, où il resta 

huit ans, et revint en Lorraine avec sa famille vers 1715. Professeur à 

l'Académie de Nancy, il fit les statues des Bosquets à Lunéville, celles de la 

Malgrange près de Nancy et de l'hôtel de Craon, dans cette ville. 11 

mourut à Nancy, vers 1720, âgé de 66 ans, et fut enterré chez les Pères 

Augustins de Nancy. 

Archives de Nancy. III, S57, 331. — A. Ifontaiglon, Art français, 1856. — Biblio- 
thèqne lorraine. Dont Calmet. 

Renaudie (Jean-Pierre, dit Dumont), XVIII* siècle, sculpteur, natif de 
Paris, établi à Nancy et reçu bourgeois, entre 1739 et 1748. Il se 
maria dans cette ville, le 7 juin 1734, avec Elisabeth Ploussart; il 
était fils de Jean de la Renaudie, de la paroisse de Bonne-Nouvelle, à 
Paris. 
Archives de Nancy, II, 180; TV, 15. 

Retourmard, XVIII* siècle, sculpteur à Nancy, fit en 1733 les stalles, 
les cadres de St-François et une statue de Notre-Dame des Ermites à 
l'église des Tiercelines, de Nancy. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. H, 2868. 

RiCHARDOT (Jacques), XVIII* siècle, né à Lunéville le 28 juillet 1743. Il 
était fils de Richardot, céramiste, et de Catherine Barbe, qui s'étaient 
mariés à Lunéville le 14 mai 1742. Jacques, fils de Claude Richardot, était 
petit-fils de François Richardot et de Marguerite Droûan. Ces derniers 
avaient eu sept enfants, dont Jacques Richardot, qui mourut à Andenne le 
18 octobre 1806. Claude avait eu, à Bruxelles, le 23 janvier 1761, un fils, 



— 54 — 

Jacques II. Jacques I" était père de trois enfants nés à Bruxelles, une 
fille et deux Hls, Ghislain, figuriste, et Guillaume. 

Nirfle-Anciaume, Compte rendu du Congrët dei Société* dei Beauz-Arti dei dépuie- 
menti, 1896. 

RiCHER OU Richier (Claude), XV* siècle, sculpteur, frère supposé de 

Ligier, qui serait né en 16()8. 

Voir la Sculpture en Lorraine, A. Jacquot. 1888. Paris. Congrët dei Sociétés des Beaux- 
Arts des départements. 

Richier (Ligier ou Léger), XVI» siècle, le plus célèbre sculpteur de la 
Lorraine, né vers 1500 (d'après Chevrier en 1506), au village de Dagon- 
ville, près S'-Mihiel, ou à S'-Mihiel même; mort dans les environs de 
Genève, entre le 12 août 1566 et le 11 avril 1567, d'après l'acte trouvé 
à Genève chez le notaire Ragueau. Il est avéré qu'il était protestant, ce 
qui indique son exil vers Genève dans les dernières années de sa vie, ce 
qui ne l'a pas empêché de ronsacrcr sa vie à des œuvres éminemment dans 
l'esprit catholique. I)om Calmet dit, du reste, dans sa Bibliothèque lorraine 
u qu'étant à l'abbaye de S'-Mibiel, il apprit par tradition que les Richier 
« étaient trois frères calvinistes qui demeuraient dans une petite maison 
« fort basse à un simple étage (celte maison existe encore), où l'on 
« voyait une cheminée (aujourd'hui au presbytère de Han-sur-Meuse) 
« dont le manteau et les montants étaient d'une seule pierre, travaillée 
« d'une draperie si bien faite qu'on l'aurait prise pour une tenture ou un 
« rideau, et finie qu'aujourd'hui elle paraît sortir de la main de l'ouvrier. 
« Le plafond de leur chambre est orné de pièces de rapport en relief; 
« c'est ce qu'on montre encore à présent dans la ville de S'-Mibiel, 
« mais depuis on a exhaussé la maison et fait un second étage. Un 
« nomtiié Haroux, fort habile armurier, se souvient d'avoir entendu 
« dire par son grand-père, armurer comme lui, que l'auteur du sépulcre 
« se nomme Micbierou Ligirr Richier, natif de Dagonville, à deux petites 
« lieues de Ligny en Uarrois; que ses parents s'établirent à S'-Mihiel et 
« avaient embrassé le ca'vinisme si fort à la mode ; que ses parents 
u avaient remarqué son inclination; il apprit le dessin et se passait de 
u maître à L5 ans. Soi-disant, Michel-Ange passant à S'-Mihiel l'aurait 
a emmené à Pari.«, où il le mit chez un sculpteur. Le nommé Sansonnet, 
u fondeur de cloches à S'-Mihiel, serait un de ses descendants. » (Au 
XVtlI* siècle.) 

Parmi ses œuvres principales, on conniîl la cheminée de Han-sur- 
Meu>e, le sépulcre de S'-Mihiel, en 1532, le squelette en décomposition à 
Bar-le-Duc pour le tombeau de René de Châlons en 1554, différentes 
œuvres pour l'église S'-Maxe de la même ville, la statue de Philippe de 
Gueldre, autreiois sur son tombeau dans l'église des Clarisses de Pont-à- 




a 
5 

< 
a. 

a 

H 
a. 

D 



S 



Mousson en 1547, où la duchesse veuve de René II était morte, aotuelle- 
ment à Téglise des Cordeliers à Nancy ; le tombeau de René de Beauvau. 
En 1555, il aurait fait, avec Paul Gaget^ la chapelle et les douze statues des 
apôtres à l'église S»-MaxedeBar-le-Duc. En 1559, il construisit sa maison 
à S'-Mihiel. Quant au mausolée de Claude de Guise, à Joinville, fait en 
1550, on pense qu'il est dû à la collaboration des trois sculpteurs Domi- 
nique Florentin, artiste italien, Jean Picard, ditleRoux, et LigierRichier". 

Archives de Nancy, I, 142. La sculpture en Lorraine, A. J. Compte rendu du Congrès 
de* Sociétés des Beanx-Arts des départements, 1888. — Dictionnaire de Beauchal. — 
Dictionnaire Bellier de la Cbavignerie. — Bibliothèque lorraine de dom Calmet. 

RiCBiER (Gérard), XVI' siècle, sculpteur, fils de Ligier Richier, né à 

S'-Mihiel en 1534, fut aussi architecte. Il épousa Marguerite Groulol, de 

laquelle il eut plusieurs enfants, dont trois fils : Jean, Jacob et Joseph 

Richier, tous trois sculpteurs de talent. Gérard mourut en 1600. Parmi 

ses œuvres, on connaît la cheminée qu'il construisit en 1571, appelée la 

cheminée des Grands Jours, à S'-Mihiel, et en 1575 celle de l'Abbatial. 

En 1581, il fit élever le tombeau de Perrin Lécuyer. En 1598, il sculptait 

les armes ducales au bastion de Mancy. Ln 1578, il avait parachevé la 

porte de la Neuve Ecurie du Palais ducal de Nancy, d'après les dessins de 

MédardChuppin. lin 1588, il sculptait les armoiries à la porte du bastion 

de Salm, à Nancy. 

La sculpture en Lorraine, A. Jacquot, 1888 — Compte rendu du Congrès des Sociétés 
des Beaux-Arts. 

Richier (Jean), XVII' siècle, sculpteur et architecte, fils de Gérard et 
petil-ûls de Ligier Richier, naquit à S'-Mihiel dans la seconde moitié du 
XVI* siècle. Il semble avoir habité Metz et Nancy. En 1608, il fit des 
travaux pour la pompe funèbre de Charles III avec Florent et Simon 
Drouin. Il travailla aux Cordeliers en 1609 et en 1614 aux fortifications 
de la ville de Nancy, échoua en 1608 au projet d'ornementation de la 
porte S'-Georges de Nancy. 

Jean habita Metz et travailla à partir de 1604 à Vizille en Daupbiné. 
Nous possédons une grande partie des dessins recopiés par nous sur les 
originaux de Jean, de Jacob et de Joseph Richier. 

On pense, mais sans certitude, qu'il y a eu deux Jean Richier, un, 
Jean le Messin, fils de Gérard, dont il est question ici, et un, Jean le 
Nancéen, probablement le neveu de Ligier Richier. 

La sculpture en Lorraine, A. Jacquot. Compte rendu du Congrès des Sociétés des 
Beaux-Arts des départements, 1888. Dictionnaire de Beauchal. 

Richier (Jacob), XVII' siècle, sculpteur, deuxième fils de Gérard 
Richier et petit-fils de Ligier Richier, né à S'-Mihiel vers 1585, mort à 

I Voir, ci-dessus, planche. 



— 56 — 

Vizille en Dauphiné en 1640 ou 1641. Jacob Ricfaier avait épousé, le 
29 juin 1615, Jeanne Chaléon. Ils eurent plusieurs enfants : 1* David, né 
le 3 juin 1616, mort avant 1651. S» Charles, né le 25 février 1618, maître 
peintre, partit pour Rome en 1649. 3* Olympe. 4° Jean Ricbier, qui fut 
marchand drapier, marié le 23 février 1645 à Marie Arvel, à Vizille, 
mort avant 1659. Celui-ci eut trois filles et un fils, Thomas, baptisé le 
23 septembre 1657 et qui devint chirurgien. 

Parmi ses travaux, il faut citer le château de Vizille en 1611, pour le 
connétable de Lesdiguières, ainsi que deux groupes. Hercule terrassant un 
lion et Un lion enchaîné par trois Amours, les trophées de la porte 
S'-Laurent en 1615 et la porte de France, en 1620, à Grenoble; en 1622, 
la statue équestre, en bronze, de Lesdiguières représenté en Mars, actuel- 
lement à Vizille; la statue de la Victoire et celle de la Paix, à Grenoble, 
le buste en bronze du connétable, à la Bibliolhëque, un Hercule en 
bronze dans le jardin de la ville; le tombeau de Lesdiguières, aujourd'hui 
à la préfecture de Gap, avec les quatre bas-reliefs. Il fit aussi les tombeaux 
de Claudine de Déranger et du connétable lui-même, dont nous donnons 
un dessin, transférés à Gap. En 1633, à Grenoble, il sculpta le tombeau 
de la seconde femme du connétable, Marie Vignon, marquise deTreffort. 
On lui doit le tombeau de M* du Harlay, à Lyon, en 1618; en 1635, 
celui de Charles de Nesfville. 

La tculpture en Lorraine. A. Jacquot, 1888. Compte rendu du Congrès dei Sociétët 
det Beaux-Arti dei dt'parlementt, 1888. — Dictionnaire Bellier de la Chavignerie. — Dic- 
tionnaire de Beauchal. — Natalit Rondot. 

RiCHiER (Joseph), XVII* siècle, sculpteur, troisième fils de Gérard et 
petit-fils de Ligier Richier, auteur de la plupart des projets et dessins 
signés et datés reproduits par nous. 

Joseph naquit à S'-Mihiel, où il fut baptisé le 21 octobre 1581. Sa 
mère était Marguerite Groulot. Il travailla de son art à Cadillac en Gas- 
cogne et pour le duc de Lesdiguières. Il fit, en 1625, le mausolée des Gon- 
drecourt. 

La tculpture en Lorraine. A. Jacquot. Compte rendu des Sociétés des Beaux-Arts des 
départements, 1888. 

Richier (Claude), XVII* siècle, sculpteur tailleur de pierre, de la même 
famille, est élu conseiller de la Ville de Nancy, en 1624. Ce doit être lui 
qui fit les travaux au Palais ducal en 1628. Nous avons retrouvé ce docu- 
ment inédit aux archives de Nancy (registres des paroisses). 

Uémoires de la Société d'archéologie lorraine. 

Richier (Thiéry), XVII* siècle, sculpteur, tailleur de pierre, élu con- 
seiller de la Ville de Nancy. 

Document inédit. Archives de Nancy. 



- fet- 

RoBERT (Nicolas), XVII* siècle, sculpteur, né à la Mothe, en Lorraine, 
voyagea beaucoup et s'établit à Metz, où il travailla de son art dans la 
cathédrale de cette ville. Il mourut à Delme. 

Bibliothèque lorraine, dom Calmet. 

Robert (Ignace), XVII* siècle, sculpteur à Nancy, épousa Claude Faber; 
eut une fille, née et baptisée à Nancy, le 20 janvier 1657. Absent de 
Nancy, ainsi que toute sa famille, en 1658, où il figurait sur la liste des 
bourgeois absents. 

A la fin du dix-septième siècle, il passa marché pour la sculpture du 
grand autel de Téglise des Carmélites de Pont-à-Mousson. 

Archive! de Nancy, II, 179; III, 322. — Archive* de Meurihe-et-Uoselle. H, 2522. 

RoLLiER OU RoiLi.iER (Jean-Chrysostome, dit Belle-lsle), XVIIl* siècle, 
sculpteur à Nancy, fit des travaux de réfection, en 1767, aux figures de 
la grande fontaine delà place Royale de Nancy, près l'Évêché, et en 1769 
à celles placées autour du piédestal de la statue de Louis XV, représen- 
tant l'Économie, la Justice, la Prudence, place Stanislas actuelle. Ces 
statues ont été démolies à la Révolution. 

Archivei de Nancy. III. 17, 35. 

RoNCouRT, XVIII* siècle, sculpteur à Nancy, dut un cens, en 1766, 
pour une maison située rue de la Monnaie, en cette ville. 

Archives de Hearthe-et-Moselle. H, 2699. 

RoYER (Jean-Denis), XVIII* siècle, sculpteur, fils de défunt Jean Royer, 
tireur d'or à Nancy, s'y maria le 18 septembre 1781, à la paroisse 
S*-Nicolas. 

Arcbivea de Nancy. IV, 61. 

Sabol ou Sabolle (Claude), XVIII* siècle, sculpteur, né à Nancy, fils 
d'Antoine Sabolle, monnayeurde S. A. R. le duc de Lorraine, épousa Anne- 
Françoise de Linage, fille du sieur de Linage, écuyer, seigneur de la cour 
de Braste, le 21 février 1713, à la paroisse S'-Epvre de Nancy. Il est porté 
sur le rôle des contribuables, en qualité de sculpteur, en 1724. 

Archives de Nancy, II. 345; IV. 11. 

Saia'T-Joirb (Jehan de), XVI* siècle, sculpteur, auteur du monument 
de Guy de Sailly, aujourd'hui au musée de Bar-le-Duc. 

Saksoknet (Jacob), XVII* siècle, sculpteur, commissaire de quartier 
pour les contributions de 1636, Ville Neuve de Nancy, porté en cette 
qualité. 

Archives de Nancy. II, 228. 

Sauvage (Charles-Gabriel, ditLemire), XVIII* siècle, sculpteur, fils du 
fameux fondeur de statues Gabriel Lemire ou Sauvage et de Madeleine 



Thomas, naquit à Lunéville le 24 avril 1741, mourut à Paris en 182?. 
Son père mourut lorsque le jeune Charles-Gabriel était âgé de quatorze 
ans. Il entra à la faïencerie de Niederviller et ensuite à celle de Lunéville. 
Les statuettes principales qu'il y fît furent TAmour silencieux, le Joueur 
de cymbales, Vénus fouettant l'Amour, le Jugement de Paris, etc. 

Denon l'engagea à sculpter en marbre son Amour tendant son arc, figu- 
rant au Louvre. Il mourut à Paris, en 1827. Il demeurait à Lunéville, 
22, rue S**-Élisabelh, en 1769. Il obtint une médaille au Salon de 1808 
et au Salon de 1810, et demeurait h celte époque rue Childebert, n" 9, à 
Paris. 

Archivei de Lunéville. Ch. Dénia. — Dictionnaire Bellier delà Chsvignerie. 

ScBMiLTANZER (Philippe), XVIII* siècle, fîguriste et sculpteur, demeu- 
rant rue de Viller, n* 1, à Lunéville, en 1769. 

Archives de Lunëville. Ch. Denit. 

Senlis (Jehan de), XVI* siècle, sculpteur et imagier de terre du duc 
Antoine; en 1521, il reçut ses gages ; en 1524, il habite Nancy, et en 1530 
il est qualifié ymaigier de terre. 

La sculpture en Lorraine. A. Jacquot, 1888. — Archivei de Meurthe-et-Moielle. B, 1028, 
1030, 5261. 

Simon (Gabriel), XVII* siècle, sculpteur demeurant à Neufchâteau, fît, 

en 1607, des armoiries sculptées de Charles III, àMattaincourt; en 1613, 

il sculpta celles du duc aux deux portes de l'église des Minimes d'Ëpinal 

et à l'entrée de la maison de ces religieux. 

Archives de Ueurthe-et-Motelle. B, 5998, 6000, 7089. — La sculpture en Lorraine. A. 
Jacquot, 1888. 

SiMOMN (Claude), XVII* siècle, sculpteur sur bois, à Nancy, fît, en 
1629, un crucifix en bois avec deux figures de part et d'autre pour le 
compte du duc de Lorraine. 

Archives de Ueurthe-et-Moselle. B, 1474. 

SiMONY (Alexandre), XVIII* siècle, fîguriste sculpteur, né à Coreil, 
république de Lucques, bourgeois établi à Nancy en 1748. 
Archives de Nancy. II, 181. 

SiMONY (Joseph), XVIII* siècle, fîguriste en plâtre, établi à Nancy; en 
1790 était locataire du couvent des Dominicaines de Nancy. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. H, 820. 

SiNGRY (Jean-Pierre), XVIII* siècle, sculpteur, perdit un fils, Nicolas- 
Christophe, âgé de 16 ans, et demeurait à cette époque, le 6 juin 1771, 
aux arcades de la place S'-Epvre, àNancy . Il était veuf de Marguerite Doron, 
sa première femme, lorsque, le 28 avril 1772, il épousa à Nancy (paroisse 



S<-Roch) Françoise Charmoy, de Lunéville, en présence du sculpteur 
Sonlgen et du figuriste Guiliot. 

En 1769, il démonla et replaça le mausolée du roi de Pologne à l'Hôtel 
de ville de Nancy; en 1771, il fit les stalles de l'église S*-Nicolas en col- 
laboration avec Joseph Brèche, dit Labonté. 

Archives de Kancy. III, 17, 19. 3T1 ; IV, 48. 56. 

Slodtz (René-Michel), XVIII» siècle, cité ici comme auteur du buste du 
roi Stanislas, au séminaire de Nancy. 

SôNTGEN (Jean-Joseph), XVIIl» siècle, sculpteur distingué et particulier 
du roi-duc de Lorraine Stanislas, né à Coesfelden (Weslphalie), fils de 
Jean-Henri Sonlgen el de Marguerite Volchier. Avait épousé, à la paroisse 
S'-Roch de Nancy, le 1:2 mai 1770, Marie Desgranges, cuisinière, en 
présence de Jean Girardet, le fameux peintre lorrain. En 1772, le 
28 avril, il assiste au mariage de Jean-Pierre Singry, sculpteur à Nancy. 
11 ent un fils, Charles-Joseph, né et baptisé à Nancy, le 26 octobre 1776, 
dont le parrain fut le peintre Charles-J.-B. Claudot et la marraine Marie- 
Anne Claudot, sa sœur. Jean-Joseph Sonlgen mourut à Nancy le 4 août 
1788; J.-P. Singry, son ami, assistait à la déclaration de son décès. Parmi 
ses travaux, il lit un mausolée pour le service funèbre du roi Stanislas 
à S'-Rochde Nancy, le 26 mai 1766. En 1764, il sculpte les bas-reliefs de 
la caserne S"-Catherine de Nancy; en 1769, il replace, avec Singry, le 
mausolée de Stanislas à l'Hôtel de ville; en 1774, il érige le catafa'que 
pour la mort de Louis XV à l'église S'-Roch. En 1776, il répare les 
figures de la fontaine de la place Stanislas de Nancy. 

On lui doit aussi le fronton de la chapelle (actuelle) du lycée de 

Nancy. 

Archives de Nancy, II, 96; III, 9, 12, 17, 21, 117. Dorival, t. I, p. 247. Lionnoit, 
t. II, p. 188. 

SouDiER (Pierre-René, dit du Verger), XVIIP siècle, maître sculpteur 
de Son Altesse Royale, marié à Marie Droûetie; eut une fille, née à Luné- 
ville, le 30 février 1704. Il fit, en 1703, les sculptures du château de 
Lunéville et d'Kinville. 

Archives de Lunéville. GG, 17. — Archives de Meurthe-et-Moselle. B, 1562. 

Slalem ou Swalem (Jean-François), XVIH* siècle, sculpteur, originaire 
de la paroisse de S'-Pierre d'Autun; eut un fils, Louis, qui fut son élève 
Existant encore en 1784. 

Archives de Nancy. IV, 49. 

SuALEM ou SwAtEU (Louis), XVIIP siècle, sculpteur, fils de Jean-Fran- 
çois, se maria à Nancy, âgé de 25 ans, le 23 février 1748 
Archivei de Nancy. IV. 49. 



— 60 — 

Syrier. (Voyez Cirier.) 

Tabourin (Jean), dit Jean de Lorraine, XV' siècle, sculpteur, en 1491, à 
Commercy; mailre d*œuvre de la cathédrale de Tout, fit le beau cloître 
de S'-Gengoult existant encore aujourd'hui ; travailla aux fortifications de 
Lyon, de 1512 à 1514, mourut en cette année. 

Dictionnaire de Beauchal. 

Tarnot (François), XVIII* siècle, sculpteur âgé de 26 ans en 1779, fils 
de feu Claude-François Tarnot, maître menuisier de S'-IVicolas des 
Champs de Paris, se maria le 8 février 1779, à la paroisse S'-Epvre de 
Nancy. 

Taupin, sculpteur lorrain, XVIII* siècle, travailla à Versailles. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. B, 121436. 

Thoussain (Nicolas), XVII* siècle, sculpteur, travaillait et demeurait à 
Toul, où il passa, en 1633, un marché pour des sculptures à la cathé- 
drale. 

Archivei de Meurthe-et-Moselle. 

Thouuenot (Pierre), XVIII* siècle. Le 17 février 1778, mention de Pierre 
Thouvenot, de Lunéville, sculpteur et doreur. 

Archives de Lunéville. Ch. Denis. 

Thiébaut ou Thiébault (Georges), XVII* siècle, sculpteur, contribuable 
de la ville de Nancy, était mort en 1658, lorsque sa veuve, Cathe- 
rine Barbonnois, payait l'impôt. II existait cependant encore en 1636. Il 
eut, de sa femme Catherine, un fils, François, né et baptisé à Nancy, le 
4 avril 1630, et enfin, le 7 mars 1631, un autre fils, Siméon, dont le 
parrain et la marraine furent Siméon Drouin, fameux sculpteur lorrain, 
et demoiselle Renée de la Ruelle. 

Archives de Nancy, II. 119, 228; III, 252, 263. 

Tbiéballt de Ligny, XIV* siècle, sculpteur à Bar. 

Arts et artistes dans le Barrois. Maxe-Werly. 

Thibault, XVIII* siècle, sculpteur de Paris, fit, en 1708, des ouvrages de 
son art, par ordre du s' Dorbay, architecte de Commercy, dans le châ- 
teau de cette ville. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. B, 12432. 

Thomas, XVIII« siècle, sculpteur, répara en 1783 la statue de S» Ni- 
colas à l'église de ce nom, à Nancy. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. G, 1012. 

Thouvenot (Pierre), XVIII* siècle, maître sculpteur à Lunéville; en 1788, 
il inspecte les autels sculptés par G. Desjardins dans l'église de Pexonne. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. G, 425. 



— 61 — 

ToossAiNT (Joseph), XVIII* siècle, habitait S»-Dié, le 19 juin 1777, 
ainsi qu*en témoigne un exemplaire du Livre du dessin de Jehan Cousin 
qui nous appartient et que nous a donné M. Lebrun, avocat à Lunéville, 
exemplaire sur lequel Toussaint a écrit son nom et la date ci-dessus. 

Note A. J. 

ToussAiN (Nicolas et Jean) , XVIT* siècle, sculpteurs et architectes à Toul, 
firent un marché, en 1669, passé à la cathédrale de Toul. Nicolas fît les 
balustrades du perron du château de Commercy et Tépitaphe de M. de 
Raigecourt, en 1656. 

Trémont (Jean dk), XVII' siècle, sculpteur et architecte, fit, à Nancy, en 
1613, des travaux à une chapelle des Minimes de cette ville ; cette cha- 
pelle était pour la duchesse de Gonzague. 

La icnlpture en Lorraine, A. Jacqnot, et archives de la Heurthe, t. 1. 

Tristau (maître), XV* siècle, sculpteur tailleur d'images en pierre, da 
Barrois, en 1464. 

Art et artistes dans le Barrois, Uaxe-Werly. 

Trousse (Nicolas), XVI* siècle, maître maçon et sculpteur, demeurant i 
la Mothe, ancienne ville forte de la Lorraine, oîi il obtint des lettres de 
franchise, le 16 novembre 1510, données à la prière et requête du sei- 
gneur de Valengin. 

Il travailla très brillamment à la construction et à la décoration du 
Palais ducal de Nancy. Auteur présumé de la statue de la S** Trinité, de 
plusieurs statues du palais de Gondreville et de la croix du village et de 
celle de Bauffremont. 

Docnments sur l'histoire des Vosges, Chapellier et Gley, t. VII, p. 183, et origin. 
Trésor des chartes, lettres patentes, volume B, 12. f" 20. 

Vallaster (Jean) ou Vallastre, XVIII* siècle, sculpteur lorrain, sculp- 
teur en chef de la cathédrale de Strasbourg, né le 4 novembre 1765, fils 
de Jean Vallaster et de Marguerite Pennerat, né à BambiderstrofT près 
Boulay. Il mourut à Strasbourg, le 31 janvier 1833, âgé de 68 ans; 
marié deux fois, il eut de sa première femme une fille, Catherine, qui, 
sculpteur de talent, épousa un autre sculpteur, Ignace Sichler de Scheles- 
tadt. Vallaster répara an grand nombre de statues à la cathédrale de 
Strasbourg. 

Soliman Lieutand. 

Vallier (Jean), XVII* et XVIII* siècles, sculpteur, fils de Pierre Vallié, 
cordonnier, paroisse S'-Paul, faubourg S*-Antoine de Paris, habitait 
depuis six mois à Nancy, lorsqu'il épousa, à la paroisse S'-Sébastien, le 
23 janvier 1691, Antoinette Neuville, fille de feu René Neuville, vivant 



— 62 — 

marchand à Nancy. Il eut plusieurs enfants : 1" Louis, né et baptisé le 
16 février 1692; 2" Toussaint, le 8 juin 16!)4, dont le fameux Toussaint 
Ba<^ard fui le parrain ; S» Claude, le 21 novembre 1695, dont le grand 
peintre Claude Charles, héraut d'armes du duc de Lorrain?, fut le parrain ; 
4» François, né et baptisé le 28 octobre 1698. 5» unefille, le 18 juillet 1700, 
dont l'architecte Pierre Bourdict fut le parrain. Son Hls Claude se maria 
à Nancy le 7 janvier 1721. Jean V^allier, veuf d'Antoinette Neuville, 
mourut et fut enterré à Nancy le 14 avril 1752, âgé de 87 ans. 

Il élait particulièrement sculpteur en bois de Si*-Lucie et fut nommé 
sculpteur de S. A. R. Madame. Il fit, en 1734, des sculptures avec son 
Ois à la salle de Comédie de Lunéville. 

Parmi ses travaux connus, nous remarquons, en 1698, en collabora- 
tion avec Toussaint Bagard, le crucifix, cadre et garnitures qu'ils firent 
pour être offerts par la ville de Nancy à Madame Royale, à son entrée 
dans la capitale de la Lorraine. Nous le voyons contribuable en 1698. 

Kn 16^9, il exécuta un bénitier en bois deS"-Lucie pour le conseil de 
Ville, et Claude Cbai les, le fameux peint -e, peignit, pour metlr" dans le 
cadre de cet objet, un S' François Xavier. Il fil, avec Regnaull Mesny, des 
embellissements aux appartements de la ducliesse, à l'ancien château 
de la Malgrange près Nancy, vers 1709. 

Sculpture en Lorraine Albert Jacquot, 1888. —Journal de la Sociptëd'arcbifologie lor- 
raine, 1)«62, p. 70. — Archive» de Nancy, tl, 297, 3U9 ; 111, 39. 263,301,306, 309, 334 

Vai.lier (François), XVIII* siècle, fils de Jean Vallier et d'Antoinette 
Neuville, né à Nancy le 28 octo'ira 1698, fut sculpteur sur bois, élève de 
son père; il devint aussi sculpteur de Son Altesse Royale. Il exécuta avec 
son père des travaux à la salle de Comédie de Lunéville en 1734. Il e^t, le 
2 octobre 1731, une fille, Françoise, qui naquit dans cette ville, et un 
fils, Jean-.Io8eph, né et baptisé le 25 août 1734. Sa fille, Françoise, 
épousa, le 2 avril 1748, le S' Jean Ërvel, chirurgien- major du régiment 
de Ségur, à L méville. 

Archives de Lunéville. Ch. Denii. 

Vassé (Louis), XVIII* siècle, sculpteur français qui trouve sa place ici 
parce que ce fui lui qui commença le tombeau de Stanislas Lesczinski, duc 
de Lorraine, roi de Pologne. Ce mausolée, commencé en 1768 et qui se 
voit de nos jours dans l'église de Bonsecours de Nancy, fut achevé par 
Félix Lecomle, son élève, en 1774. 

Archives de Nancy. III, 13, 15. 

Veraixe (Jean de), XVI* siècle, sculpteur, à Bilche. Reçoit, en 1585, un 
payement de 11 florins pour travaux de son art. 
Archives de Meurthe-et-Moselle. B, 3049, 



— 63 — 

Verxer ou Werner (Louis) , XVTII» siècle, sculpteur, né à Strasbourg, 
paroisse St- Laurent, s'établit à Nancy vers 1757, et y eut le 10 novembre 
1761 un fils, Louis II. Il s'était marié à Nancy, le 1" février 1758, à la 
paroisse St-Epvre. On ne connaît rien de ses œuvres. 

Archives de Mancj. III, 15, 23. 

Verneuil (Claude-Jacques), XVIl* siècle, sculpteur à Nancy, fils de feu 
Antoine Verneuil, vivant tabellion général en Lorraine, se maria à Nancy, 
le 28 décembre 1692. On ne connaît pas ses œuvres. 

Archives de Nancy. III, 301. 

Verneuil (Claude-Charles), XVII* siècle, sculpteur demeurant à Metz 
en 1675. 

Archives de \fenrthe-et-Mose11e. H, 2567. 

Viel (Jean-François), XVIII* siècle, sculpteur de li paroisse St>Gervais 
de Paris, se maria avec Marie-Madeleine Laur, veuve du sieur Lamiché, 
le 1" décembr' 1762. 

Archives de Lunëville. Ch. Denis. 

ViLLAUME, WriLLftiME OU WiLLAUME (Remy), XVIII» siècle, sculpteur à 
Nancy, fils de Nicolas Willaume, cordonnier à Nancy, et de Marie David, 
né et baptisé dans cette ville, le 4 février 1640. Il épousa Jeanne-Antoi- 
nette Le Clerc et eut plusieurs enfants : François-Remy, né et baptisé à 
Nancy, le 26 janvier 1701 (paroisse St-Sébastien) ; Nicolas-Remy, 
8 décembre 1699; Sébastien, le 18 janvier 1714. Remy Wuillaume, 
sculpteur, est témoin le 30 juillet 1709, à Nancy, du mariage du sculpteur 
N. Carrel. En 1700, il travaille au catafalque de Charles V, duc de Lor- 
raine, pour ses obsèques à Nancy. 

Archives de Meurthe-et-Moselle. B, 1541, 1640. — Archives de Nancy, II, 35, 304, 
324, 345; III, 256, 265, 301, 348, 349; IV, 11. 

Vincent, XVIII* siècle, statuaire, figuriste, céramiste, habitait 13, rue 
des Sœurs grises, à Lunéville, en 1769. 

Archives de Lunëville. Ch. Denis. 

VoiRiN (Claude-Joseph), XVIII* siècle, sculpteur, fils de Joseph-François 
Voirin, doreur, se maria à Nancy, le 14 octobre 1755. 

Archives de Nancy. IV, 17. 

Voirin (François), XVIII* siècle, sculpteur à Nancy, fit, en 1723, des 
chandeliers en bois sculpté et argenté. 
Archives de Ueurthe-et-MoselIe. G, 828. H, 200. 

VuiLi.AUME OU WuiLLAUMK (Remy II), XVII* et XVIII* siècles, sculpteur, 
fils de feu Claude Vuillaume, vivant marchand à Nancy, s'y maria le 
25 novembre 1692. 

Archivai d« Nancy. 111,301. 



' — 64 — 

Walcher (Christophe) aîné, XVIII* siècle, sculpteur, né à Niderviller, 
élève de son père et de l'école des Beaux-Arts. 
Dictionnaire Bellier de la Chavignerie. 

W^LCHRR (Jean-François) jeune, XVIII et XIX* siècles, sculpteur, né à 
Paris, élève de son père, de Moitié et de Lemot, deuxième prix de 
Rome. Son neveu, Joseph-Adoiphe-Alexandre, fut sculpteur, élève de 
Cortot. 

Dictionnaire Bellier de la Chavignerie. 

Walnefer (Jean-Baptiste), XVIII* siècle, sculpteur, figuriste du feu roi 
de Pologne, époux de demoiselle Marguerite Jacquard, mourut à Nancy 
le 8 mai 1777^ âgé d'environ 53 ans. Il était fils de Joseph Walneffer, 
aubergiste, et d'Ursule Hucterin, originaire de Knauss en Tyrol, dio- 
cèse de Brixen. Il épousa à Nancy, le 22 août 1758, Marguerite, fille de 
défunt François Jacquard, commerçant. Parmi ses principales oeuvres, 
on cite le médaillon de Louis XV, marbre bleu, qui décorait le fronton 
de l'arc de triomphe de Nancy. C'est de sa main qu'était la statue de 
Sle Elisabeth, reine de Hongrie, qui se trouvait dans l'église des Sœurs 
grises de Nancy, statue dont on ignore le sort aujourd'hui. 

Archivei de Nancy. IV, 30, 61 . — Soliman Lieutaud. 



TABLE 

DES SCULPTEURS LORRAINS 



Pages. 

Adam (Jacob-Sigisbert) , XVII' et 

XVIII' siècles 4 

Adam (Jean), XVII» siècle 4 

Adam (Sigisbert), XVIII* siècle. * 
Adam ( Nicolas - Sébastien ) , 

XVIII' siècle 5 

Adam (Gaspard-François-Baltha- 

sard), XVlII' siècle 5 

Alexis (François), XVIII' siècle. 6 

Armius (Jacques d'), XVII' s. . . 6 

Aubertin (Nicolas), XVII' siècle. 6 

Bachoit (Jacques), XVI' siècle. . 

Bérard 6 

Bagard (Jean), XVI* siècle 6 

Bagard (Nicolas), XVII* siècle. . . 6 

Bagard (César), XVII* siècle. ... 7 

Bagard (Toussaint), XVIP siècle. 7 

Bailly (François), XVII* siècle. . 8 

Bailly (Jean), XVIII* siècle 8 

Barat (Jacques), XVI» siècle. ... 8 

Bastien, de Bar, XVI' siècle. ... 8 
Béchamp ou Belchamp (Josepb), 

XVIII* siècle 8 

Benoit (Benoit), XVII* siècle... 9 
Bèze (Jean-Claude et Sébastien), 

XVIII* siècle 9 

Bonnaire (Louis), XVIII* siècle. . 9 

Bonnet (Jean-François), XVII' s. 
Bordenave (Jacques-Joseph de), 

XVII* et XVIII' siècles 

Booillé (Victor de), XVIII* et 

XIX* siècles 9 

Boardenan (Jacques), XVIII* s. iO 



PlgM. 

Bourdier (Pierre), XVIII' siècle. 10 

Bousseval (Louis), XVIII* siècle. 10 

Boutenier, XVIII' siècle 10 

Brabant (Pierre), XVII' siècle. . 10 

Brabant (Jacques), XVII* siècle. 10 
Bracquet (Philippe -François), 

XVIII* siècle 10 

Bracquet (Claude), XVIII* s. . . . 11 
Brèche (Joseph-François), dit 

Labonté, XVIII' siècle 11 

Brèche (Joseph I"), XVIII' siècle. 11 

Brèche (Joseph II), XVIII* siècle. 11 

Brefort (Adam-Claude), XVII* s. 11 

Canini (Pierre), XIV* siècle 11 

Carrel, XVII* siècle 11 

Carrel (Nicolas), XVIII* siècle. . 12 

Ceintrey, XVIII* siècle lî 

César (Claude), XVIII' siècle ... 12 

Chassel (les) 12 

Chassel (Charles), XVIII* siècle. 12 

Chassel (Charles II) , XVII' siècle. 12 

Chassel (Charles III) , XVII* siècle. 13 
Chassel (Remy-François), XVII* 

et XVIII* siècles 18 

Chassel (David), XVII* siècle. . . 1 

Champion (Claude), XVI* siècle. 1 
Chauvel (Marc, dit Dnperche), 

XVIII' siècle 1 

Chenel, XVIII* siècle 1 

Chéniot ou Chaigniot (Charles, 

fils de Jean), XVIII* siècle... 1 
Chéniot ou Chaigniot (Jean- 

ClMide), XVIII* siècle 1 



-66- 



P»ge». 

Chéron (François), XVIIP siècle. 15 
Gbevillon (Aubert), XIII° et 

XIV siècles 15 

Charrier (Claude), XVII» siècle. 15 

Chevalier, XVIII" siècle 15 

Chevrot (Mangin), XV' siècle.. . 15 

Christophe (François), XVIP s. . 15 

Chuppia (Nicolas). XVII' siècle. 15' 
Cirier ou Syrier (André) , 

XVIII' siècle 15 

Claude, XVII' siècle 15 

Claudot (Pierre et Antoine), XVII' 

et XVIII' siècles 15 

Clodion. Voir Michel. 

Clément (César), XVII' siècle ... 16 

Coin;{ (Jcan-Baptiste-Joseph), 

XVIII' siècle 16 

Collignon (le Marjollet ou le Mou- 
cheté), XVIII' siècle 16 

Colli,snon (Claude), XVII' siècle. 16 
Collignon (Micolas des Mutcts), 

XVII' siècle 16 

Collignon (Joseph-François Des- 

mutet), XVII' siècle 17 

Collignon (Nicolas II), XVIII' s. 17 
Commandeur (Jean - François) , 

XVIII'siècle 17 

Cordier (Nicolas), dit Francio- 

sini, XVI' siècle 17 

Courtois (Geoffroy), XIII' et 

XIV' siècles 17 

Courtois, XVIII' siècle 17 

Crocq ou Crocx, XV' siècle 17 

Crocq ou Crocs (Martin), XV' 

et XVI' siècles 18 

Cyfflé (Paul-Louis) , XVIII' siècle. 18 

Dallein (Jean), XV' et XVI' siècles. 18 

Dalble (Jean), XI V siècle 19 

De la Rue (François), XVIII' s. . 19 
Demenge, de Rosières, XIII' et 

XIV' siècles 19 

Denis (Pierre), XVIII' siècle. ... 19 
Desindes ou des Indes (Claude) , 

XVII' et XVIII' siècles 19 

Desmaires (Cornille), XVII' siècle. 19 
Desmimieux (Joseph, dit Genêt), 

XVIII'siècle 19 

Desjardin (G.), XVIII' siècle. . . 19 

Deprez (Georges), XVIII' siècle. 19 



Page». 
Dieudonné (Jean ou Joseph ) , 

XVIII'siècle 49 

Divrande (Jean), XVIII' siècle. . 20 

Doron (Sébastien), XVIII' siècle. 20 
Droncourt (Jean -Joseph), 

XVIII'siècle 20 

Drouin (Florent), XVI' siècle ... 20 

Drouin (Jean), XV' siècle 21 

Drouin (Didier), XVI' siècle 21 

Drouin (Jean II), XVI' et 

XVII' siècles 21 

Drouin (Nicolas), XVII' siècle. . 21 
Drouin (Jessé ou Josset, Joseph), 

XVI' et XVII' siècles 22 

Drouin (Demenge), XVI' et 

XVII' siècles 22 

Drouin (Siméon), XVII' siècle. . 22 
Drouinot ( François- Marc ) , 

XVIII'siècle 23 

Dufaut (Joseph), XVIII' siècle. 23 

Dumont (Thomas), XVIII' siècle. 23 

Duparc (Antoine), XVIII' siècle. 23 

Faick (Bernard), XVII' siècle. . . 23 

Félix (Charles), XVIII' siècle. . . 24 

Fiacre (Fiacre), XVII' siècle. . . 24 

Foulon (César), XVII' siècle. . . 24 
Foulon ( Nicolas - François ) , 

XVII' siècle 24 

Foulon (Nicolas- François II), 

XVII' siècle 25 

Foulon (Jean), XVII' siècle 25 

Fritte (Dieudonné), XVIII' siècle. 25 

Gaget (N.), XVI' siècle 25 

Gaspar (Maître Abraham), XVII's. 25 

Gaspar (Claude-Elie) , XVII'siècle. 25 

Gassotte (Jean), XVII' siècle. . . 25 

Gauthier (Louis), XVIII' siècle. 26 
Gauvain (Mansuy), XV' et 

XVI' siècles 26 

Gauvain (Jean), XVI' siècle 26 

Gérard (Jean), XVII' siècle. ... 26 

Gérard (Claude), XVII' siècle. . 27 

Gérard (Jacques), XVIII' siècle. 27 

Gerdy (Jacques), XVIII' siècle. . 27 

Gérin (Adrien), XVIII' siècle. . . 27 

Gille (Maître) , XVI' siècle 27 

Gillet (Nicolas -François), 27 

XVIII'siècle 27 



— 67 — 



P«gw. 

Glave (Adam), XVII» siècle 2T 

Gondreville (Isaac), XVIPsiècle. 27 

Grandmengin (Claude), XVII« s. 27 

Grata (Antoine) . XVI« et XVII' s. 28 

Grata (Benoît), XVIP siècle 28 

Grata (Léger), XVII' siècle. ... 28 

Grata (Jean), XVIP siècle 28 

Grégoire (Jean), XVIP siècle ... 28 

Grégoire (Denis), XVI? siècle. . 29 

Grosjean (Joseph), XVIII» siècle. 29 

Groux (Pierre-Vincent), XVIIPs. 29 

Guérin (Ferdinand) , XVIIP siècle. 29 

Guillot (Nicolas), XVIII' siècle . . 29 

Guillot (François), XVIII" siècle. 29 

Guillot (Charfes), XVIIP siècle. 29 
Guibal (Barthélémy), XVII' et 

XVIII' siècles 30 

Guibal (Nicolas), XVIII' siècle . . 30 

Haener (Jean), XVIII' siècle. . . 31 
Hainzelin (Toussaint), XVII' s.. 31 
Hamalle (Jean), XVIII' siècle. . 31 
Mannequin (César), XVIII' siècle. 31 
Hardy (Jean), XVII' et XVIII» s. 31 
Hardy (Jean-François), XVIII' s. 31 
Hardy (Charles ou Charles-Fran- 
çois), XVIII' siècle 31 

Harlant (Claude), XVIII' siècle . . 31 

Hault (Philippe de), XVI' siècle. 31 

Hault (Claudio de), XVI' siècle. . 32 

Hecker (Jean-Baptiste), XVIII' s. 32 

Herbault (André), XVIII' siècle. 32 
Hennequin (César), XVII' et 

XVIII' siècles 32 

Homch (Louis), XVII' siècle. . . 32 

Houzeau (Jacques), XVII' siècle. 32 

Huelman (François), XVIII' »... 33 

Humbert (Sébastien), XVIII' s. . 33 

Hussenot (Claude), XVIII' siècle. 33 

Husson, de Bar, XV' siècle. ... 33 

Indes (des) . Voir Desindes. 

Isaac (X), XVII' siècle 33 

Jacob (Maître), XVI' siècle 33 

Jacques (Maître), XV' siècle 33 

Jacquemin (Rogier ou Gérard, 
dit de Commercy ou de Lenon- 

coort), XV' siècle 33 

Jacijuard (Claude I"), XVII' s. . 34 



Pkgei. 
Jacquin (dit le Grand Jacquin), 

XVII° siècle 34 

Jacquin (Nicolas), XVII' siècle. . 34 

Jacquin (Mathieu), XVII' siècle. 34 

Jacquin (Antoine), XVII' siècle. 34 

Jacquot (Clément), XVII' siècle. 34 

Jacquot (Jacques), XVIII' siècle. 34 
Jacquot (Georges), XVIII' et 

XIX° siècles 35 

Jadin (François-Léonard), XVII' s. 35 

Jean (Maître), XVI' siècle 35 

Jean de Senlis, XV' siècle 35 

Jehan de Saint-Joire. Voir Saint- 

Joire. 

Jehan le menuisier, XIV' siècle. 35 

Joffrin (Pierre), XVIII' siècle. . 35 

Joseph, XVIII' siècle 35 

Labroise (Joseph) ou de La- 

broise, XVIII' et XIX' siècles. 35 
Labonté. Voir Brèche. 

Lacour, XVIII' siècle 36 

Lallemand (Jacques), XVI' siècle. 36 

Lamarc ou Lamare, XVII' siècle. 36 

Lambert (Chérier), XVII' siècle. 36 

Lange, XVIII' siècle 36 

Lanio (Claude-Georges) , XVIII' s. 36 

Lanticque (Nicolas), XVII' siècle. 36 

Lapique (Nicolas), XVII' siècle. 36 
LaRenaudie. Voir Reiiaudie. 

Lecomte (Félix), XVIII' siècle. 37 

Lechien, XVIII' siècle 37 

Lecygne ou Le Cygne (Adam), 

XVI' siècle 37 

Lefebvre (Joseph), XVII' siècle. 37 

Lemaire (Philippe), XVIII'siècle. 37 
Lemire ou Le Mire (Gilles), 

XVII' siècle 37 

Lemire (Charles-Gabriel dit ) . 

Voir Sauvage. 

Lenoir (Louis), XVIII' siècle. . . 37 

Leroux, XVIII' siècle 38 

Leroy (Dominique) , XVIII' siècle. 38 

Lespingola (François), XVIII' s. 38 

Lépy (Nicolas-Adrien), XVIII' s. 38 

Lépy (Nicolas I"), XVIII' siècle. 38 

Lépy (Nicolas-Joseph), XVIII' s. 39 

Lépy (Joseph), XVIII' siècle. . . 39 
Lépy (Nicolas II), XVIII' et 

XIX' siècles 39 



— 68 



Ftgti. 

Lignon, XVII' siècle 39 

Luguet (Abraham), XVIP siècle. 39 
Lupot (Jean-François), XVII" et 

XVIIP siècles 39 

Lusenier, XVI* siècle 40 

Malhoste (Daniel), XVII" siècle. 40 
Mangin ou Mengin (François 1"), 

XVII" et XVIIP siècles 40 

Mangin (Pierre), XV!!!* siècle. . 41 
Mansiaux (Jean-Baptiste), 

XV III" siècle 41 

Mansuy (Jehan), XVI" siècle .. . 41 

Manvuisse (Laurent I"), XVII' s. 41 
Manvuisse (François I"), XVIP et 

XVIII" siècles 41 

Manvuisse (Jean), XVIII" siècle. . 42 

Manvuisse (Laurent II), XVIII" s. 42 

Manvuisse (Nicolas), XVIII" s. . . 42 
Manvuisse (Jean- Baptiste ) , 

XVIII" siècle 42 

Marc (François), XVIII" siècle.. 42 

Marchai (Thierry), XVII" siècle. 43 

Marchand(Jacques),XVIII"siècle. 43 

Marcy (Nicolas), XVIII" siècle. . 43 

Marcou (Jacques), XVII" siècle. 43 

Maret (Nicolas), XVIII" siècle. . 43 

Mathey (Michel), XIV" siècle. . . 43 

Matbis (Basile-Benoît;, XVIII" s. 43 

Mayeur (Claude), XVII" siècle. . 43 

Mayeur (Joseph), XVII" siècle. . 44 

Melling ou Mélin, XVII" siècle . . 44 

Mélin (Jean), XVII" siècle 44 

Mélin ou Merlin (Nicolas), 

XVIII" siècle 44 

Melin (Jean-Bernard), XVIII" s. 44 

Melin (Didier-Joseph-François). 44 

Ménard (Jean), XVI" siècle 45 

Mengin d'Essey, XV" siècle 45 

Mengin Chevron ou Mengin de 

Bar, XV" siècle 45 

Mélin (Barthélémy) , XVIII" s . . . 45 

Menuet (Louis), XVIII" siècle., 45 

Merlin, XVII" siècle 45 

Mesny (Regnauld ou Renauld), 

XVII" et XVIII" siècles 45 

Mesny (Barthélémy I"'), XVII" et 

XVIII" siècles 46 

Mesny (Barthélémy II), 

XVIII" siècle 46 



Ptgfli. 
Mesny (Renault-Sigisbert), XVII" 

et XVIII" siècles 46 

Mesny (François), XVIII" siècle. 47 

Mesny (Christophe), XVIII" s 47 

Mettreau (Alexandre), XVII" s . 47 

Munich (Louis), XVIII" siècle.. 47 
Michel (Thomas), XVII" et 

XVIII" siècles 47 

Michel (Sigisbert - François) , 

XVIII" siècle 48 

Michel (Sigisbert -Martial), 

XVIII" siècle 48 

Michel (Claude, dit Clodion), 

XVIII" siècle 48 

Milon (Pierre), XVII" siècle 49 

Milan (Pierre de), XV" siècle. . . 49 

Mique (Dominique), XVIII" siècle. 49 

Munich (Louis), XVIII" siècle. . . 49 

Nardet Pierre), XVIII" siècle ... 49 

Natoire (Florent) père, XVIII" s . 49 
Navatel ou Navatelle (Claude), 

XVIII" siècle 49 

Nicolas (Michel), XVIII" siècle. . 49 
Nicolas de Saint-Biaise, XIII" et 

XIV" siècles 50 

Nicole ( Louis- Barthélémy ) , 

XVIII" siècle 50 

Pariset (Nicolas), XVII" siècle. . 50 

Patena (François), XVII" siècle. 50 

Paulu8(Charles-Joseph),XVIII"s. 50 

Pernet (Gérard etClaude),XVII"s. 50 

Perrin (Michel et François), XV" s. 50 

Pestre, de Deneuvre, XV" siècle. 50 

Peter (Antoine), XVI" siècle... 50 

Philbert (Antoine), XVI" siècle . . 50 

Piédechaux (Le), XVI" siècle. . . 50 
Pierre de Milan. Voir Milan. 

Pierre (Antoine),XVII"etXVIII"s. 51 

Pierre (Pierre), XVIII" siècle., 51 

Pierre (Gilles), XVIII" siècle. . . 51 

Pierre (François), XVIII" siècle. 51 
Pierre (Joseph- Dieudonné ) , 

XVIII" siècle 51 

Pilot (Louis), XVIII" siècle 51 

Pincedé (Robert), XVIII" siècle. 51 

Poiret (Pierre) , XVII" siècle , . . . 51 

Poirot (François), XVIII" siècle. 52 

Poirson (Antoine), XVIII" siècle. 52 



— 69 



P«gM. 

Potier (Antoine), XVII" siècle. . 52 

Pousset (Marc et Félix), XVIII" s. 52 

Puel (Pierre), XVIII" siècle. ... 52 

Ravinot (Pierre), XVIII' siècle. 52 

Ravilot (Didier), XVI" siècle .... 52 
Renaglerius ou Renauld (Gérard), 

XIV siècle 98 

Renard (Nicolas), XVII' et 

XVIII' siècles. 53 

Renauldie (Jean-Pierre, dit Dû- 
ment), XVIII' siècle 53 

Retournard, XVIII' siècle 53 

Richardot (Jacques), XVIII' s. .. 53 

Richer ou Richier (Claude), XV' s. 54 

Richier (Ligier ou Léger), XVI° s. 54 

Richier (Gérard), XVI' siècle. . . 55 

Richier (Jean), XVII' siècle. ... 55 

Richier (Jacob), XVII' siècle. . . 55 

Richier (Joseph), XVII" siècle. . 56 

Richier (Claude), XVII' siècle. . 56 

Richier (Tbiéry), XVI' siècle. . . 56 

Robert (Nicolas), XVII' siècle. . 57 

Robert (Ignace), XVII' siècle ... 57 
RoUier ou Roullier (Jean Chry- 
sostome , dit Belle - Isle ) , 

XVIIPsiècle 57 

Roncourt, XVIII' siècle , 57 

Royer (Jean-Denis) , XVIII' siècle. 57 

Sabolou Sabolle (Claude) , XVIII' s. 57 

Saint-Joire (Jehan de), XVI' »... 57 

Sansonnet (Jacob), XVII' siècle. 57 
Sauvage (Charles-Gabriel , dit 

Lemire), XVIII' siècle 57 

Schmiltanzer (Philippe), XVIII's. 58 
Senlis (Jehan de), XVI° siècle.. 58 
Simon (Gabriel), XVII' siècle. . 58 
Simonin (Claude), XVII' siècle. . 58 
Simony (Alexandre), XVIII' s. . 58 
Simony (Joseph), XVIII' siècle . . 58 
Singry (Jean-Pierre). XVIII' s . . 58 
Slodtz (René-Michel), XVIII» s. 59 
Sontgen (Jean-Joseph), XVIII' s. 59 
Soudier (Pierre-René, dit du Ver- 
ger), XVIII' siècle 59 

Sualem ou Swalem (Jean-Fran- 
çois), XVIII» siècle 59 



Pagei. 

Sualem ou Swalem (Louis), 

XVIII' siècle 59 

Syrier. Voir Cirier. 

Tabourin (Jean), dit Jean de 

Lorraine, XV' siècle 60 

Tarnot (François), XVIII» siècle. 60 

Tau pin, XVIII' siècle 60 

Tboussain (Nicolas), XVII' siècle. 60 

Thouvenot (Pierre), XVIII'siècle. 60 
Thiébaut ou Thiébault (Georges), 

XVII' siècle 60 

Thiébault de Ligny, XIV siècle . 60 

Thibault, XVIII» siècle 60 

Thomas, XVIII' siècle 60 

Thouvenot (Pierre), XVIII' s. . . 60 

Thoussaint (Joseph), XVIII's.. 61 

Toussain (Nicolas et Jean), XVI» s. 61 

Trémont (Jean de) , XVII' siècle . 61 

Tristam (Maître), XV» siècle 61 

Trousse (Nicolas), XVI' siècle.. 61 

Vallaster ou Vallastre, XVIII' s. . 61 

Vallier (Jean), XVII' et XVIII' s. 61 

Vallier (François), XVIII' siècle. 62 

Vassé (Louis)', XVIII» siècle 62 

Veraine (Jean de), XVI' siècle. . 62 
Verner ou Werner (Louis), 

XVIIPsiècle 63 

Verneuil (Claude- Jacques), 

XVII' siècle 63 

Verneuil ( Claude - Charles ) , 

XVIP siècle 63 

Viel (Jean-François), XVIII» s. . 63 
Villaume ou Willaume (Remy), 

XVIIIo siècle 63 

Vincent, XVIII» siècle 63 

Voirin (Claude-Joseph), XVIII's. 63 

Voirin (François), XVIII' siècle. . 63 
Vuillaume ou Wuillaume (Remy II), 

XVII' et XVIII' siècles 63 

Walcher (Christophe) aîné, 

XVIII' siècle 64 

Walcher (Jean-François) jeune, 

XVIII' et XIX' siècles 6» 

Walnefer ( Jean - Baptiste ) , 

XVIII» siècle «4 



PARIS 

TYPOGRAPHIE PLON-NOURRIT ET C» 
Rue Garancière, 8 



NB 
L6J3 



Jacquot, Albert 

Essai de répertoire des 
artistes lorrains 



PLEASE DO NOT REMOVE 
CARDS OR SLIPS FROM THIS POCKET 



UNIVERSITY OF TORONTO LIBRARY 







'■yy-'-'.-'yvm^ 






iJiSài;: 



lii